Entscheidungsregister

1.) BundesverfassungsgerichtI. Senat, 15.1.58, Verkörperung einer objektiven Wertordnung in den Grundrechten, 1 BvR 400/51
in BVerfGE 7, 198

I. Senat, 25.1.61, Gegenäußerung in der Presse, die auf die öffentlichen Meinungsbildung einwirken soll, 1 BvR 9/57 in BVerfGE 12, 113

II. Senat, 31.1.73, Grundrechtliche Gewährleistung des Rechts am eigenen Wort, 2 BvR 454/71 in BVerfGE 34, 238 = NJW 1973, 891

I. Senat, 14.2.73, “Soraya”-Urteil, 1 BvR 112/65 in BVerfGE 34, 269 = NJW 1973, 1221

I. Senat, 3.6.80, Unterstellung tatsächlich nicht gemachter Äußerung, 1 BvR 185/77 in BVerfGE 54, 148 = NJW 1980, 2070

I. Senat, 3.6.80, Unrichtiges Zitat, 1 BvR 797/78 in BVerfGE 54, 208 = NJW 1980, 2072

I. Senat, 20.4.82, Herabsetzende Kritik an einem Gewerbezweig, 1 BvR 426/80 in BVerfGE 60, 234

I. Senat, 22.6.82, Bedeutung des Grundrechts auf freie Meinungsäußerung, 1 BvR 1376/79 in BVerfGE 61,1

I. Senat, 3.6.87, Ehrenrührige Karikaturen, 1 BvR 313/85 in BvefGE 75, 369

I. Senat, 11.1.94, Falsche geschichtliche Darstellung, 1 BvR 434/87 in BVerfGE 90, 1

I. Senat, 13.4.94, Leugnung der Judenverfolgung, 1 BvR 23/94 in BVerfGE 90, 241

I. Senat, 13.2.96, Prüfung der Deutung einer Äußerung, 1 BvR 262/91 in BVerfGE 94,1

I. Senat, 14.1.98, Verpflichtung des Abdrucks von Gegendarstellung und Richtigstellung auf der Titelseite, 1 BvR 1861/93; 1 BvR 1864/96; 1 BvR 2073/97 in AfP 1998, 184

2.) Reichsgericht & Bundesgerichtshof für Zivilsachen

VI. Zivilsenat, 5.1.05, Klage auf Unterlassung widerrechtlicher Handlungen, VI. 38/04 in RGZ 60, 6

VI. Zivilsenat, 28.9.11, Unterlassungsklage, VI. 407/10 in RGZ 77, 217

I. Zivilsenat, 26.10.51, Geschäftsschädigende Werturteile, I ZR 8/51 in BGHZ 3, 270

I. Zivilsenat, 25.5.54, Veröffentlichung von Briefen – “Leserbrief”-Urteil, I ZR 211/53 in BGHZ 13, 334 = NJW 1954, 1404

Großer Senat, 6.7.55, Begriff der “Billigkeit”, GSZ 1/55 in BGHZ 18, 149 = NJW 1955, 1675

I. Zivilsenat, 8.5.56, Anspruch bei Verletzung des Rechts am eigenen Bild, I ZR 62/54 in NJW 1956, 1554

VI. Zivilsenat, 2.4.57, Persönlichkeitsrecht, VI ZR 9/56 in BGHZ 24, 72

I. Zivilsenat, 14.2.58, Immaterieller Schaden durch unbefugte Bildveröffentlichung – “Herrenreiter”-Urteil, I ZR 151/56 in BGHZ 26, 349

IV. Zivilsenat, 18.3.59, Künstlername in Werbeanzeige – “Catarina Valente”-Urteil, IV ZR 182/58 in BGHZ 30, 7

VI. Zivilsenat, 19.9.61, Immaterieller Schadensersatz bei Verletzung des Persönlichkeitsrechts – “Ginsengwurzel”-Urteil, IV ZR 259/60 in BGHZ 35, 363 = NJW 1961, 2059

VI. Zivilsenat, 5.3.63, Ehrverletzende Pressereportage, VI ZR 55/62 in BGHZ 39, 124

VI. Zivilsenat, 8.12.64, Erdichtetes Interview über private Angelegenheiten, VI ZR 201/63 in NJW 1965, 685

VI. Zivilsenat, 18.6.74, Berechtigtes Interesse bei Ehrverletzung, VI ZR 16/73 in NJW 1974, 1762

VI. Zivilsenat, 16.12.75, Funktion und Bemessung des Schmerzensgeldes, VI ZR 175/74 in NJW 1976, 1147

VI. Zivilsenat, 6.4.76, Abwehr- und Ersatzansprüche wegen Fernsehkritik, VI ZR 246/74 in BGHZ 66, 182

VI. Zivilsenat, 19.12.78, Publikation eines heimlich abgehörten Telefongesprächs, VI ZR 137/77 in BGHZ 73, 120 = NJW 1979, 647

VI. Zivilsenat, 30.1.79, Berücksichtigung des Verzichts auf Gegendarstellungsverlangen, VI ZR 163/77 in NJW 1979, 1041

VI. Zivilsenat, 9.2.82, Kritik an Besetzung öffentlicher Ämter, VI ZR 123/80 in NJW 1982, 1805

VI. Zivilsenat, 9.7.85, Wirkung eines DDR-Strafurteils im Ehrenschutzprozeß, VI ZR 214/83 in BGHZ 95, 212

VI. Zivilsenat, 11.7.89, Kritik an Wassersuche mit Wünschelrute, VI ZR 255/88 in NJW-RR 1990, 1058

IX. Zivilsenat, 4.6.92, Vollstreckbarerklärung eines US-Schadensersatzurteils, IX ZR 149/91 in BGHZ 118, 312 = NJW 1992, 1935

VI. Zivilsenat, 15.11.94, Bemessungs-faktor der Schmerzensgeldhöhe – “Caroline von Monaco I”-Urteil – Erfundene Interviews, VI ZR 56/94 in BGHZ 128, 1 = NJW 1995, 861 = AfP 1995, 411

VI. Zivilsenat, 5.12.95, Höhe der Geldentschädigung – “Caroline von Monaco II”-Urteil – Brustkrebs, VI ZR 332/94 in NJW 1996, 984 = AfP 1996, 137

VI. Zivilsenat, 12.12.95, Recht am eigenen Bild – “Caroline von Monaco III”-Urteil – Bild des achtjährigen Sohnes, VI ZR 223/94 in NJW 1996, 985 = AfP 1996, 138

VI. Zivilsenat, 19.12.95, Paparazzi-Fotos – “Caroline von Monaco IV”-Urteil, VI ZR 15/95 in BGHZ 131, 332 = NJW 1996, 1128 = AfP 1996, 140

VI. Zivilsenat, 30.1.96, Pressemäßige Sorgfalt, VI ZR 386/94 in BGHZ 132, 13

3.) Bundesgerichtshof für Strafsachen

II. Strafsenat, 29.5.51, Beleidigung eines Mädchens durch Zeigen von Abbildungen nackter Frauen, 2 StR 153/51 in BGHSt 1, 288

Großer Senat, 18.11.57, Zusendung einer Werbeschrift für Mittel sexueller Reizszeigerung als Beleidigung, GSSt 2/57 in BGHSt 11, 67

I. Strafsenat, 15.1.63, Wahrnehmung berechtigter Interessen durch Veröffentlichungen in der Presse, 1 StR 478/62 in BGHSt 18, 182

I. Strafsenat, 18.2.64, Sammel-Beleidigung durch Herabsetzung eines Mitgliedes der Personengruppe, 1 StR 572/63 in BGHSt 19, 235

II. Strafsenat, 15.3.89, Beleidigung durch sexuelle Handlung, 2 StR 662/88 in BGHSt 36, 145

4.) Oberlandesgericht

Frankfurt, 6.9.79, Persönlichkeitsverletzung durch Presseberichterstattung, 16 U 75/79 in NJW 1980, 597

Hamburg, 25.7.96, Entschädigung bei “Zwangskommerzialisierung” der Persönlichkeit – Caroline von Monaco, 3 U 60/93 in NJW 1996, 2870

München, 13.3.98, Geltendmachung irreführender Gegendarstellung, 21 U 2208/98 in AfP 1998, 515

Karlsruhe, 24.6.98, Zubilligung einer Geldentschädigung wegen Persönlichkeitsrechtsverletzung, 6 U 265/97 in AfP 1998, 639

5.) Landgericht

Ansbach, 30.8.96, “Kinderschänder”-Urteil, 3 O 380/96 in NJW-RR 1997, 978

Berlin, 26.11.96, Presseveröffentlichung – “gierigster Lehrer”-Urteil, 27 O 451/96 in NJW 1997, 1373

Düsseldorf, 15.5.97, Unbefugte Inanspruchnahme eines Namens zu Werbezwecken – “Berti”-Urteil, 4 O 250/96 in NJW-RR 1998, 747 = AfP 1998, 238

Düsseldorf, 29.4.98, Gegendarstellungsanspruch gegen eine Internet-Homepage, 12 O 132/98 in AfP 1998, 420

Le recours en annulation formé par des particuliers: objet de recours, titulaires du droit et qualité pour recourir

(l’art. 173 CE faisant l’objet du texte ci-dessous correspond au nouvel art. 263 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, Lisbonne, 13 déc. 2007)

Travail écrit de séminaire en droit institutionnel européen

Pascal Nicollier, Fribourg 1997

Licence Creative Commons
Le recours en annulation formé par des particuliers: objet de recours, titulaires du droit et qualité pour recourir de Pascal NICOLLIER est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 Suisse.

Sommaire:

  • Table des matières
  • Table des abréviations
  • Bibliographie
  • Table des arrêts cités
  • Texte du travail de séminaire
  • Annexe (schéma de l’art. 173 CE)

Accès internet direct: www.urbalex.ch/droit/europeen

Le mémoire complet est disponible ici au format PDF!

* * *

– TABLE DES MATIÈRES –

I. INTRODUCTION

A. GÉNÉRALITÉS

B. ENJEUX

1. Contrôle de la légalité

2. Protection des principes généraux du droit communautaire

C. LE RECOURS EN ANNULATION DANS LES AUTRES TRAITÉS

1. Généralités

2. Traité CECA

3. Traité CEEA

D. BREF HISTORIQUE

1. Généralités

2. Régime du Traité de Rome

3. Régime du Traité de Maastricht

a. Généralités

b. Recours contre le Parlement européen et contre la BCE

c. Acte « destiné à produire des effets juridiques »

E. ANNONCE DU PLAN

II. OBJET DU RECOURS

A. REMARQUES PRÉLIMINAIRES

B. CONDITIONS

1. Généralités

2. Acte d’une institution communautaire

3. Effets juridiques

a. Caractère obligatoire

i. Principe

ii. Exception

b. Caractère définitif

4. « Vis-à-vis des tiers »

C. ACTES DU CONSEIL OU DE LA COMMISSION

1. Généralités

2. Décision

a. Principe

b. Décision dont le particulier est le destinataire

3. Règlement

a. « De lege lata »

b. « De lege ferenda »

i. L’Acte Unique européen

ii. Le Traité sur l’Union européenne

4. Directive

5. Recommandation et avis

6. Communication

D. ACTES DU PARLEMENT EUROPÉEN

E. ACTES DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

III. TITULARITÉ DU DROIT DE RECOURS

A. PRINCIPE

B. PERSONNES PHYSIQUES

C. PERSONNES MORALES

1. Généralités

2. Conceptions

IV. QUALITÉ POUR RECOURIR

A. GÉNÉRALITÉS

1. Requérants privilégiés

2. Les requérants non privilégiés

B. INTÉRÊT

1. Généralités

2. Décision prise sous l’apparence d’un règlement

a. Généralités

i. Conception objective

ii. Conception subjective

b. Nature réglementaire de l’acte

c. Règlement cachant un faisceau de décisions individuelles

3. Décision dont le particulier n’est pas le destinataire

a. Généralités

b. Décisions adressées à une autre personne

c. Décision adressée à un Etat

C. INTÉRÊT DIRECT ET INDIVIDUEL

1. Généralités

2. Intérêt individuel

a. Indices de nature objective

b. Indices de nature subjective

3. Intérêt direct

a. L’auteur de la mesure ne dispose d’aucune marge d’appréciation quant à l’adoption de l’acte litigieux

b. Aucune mesure intermédiaire ne vient s’interposer entre l’acte communautaire et le requérant

c. Effet immédiat

V. CONCLUSION

* * *

– TABLE DES ABRÉVIATIONS –

expression abrégée expression complète
AETR Accord européen sur les transports routiers
aff. affaire
al. alinéa
art. article
att. attendu
CDE Cahiers de droit européen
CE Communauté européenne
CECA Communauté européenne du charbon et de l’acier
CEE Communauté économique européenne
CEEA Communauté européenne de l’énergie atomique
Cf. confer (comparez)
ch. chiffre
CJCE Cour de justice des Communautés européennes
e. a. et autres
EURATOM Communauté européenne de l’énergie atomique
JOCE Journal officiel des Communautés européennes
litt. littera (lettre)
no° numéro
op. cit. opus citatum (oeuvre indiquée)
p. page
Rec. Recueil de jurisprudence de la Cour
RTDE Revue trimestrielle de droit européen
s. suivant(e)
ss suivant(e)s
TPI Tribunal de première instance
vol. volume

* * *

– BIBLIOGRAPHIE –

  1. L. Neville Brown / Tom Kennedy, The Court of justice of the European Communities, London 1994.
  2. Jim Cloos / Gaston Reinesch / Daniel Vignes / Joseph Weyland, Le Traité de Maastricht, genèse, analyse, commentaires, Bruxelles 1994.
  3. Robert Kovar / Ami Barav, Le recours individuel en annulation, CDE, Bruxelles 1976.
  4. Jean-Victor Louis / Georges Vandersanden / Denis Waelbroeck / Michel Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993.
  5. Gérard Rasquin / Roger-Michel Chevallier, L’article 173 alinéa 2 du Traité CEE, RTDE, Paris 1966.
  6. Joël Rideau / Roger-Michel Chevallier / Jean-Marie Rainaud / Louis Balmond / Aymeric Bayeux, Droit institutionnel des Communautés européennes (recueil de textes), Paris 1974.
  7. Henry G. Schermers / Denis Waelbroeck, Judicial protection in the European Communities, Deventer 1992.
  8. Georges Vandersanden / Ami Barav, Contentieux communautaire, Bruxelles 1977.
  9. Maurice-Christian Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989.
  10. Jean Boulouis, Droit institutionnel des Communautés européennes, Paris 1993.
  11. Jean Boulouis, Droit institutionnel de l’Union européenne, Paris 1995.
  12. Renaud Dehousse, La Cour de justice des Communautés européennes, Paris 1994.
  13. Michel Fromont, L’influence du droit français et du droit allemand sur les conditions de recevabilité du recours en annulation devant la Cour de justice des Communautés européennes, RTDE, Paris 1966.
  14. Jürgen Gündisch, Rechtsschutz in der Europäischen Gemeinschaft, Stuttgart 1994.
  15. René Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981.
  16. Jean-Victor Louis, L’ordre juridique communautaire, Bruxelles 1990.
  17. Fabrice Picod, Recevabilité, in: Dictionnaire juridique des Communautés européennes, Paris 1993.
  18. Michel Melchior, Les communications de la Commission des Communautés européennes: contribution à l’étude des actes communautaires non prévus par les traités, in: Mélanges Fernand Dehousse, vol. 2, Paris 1979.
  19. Joël Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994
  20. Dominique Ritleng, Annulation (Recours en-), in: Dictionnaire juridique des Communautés européennes, Paris 1993.
  21. Dominique Ritleng, Article 173, in: Traité sur l’Union européenne, commentaire article par article, tome II, Paris 1995.
  22. Christophe Soulard, Recours en annulation, conditions de recevabilité, Juris-Classeur vol. 1, fascicule 330, Paris 1995.
  23. Marc Thill, Le défaut de qualité du Parlement européen pour agir en annulation au titre de l’article 173 du traité CEE, l’arrêt de la Cour de justice du 27 septembre 1988 et ses implications sur d’autres aspects du contentieux communautaire, CDE, Bruxelles 1989.
  24. Georges Vandersanden, Article 173, in: Traité instituant la CEE, commentaire par article, Paris 1992.
  25. Georges Vandersanden, Pour un élargissement du droit des particuliers d’agir en annulation contre des actes autres que les décisions qui leur sont adressées, CDE, Bruxelles 1995.

* * *

– TABLE DES ARRÊTS CITÉS –

CJCE 14.12.1962 Confédération nationale de producteurs de fruits et légumes e. a. / Commissionaff. 16 et 17/62, Rec. 1962, p. 901
CJCE 15.07.1963 Plaumann et Co / Commissionaff. 25/62, Rec. 1963, p. 197
CJCE 14.11.1963 M. Claude Lassale / Parlement européenaff. 15/63, Rec. 1964, p. 57
CJCE 01.07.1965 Alfred Töpfer KG et Getreide-Import Gesellschaft / Commissionaff. 106 et 107/63, Rec. 1965, p. 525
CJCE 15.03.1967 Société anonyme Cimenteries CBR, Cementsbedrijven N. V. e. a. / Commissionaff. 8 à 11/66, Rec. 1967, p. 93
CJCE 11.07.1968 Zuckerfabrick Watenstedt GmbH / Conseilaff. 6/68, Rec. 1968, p. 594
CJCE 31.03.1971 Commission / Conseil (AETR)aff. 22/70, Rec. 1971, p. 263
CJCE 13.05.1971 NV International Fruit Company e. a. / Commissionaff. 41 à 44/70, Rec. 1971, p. 411
CJCE 08.101974 Union syndicale-Service public européen-Bruxelles, Denise Massa et Roswitha Kortner / Conseilaff. 175/73, Rec. 1974, p. 917
CJCE 18.11.1975 Société CAM SA / Commissionaff. 100/74, Rec. 1975, p. 1394
CJCE 03.02.1977 De Lacroix / Cour de justiceaff. 91/76, Rec. 1977, p. 225
CJCE 31.03.1977 Société pour l’exportation des sucres / Commissionaff. 88/76, Rec. 1977, p. 709
CJCE 05.05.1977 Koninklijke Scholten Honig NV / Conseilaff. 101/76, Rec. 1977, p. 797
CJCE 18.01.1979 Société des Usines de Beauport e. a. / Conseilaff. 103 à 109/78, Rec. 1979, p. 17
CJCE 29.03.1979 NTN Toyo Bearing Company Ltd e. a. / Conseilaff. 113/77, Rec. 1979, p. 1185
CJCE 12.07.1979 Gouvernement de la République italienne / Conseilaff. 166/78, Rec. 1979, p. 2575
CJCE 27.03.1980 Sucrimex SA et Westzucker GmbH / Commissionaff. 133/79, Rec. 1980, p. 1299
CJCE 26.02.1981 F. Giuffrida et G. Campogrande / Conseilaff. 64/80, Rec. 1981, p. 693
CJCE 11.11.1981 International Business Machines Corporation (IBM) / Commissionaff. 60/81, Rec. 1981, p. 2639
CJCE 30.09.1982 Société Roquette Frères / Conseilaff. 242/81, Rec. 1982, p. 3113
CJCE 28.10.1982 Groupement des agences de voyages, Asbl / Commissionaff. 135/81, Rec. 1982, p. 3799
CJCE 14.07.1983 Spijken Kwasten BV / Commissionaff. 231/82, Rec. 1983, p. 2559
CJCE 04.10.1983 Fédération de l’industrie de l’huilerie de la CEE (FEDIOL) / Commissionaff. 191/82, Rec. 1983, p. 2913
CJCE 11.07.1984 Commune de Differdange e. a. / Commissionaff. 222/83, Rec. 1984, p. 2889
CJCE 27.11.1984 Srl Bensider e. a. / Commissionaff. 50/84, Rec. 1984, p. 3991
CJCE 20.03.1985 Gouvernement de la République italienne / Conseilaff. 41/83, Rec. 1985, p. 873
CJCE 23.04.1986 Parti écologiste « Les Verts » / Parlement européenaff. 294/83, Rec. 1986, p. 1339
CJCE 26.03.1987 Commission / Conseilaff. 45/86, Rec. 1987, p. 1493
CJCE 25.11.1987 Metro SB-Großmärkte GmbH et Co. KG / Commissionaff. 26/76, Rec. 1977, p. 1875
CJCE 25.02.1988 Parti écologiste « Les Verts » / Parlement européenaff. 190/84, Rec. 1988, p. 1017
CJCE 26.04.1988 Asociaciòn Profesional de Empresarios de Pesca Comunitarios (Apesco) / Commissionaff. 207/86, Rec., p. 2551
CJCE 27.09.1988 Parlement européen / Conseilaff. 302/87, Rec. 1988, p. 5615
CJCE 22.05.1990 Parlement européen / Conseilaff. C-70/88, Rec. 1990, p. I-2041
CJCE 09.10.1990 République française / Commissionaff. C-366/88, Rec. 1990, p. I-3571
CJCE 29.06.1993 Gouvernement de Gibraltar / Conseilaff. 298/89, Rec. 1993, p. I-3605
TPI 20.11.1994 Asociaciòn Española de Empresas de la Carne (Asocarne) / Conseilaff. T-99/94, Rec. 1994, p. II-871

* * *

– TEXTE –

I. INTRODUCTION

A. GÉNÉRALITÉS

La Communauté européenne est le fruit d’une volonté d’union pacifique qui rassemble les plus grandes puissances de l’Europe occidentale depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. La CE n’est pas un Etat, elle ne possède ni force armée, ni police, et elle ne dispose pas d’une autonomie politique telle celle des pays qui la composent. Cependant, cette entité supranationale est génératrice de droit: c’est une « communauté de droit », au même titre qu’un Etat est « Etat de droit »[1]. Par le biais de son application uniforme et de son caractère obligatoire, le droit communautaire représente la pierre angulaire du processus d’unification des Etats de l’Union européenne.

La Cour de justice des Communautés européennes (CJCE) assure le respect du droit communautaire dans l’interprétation et l’application des traités[2]. Elle joue un rôle essentiel pour l’intégration car elle garantit la concrétisation du droit européen aussi bien dans le chef des institutions communautaires, qu’auprès des Etats membres et, à certaines conditions, auprès des particuliers.

Le Traité sur l’Union européenne offre deux recours aux particuliers pour saisir la CJCE et ainsi faire contrôler la légalité des actes adoptés par les institutions communautaires. Le premier recours sanctionne l’inaction des institutions: il s’agit du recours en carence prévu par l’art. 175 al. 3 CE. Le second sanctionne l’action des institutions: il s’agit du recours en annulation prévu par l’art. 173 al. 4 CE.

L’action en annulation du contentieux communautaire est un recours dirigé contre un acte des institutions et visant à en obtenir l’annulation pour illégalité[3]. Toutefois, contrairement aux pouvoirs qu’il possède dans le cadre du contentieux de pleine juridiction, le juge ne peut contrôler que la légalité des mesures prises, et non leur opportunité. Le requérant ne peut ainsi invoquer que des moyens de légalité contenus dans l’énumération de l’art. 173 CE, soit: incompétence, violation des formes substantielles, violation du traité ou de toute règle de droit relative à son application et détournement de pouvoir[4]. Il s’agit là des moyens d’annulation. Cette question n’est pas abordée dans ce travail car celui-ci se limite aux questions de recevabilité du recours des particuliers.

B. ENJEUX

1. Contrôle de la légalité

Le contrôle de la conformité à la légalité est le contrôle d’une mesure prise par une institution communautaire ou son omission alors qu’elle avait l’obligation d’agir, selon l’ensemble des règles de droit écrites ou non écrites applicables à la Communauté[5].

A cet effet, la Cour de justice s’apparente à une juridiction constitutionnelle chargée d’assurer de façon générale le respect du droit communautaire. C’est ainsi lorsqu’elle doit juger de la conformité au droit communautaire des actes du Conseil qui sont des actes de législation. Dans ce sens, la Cour a défini le traité comme étant la « Charte constitutionnelle » de la CE[6]. La CJCE traite alors des litiges relatifs à la répartition des compétences entre la CE et les Etats membres et arbitre les conflits qui peuvent naître de l’interaction des institutions européennes[7].

Le contrôle de la légalité peut aussi concerner des actes individuels de la Commission. La CJCE aura alors un rôle plus proche d’une juridiction administrative[8]. C’est plutôt cet aspect qui prédomine le recours en annulation des particuliers de l’art. 173 al. 4 CE.

Le recours en annulation est une voie de droit principale permettant aux justiciables d’attaquer directement un acte communautaire. Il conduit à l’annulation rétroactive et erga omnes de l’acte illégal. Ce recours est sans conteste le moyen le plus efficace pour assurer le respect de la légalité communautaire[9].

2. Protection des principes généraux du droit communautaire

Conformément à son rôle attribué par l’art. 164 CE, la Cour de justice assure le respect des principes généraux découlant de la nature des traités car ils font partie de la légalité communautaire. Ces principes sont les principes d’égalité, d’unité, de liberté et de solidarité[10]. L’art. 173 al. 1 CE précise que la CJCE doit prendre en compte non seulement le droit du traité, mais aussi le droit relatif à l’application de celui-ci. Ces règles peuvent donc aussi bien être constituées de droit écrit, que de droit non écrit. En plus des principes généraux de droit international, la Cour doit mettre en oeuvre les principes généraux communs aux droits des Etats membres[11].

C. LE RECOURS EN ANNULATION DANS LES AUTRES TRAITÉS

1. Généralités

Le recours en annulation est apparu pour la première fois en droit communautaire dans le traité CECA. Mais son origine remonte au recours pour excès de pouvoir que connaît le droit administratif français[12]. Le recours en annulation du droit communautaire présente aujourd’hui des aspects spécifiques découlant de l’organisation du pouvoir dans la Communauté et de diverses influences juridiques imprégnant la Cour de justice de Luxembourg.

2. Traité CECA

Le Traité de Paris du 18 avril 1951 instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier est le premier accord européen signé dans l’optique du marché commun. Il s’agissait alors surtout de fonder un rapport de confiance entre les pays européens sortant de la seconde guerre mondiale, en instituant un système de contrôle mutuel des industries de guerre. Dans ce traité, c’est la Haute Autorité qui est investie du pouvoir de décision, c’est donc contre cette institution supranationale que va porter le recours en annulation. En revanche, dans le traité CEE, le recours en annulation est ouvert à la fois contre les actes du Conseil et de la Commission, soit contre un centre de décision interétatique[13].

Le recours en annulation du traité CECA est prévu à son article 33. L’alinéa 1er traite du recours formé par un Etat membre ou par le Conseil, alors que l’alinéa 2 concerne les particuliers. Du fait de son objet, le traité CECA ne prévoit pas de recours en annulation pour les personnes physiques. Seules les entreprises ou associations d’entreprises sont habilitées à recourir selon l’art 33 al. 2 CECA, si leurs activités se situent dans la définition du traité[14].

Le recours en annulation du traité CECA est plus restrictif que celui prévu par le traité CEE. La CJCE doit limiter l’examen de la légalité en fonction des choix de politique économique opérés par la Commission. Ces restrictions ne se retrouvent pas dans le traité CEE. Celui-ci prévoit un contrôle plus large de la CJCE puisqu’elle ne vérifie pas seulement la matérialité des faits, mais examine aussi les qualifications juridiques que la Commission en a déduites[15].

3. Traité CEEA

Le traité EURATOM a été signé en même temps que le traité CEE. Ces deux textes constituent les Traités de Rome du 25 mars 1957. Le traité EURATOM institue la Communauté européenne de l’énergie atomique (CEEA). Il s’agissait aussi, comme pour le traité CECA, de fixer une certaine sécurité, ainsi qu’une confiance réciproque, en fondant une structure de collaboration et de transparence entre les industries nucléaires des Etats membres[16]. Le recours en annulation est prévu à l’art. 146 CEEA. Le libellé de cet article est exactement le même que celui de l’art. 173 CE, donc les conditions de leur application sont semblables.

D. BREF HISTORIQUE

1. Généralités

L’article 173 CE traite du recours en annulation comme tel, l’art. 174 CE de ses effets et l’art.176 CE de son exécution. L’adoption du Traité de Maastricht a apporté certaines modifications à l’art. 173 CE dans sa version du Traité de Rome. Ces modifications ont constitué principalement en une concrétisation de la jurisprudence de la CJCE.

2. Régime du Traité de Rome

L’article 173 alinéa 1 du Traité de Rome précise quels sont les actes attaquables, énonce les cas d’ouverture possibles à l’appui du recours en annulation et désigne les Etats membres, le Conseil et la Commission comme requérants potentiels. A ceux-ci, il convient d’ajouter le Parlement européen, dont la CJCE a reconnu la « légitimation active » à l’issue d’une jurisprudence motivée. Ce droit peut être exercé à la condition que le recours du Parlement ne tende qu’à la sauvegarde de ses prérogatives et qu’il ne se fonde que sur des moyens tirés de la violation de celles-ci[17]. En revanche, le Parlement européen ne dispose pas d’une légitimation active absolue: il ne doit pas pouvoir attaquer en justice les actes dont il a participé à l’élaboration. A l’époque du régime du Traité de Rome, il s’agit de la procédure de coopération[18].

3. Régime du Traité de Maastricht

a. Généralités

Les modifications apportées par le Traité de Maastricht concernent le recours des particuliers à deux égards. D’une part il est désormais possible de recourir contre un acte du Parlement européen ou de la BCE mais d’autre part ce recours n’est recevable que s’il est dirigé contre un acte « destiné à produire des effets juridiques ».

b. Recours contre le Parlement européen et contre la BCE

La légitimation active et passive du Parlement européen a suscité de nombreuses controverses, bien qu’étant en réalité la concrétisation d’une jurisprudence déjà connue auparavant. Le droit de recourir contre ces organes communautaires étant définitivement reconnu par une disposition du traité, il n’est plus possible de pondérer les solutions juridiques en fonction des cas d’espèces. Cette opinion est contredite par ceux qui estiment en revanche que la codification de Maastricht n’est pas allée assez loin. Selon cet autre courant, le droit de recours aurait aussi dû être reconnu à d’autres organes communautaires[19].

Les rédacteurs du Traité de Maastricht ont finalement opté pour la solution de reprendre la jurisprudence dans le texte du traité. Désormais, le Parlement européen et la BCE ont la possibilité, d’une part de recourir en justice si leur recours tend à la sauvegarde de leurs prérogatives et d’autre part d’être attraits devant la CJCE (Cf. schéma de l’art. 173 CE, en annexe). Le nouveau texte prend ainsi en compte l’irruption de la BCE dans le pouvoir décisionnel de la Communauté.

c. Acte « destiné à produire des effets juridiques »

Cette règle codifie un principe longtemps appliqué par la jurisprudence de la CJCE. Comme il s’agit d’un point important concernant les conditions que doit remplir l’objet du recours pour être attaquable par les particuliers, il sera traité spécialement au point (II.A.3.) ci-après.

E. ANNONCE DU PLAN

Ce travail traite des conditions de recevabilité du recours en annulation formé par les particuliers. Il se justifie de partager l’analyse en trois points principaux.

Premièrement l’objet du recours (II.) portera sur l’analyse des critères objectifs liés aux actes contre lesquels les particuliers peuvent recourir.

Deuxièmement le point concernant la titularité du droit de recours (III.) cherchera à déterminer quelle est la nature des particuliers exigée pour avoir accès au recours en annulation.

Troisièmement la qualité pour recourir (IV.) fera la synthèse des conditions subjectives que doivent remplir les particuliers pour recourir, du fait de l’atteinte que leur a porté l’acte litigieux.

II. OBJET DU RECOURS

A. REMARQUES PRÉLIMINAIRES

L’analyse de l’objet du recours a comme finalité de systématiser les conditions (B.) que doivent remplir les actes litigieux pour que les particuliers puissent se prévaloir de leur annulation. En outre, il n’est pas inutile de présenter un développement des conditions de recevabilité du recours en fonction des institutions qui édictent les actes litigieux. A ce titre, il faut distinguer les actes du Conseil et de la Commission (C.), les actes du Parlement européen (D.) et les actes de la Banque centrale européenne (E.).

B. CONDITIONS

1. Généralités

L’objet du recours s’entend de l’acte contre lequel une partie désire recourir. En l’occurrence, le recours en annulation offre un moyen de défense contre les actes de droit dérivé prévus par les traités (art. 173 al. 1 CE). Cette acception est élargie à tous les actes ayant des effets juridiques obligatoires de nature à affecter les intérêts du requérant, en modifiant de façon caractérisée la situation juridique de celui-ci, quelque soit leur dénomination[20].

Comme l’ancienne version de l’article 173 CE était imprécise à ce sujet, c’est avant tout la jurisprudence de la CJCE qui a développé ce qu’il fallait entendre par l’objet du recours en annulation. En suivant la CJCE et la doctrine, on peut affirmer d’une manière générale que le recours en annulation est ouvert contre tous les actes pris par les organes dynamiques « qui visent à produire des effets de droit »[21].

Il est possible de systématiser les conditions que doit remplir l’objet du recours en trois points: premièrement il doit s’agir d’un acte d’une institution communautaire (2.), deuxièmement il doit entraîner des effets juridiques (3.) et troisièmement ces effets juridiques doivent se manifester « vis-à-vis des tiers » (4.).

2. Acte d’une institution communautaire

Aujourd’hui le nouvel article 173 CE prévoit expressément que « la Cour de justice contrôle la légalité des actes adoptés conjointement par le Parlement européen et le Conseil, des actes du Conseil, de la Commission et de la BCE, autres que les recommandations et les avis et des actes du Parlement européen destinés à produire des effets juridiques vis-à-vis des tiers ». Cette formulation exclut les actes qui ne ressortissent pas à l’ordre juridique communautaire car l’énumération est précise et à l’évidence volontairement limitée et exhaustive.

Un acte pris en vertu du droit national n’entre pas en ligne de compte. De même, si un acte du droit national applique une disposition réglementaire de la Communauté, la CJCE considère le recours en annulation comme irrecevable. Dans ce cas, le seul recours possible sera issu du droit interne, c’est-à-dire ce droit même qui applique le droit communautaire et a édicté la décision qui concerne individuellement et directement le particulier[22].

3. Effets juridiques

Conformément à ce qui est indiqué à la fin du premier alinéa de l’article 173 CE, l’objet du recours en annulation doit « produire des effets juridiques vis-à-vis des tiers ». Cette condition a été ajoutée à l’ancien texte par le Traité de Maastricht. C’est aussi l’aboutissement d’une jurisprudence constante selon laquelle le recours en annulation devait être ouvert à l’égard de toutes dispositions prises par les institutions, quelles qu’en soit la nature ou la forme qui visent à produire des effets de droit[23].

La jurisprudence a ajouté plus tard dans cette même optique que les effets juridiques d’un acte au sens de l’art. 173 CE sont déterminés par sa substance et non par sa forme ou son appellation[24].

La doctrine et la jurisprudence ont précisé cette notion d’effets juridiques. On peut la décomposer en deux aspects. Premièrement l’effet juridique est le fait d’un acte de caractère obligatoire (a.) et deuxièmement il rend l’acte définitif (b.).

a. Caractère obligatoire

i. Principe

La Cour interprète largement l’objet du recours en annulation et admet que sa portée ne se limite pas aux seules catégories d’actes visés par l’art. 189 CE[25]. Ainsi le recours en annulation peut être dirigé contre tous les actes produisant les effets juridiques obligatoires de nature à affecter les intérêts du requérant et modifiant de façon caractérisée la situation juridique du particulier, quelle que soit leur dénomination[26]. A titre d’exemple, des instructions qui ne produisent des effets que dans la sphère interne de l’administration et ne créent aucun droit ou obligation dans le chef des particuliers, ne sont pas susceptibles de recours en annulation car elles n’ont pas de caractère obligatoire au sens de l’article 173[27]. Inversement, une instruction interne de service émanant de la Commission constitue un acte attaquable en annulation si elle vise à produire des effets de droit[28].

Le caractère obligatoire n’est pas toujours aisé à déterminer. Il ne faut pas se fier à l’intitulé des actes communautaires car il donne parfois une fausse idée de l’effet réel de l’acte en cause. Ainsi certaines « communications » peuvent entraîner des effets obligatoires lorsqu’elles débouchent sur la suppression d’un régime économique dérogatoire. Ou encore, on remarque souvent en pratique que l’« avis » est peu éloigné de la décision lorsque celle-ci doit être conforme. De même, les « propositions » s’identifient fréquemment avec l’acte décisoire qu’elles sont sensées susciter[29].

Afin d’éviter ce problème, la Cour de justice décide selon les cas s’il faut accorder ou non un effet obligatoire aux actes des institutions communautaires. Pour se déterminer, la Cour se penche sur le libellé et le contenu de l’acte incriminé[30].

ii. Exception

Un acte communautaire peut être remis en question par le biais du recours en annulation alors qu’il ne constitue pas un acte de caractère obligatoire. Autrement dit, l’effet juridique peut être exceptionnellement reconnu à un acte qui n’a pas de caractère obligatoire, donc qui n’a pas la propriété de conférer des droits ou d’imposer des obligations[31].

« que cette mesure les a privées du bénéfice d’une situation juridique attachée par l’article 15, paragraphe 5, à la notification de l’accord, pour les exposer à un grave risque pécuniaire;

que ladite mesure a donc affecté les intérêts des entreprises en apportant à leur situation juridique une modification caractérisée;

que l’acte litigieux, par lequel la Commission a arrêté, de manière non équivoque, une mesure comportant des effets juridiques affectant les intérêts des entreprises concernées et s’imposant obligatoirement à elles, constitue, non un simple avis, mais une décision; »[32]

Ainsi, le fait que la décision communautaire soit seulement susceptible de porter atteinte aux intérêts du particulier, fonde l’effet juridique exigé pour recourir en annulation[33].

b. Caractère définitif

Pour que l’effet juridique ait la propriété de rendre un acte susceptible de recours, il faut encore que cet effet soit revêtu d’un caractère définitif. Ce caractère s’entend d’un acte constituant le terme ultime de la procédure. Cela implique que les actes préparatoires sont soustraits au domaine du recours en annulation[34]. Ainsi, on considère, en matière de droit européen de la concurrence, que la communication de la Commission au sens de l’art. 19 § 1 du Règlement no° 17[35]ne peut faire l’objet d’un recours car les personnes visées ont encore la possibilité de s’expliquer sur l’injonction qui leur est faite avant que la Commission ne prenne une décision (Cf. infra II.B.6. à la page 14). Cette considération est suivie par la jurisprudence européenne:

« Lorsqu’il s’agit d’actes ou de décisions dont l’élaboration s’effectue en plusieurs phases, notamment au terme d’une procédure interne, il résulte de cette même jurisprudence qu’en principe ne constituent un acte attaquable que les mesures qui fixent définitivement la position de la Commission ou du Conseil au terme de cette procédure, à l’exclusion des mesures intermédiaires dont l’objectif est de préparer la décision finale. »[36]

Ceci dit, la Cour de justice précise dans le même arrêt que les illégalités éventuelles qui entacheraient les mesures préparatoires pourraient être invoquées à l’appui du recours dirigé contre la décision définitive dont elles avaient constituées un stade d’élaboration[37].

4. « Vis-à-vis des tiers »

La Cour a déjà eu l’occasion de juger que des actes qui ne produisent des effets juridiques que dans la sphère interne de l’administration, ne créent pas de droit ou d’obligation dans le chef de tiers. S’ils ne constituent pas des décisions faisant grief, ils ne peuvent pas faire l’objet d’un recours en annulation[38].

Cette précision a aussi été ajoutée à l’occasion du Traité sur l’Union européenne. Il s’agit également d’une codification de la jurisprudence. La mention des actes destinés à produire des effets juridiques à l’égard des tiers a pour objet et pour effet d’exclure le recours contre des actes relevant de l’autonomie interne de l’institution qui a pris la décision[39]. D’une manière plus générale, on considère que les recours formés contre les mesures d’ordre intérieur doivent être exclus. Cela se justifie par le fait qu’un tel acte n’a pas d’effet décisoire en dehors de l’univers administratif interne[40].

C. ACTES DU CONSEIL OU DE LA COMMISSION

1. Généralités

A l’origine, le recours en annulation n’était recevable que contre les actes unilatéraux du Conseil et de la Commission. La Cour avait déclaré irrecevable un recours intenté contre elle-même pour motif que l’art. 173 CE ne prévoyait pas la possibilité d’un recours en annulation contre des actes d’autres institutions que le Conseil ou la Commission[41]. Mais la jurisprudence de Luxembourg a évolué et précisé l’objet du recours en annulation de l’art. 173 CE conformément à l’objectif décrit par l’art. 164 CE qui est d’assurer le respect du droit dans l’interprétation et l’application du traité. A l’issue d’une jurisprudence controversée, la Cour est arrivée à la conclusion qu’il serait contraire à cet objectif d’interpréter restrictivement les conditions de recevabilité du recours en limitant sa portée aux seules catégories d’actes visés par l’art. 189 CE[42]. Cette jurisprudence avait court sous le joug de l’ancienne version de l’art. 173 CE, soit celle du Traité de Rome. Les rédacteurs du Traité de Maastricht ont codifié cette interprétation dans le nouvel art. 173 al. 1 CE.

Le nouvel article 173 CE offre la possibilité de recourir contre les actes du Parlement européen et de la BCE. Mais la majorité des recours en annulation sont encore dirigés contre le Conseil et la Commission.

Cette restriction s’explique par le fait que ces organes sont investis d’un pouvoir de décision[43]. Un tel pouvoir qui entraîne des effets juridiques, c’est-à-dire qui touche les intérêts des particuliers, justifie un tel moyen de recours. Il s’agit de contrôler la légalité de ces actes en les confrontant au droit et aux principes communautaires (Cf. supra I.B. à la page 2).

Comme nous l’avons vu, la détermination du caractère « attaquable » d’un acte porte sur sa substance et non sur sa dénomination[44]. Il est donc difficile, voire impossible d’établir un catalogue précis et exhaustif des actes susceptibles d’être attaqués en annulation. On peut néanmoins analyser cette question en faisant ressortir les différences entre les actes principaux édictés par le Conseil et la Commission: la décision (2.), le règlement (3.), la directive (4.), la recommandation et l’avis (5.) puis enfin la communication (6.).

2. Décision

a. Principe

Le particulier doit se soumettre à des conditions particulièrement strictes pour pouvoir recourir en annulation. Ces conditions varient en fonction de la nature de l’acte attaqué. L’article 173 alinéa 4 CE distingue les décisions dont le particulier est le destinataire (b.) des décisions dont il ne l’est pas. Ces dernières sont de deux sortes: soit il s’agit d’une décision qui s’adresse à un autre particulier, soit il s’agit d’une décision prise sous l’apparence d’un règlement. Pour ces deux dernières sortes d’actes, l’art. 173 al. 4 CE exige que le recourant démontre un intérêt direct et individuel (Cf. schéma de l’article 173 CE, en annexe). Cette question de l’intérêt ressort plutôt du domaine de la qualité pour recourir et fera l’objet d’un développement particulier au point IV.B. à la page 21 ci-après.

b. Décision dont le particulier est le destinataire

Le particulier bénéficie du droit de recours en annulation contre les décisions qui lui sont défavorables et dont il est le destinataire. Pour que l’acte attaqué ait le caractère d’une décision, il faut qu’il s’adresse à un nombre limité de personnes, ou concerne des sujets déterminés, et n’ait d’effets obligatoires qu’à l’égard de ceux-ci[45]. Le fait que la décision vise expressément et nommément la personne en cause dispense le recourant de l’obligation de démontrer un intérêt direct et individuel au recours[46].

3. Règlement

a. « De lege lata »

Le règlement est défini comme un acte applicable à des situations déterminées objectivement, donc de caractère essentiellement normatif, et comportant des effets juridiques à l’égard de catégories de destinataires envisagées abstraitement et dans leur ensemble[47].

Le critère du « règlement » au sens de l’art. 173 al. 4 CE réside dans la délimitation « abstraite », « objective » et « catégorielle » des personnes concernées. Le nombre des destinataires n’est qu’une conséquence de ce caractère abstrait et non le critère de l’acte réglementaire. On pourrait même imaginer que la catégorie considérée ne comprenne qu’une seule personne sans pour autant que la nature générale de l’acte en soit atteinte. Du moment que cette personne se trouve soumise à l’acte en raison de son appartenance à une catégorie définie abstraitement, cette situation particulière semble indifférente puisqu’il n’y a pas individualisation, mais délimitation à partir d’une situation objective[48].

Le règlement ne peut être revu par la CJCE dans le cadre de l’art. 173 CE contrairement à la décision qui s’en distingue par le fait qu’elle n’a d’effets obligatoires qu’à l’égard de ses destinataires auxquels elle s’adresse de manière individuelle ou limitative[49]. Dans ce sens, la Cour de justice a déclaré que « l’art. 173 al. 2 CE ne vise qu’une catégorie restreinte d’actes, à savoir des actes de portée individuelle » par opposition aux actes de portée générale[50]. C’est la nature réglementaire de l’acte qui est déterminante pour savoir si le recours en annulation est ouvert ou non contre le règlement.

b. « De lege ferenda »

i. L’Acte Unique européen

Il s’est posé la question d’étendre le contrôle de la légalité aux actes généraux et abstraits. Mais il fallait néanmoins éviter qu’une possibilité supplémentaire de contester le droit dérivé européen vienne s’ajouter à la difficulté de mettre sur pied une législation européenne. En effet, le pouvoir législatif communautaire n’aurait pas toujours été à même de substituer un acte législatif par un autre si ce dernier avait été annulé[51]. Pour éviter ce problème, certains auteurs ont pensé introduire la possibilité de contester les actes généraux et abstraits édictés uniquement par la Commission. La Cour n’aurait donc pu contrôler que les actes normatifs d’exécution, et non les actes normatifs législatifs édictés par le Conseil. Le critère de distinction aurait été celui de l’auteur de l’acte[52].

Ces idées ne furent pas suivies. La solution adoptée et maintenue par la suite fut inspirée d’une conception plutôt subjective, à l’image de celle du droit allemand où les recours ont pour objet de mettre fin à un litige entre l’administration et un de ses administrés (Cf. infra IV.B.2.a.ii. à la page 23). Il était donc normal que seules les mesures individuelles pouvaient faire l’objet de recours[53].

ii. Le Traité sur l’Union européenne

A l’occasion de la révision de l’article 173 CE à Maastricht, plusieurs auteurs souhaitèrent à nouveau introduire la possibilité de recourir en annulation contre les règlements. Il s’agissait non plus seulement de pouvoir recourir contre un règlement ayant l’effet d’une décision, mais d’ajouter la possibilité de recourir contre tout règlement général et abstrait. La CJCE aurait donc été assimilée à une cour constitutionnelle en ayant le pouvoir de contrôler le droit communautaire dérivé sous l’angle du respect du droit originaire et des droits fondamentaux.

Les rédacteurs du Traité de Maastricht n’ont pas choisi cette voie en considérant qu’en définitive, la protection par l’exception d’illégalité et du recours préjudiciel en appréciation de validité offraient une protection juridictionnelle suffisante aux particuliers[54]. Les partisans de cette solution se basaient entre autre sur la jurisprudence de la CJCE, et notamment dans l’arrêt Les Verts / Parlement européen où la Cour déclare que:

« Il y a lieu de souligner d’abord, à cet égard, que la Communauté économique européenne est une communauté de droit en ce que ni ses États membres ni ses institutions n’échappent au contrôle de la conformité de leurs actes à la charte constitutionnelles de base qu’est le traité. Spécialement, par ses articles 173 et 184, d’une part, et par son article 177, d’autre part, le traité a établi un système complet de voies de recours et de procédures destiné à confier à la Cour de justice le contrôle de la légalité des actes des institutions. Les personnes physiques et morales sont ainsi protégées contre l’application à leur égard des actes à portée générale qu’elles ne peuvent attaquer directement devant la Cour en raison des conditions particulières de recevabilité spécifiées à l’article 173 alinéa 2 du traité. Lorsque la mise en oeuvre administrative de ces actes appartient aux institutions communautaires, les personnes physiques et morales peuvent introduire un recours direct devant la Cour contre les actes d’application dont elles sont les destinataires ou qui les concernent directement et individuellement et invoquer, à l’appui de ce recours, l’illégalité de l’acte général de base. Lorsque cette mise en oeuvre incombe aux instances nationales, elles peuvent faire valoir l’invalidité des actes à portée générale devant les juridictions nationales et amener celles-ci à interroger à cet égard la Cour par la voie de questions préjudicielles. »[55]

Le système est simple: lorsque la mise en oeuvre du droit communautaire incombe aux autorités nationales, les particuliers peuvent faire valoir l’invalidité des actes d’application de portée générale devant les juridictions nationales et amener celles-ci à interroger à cet égard la Cour par la voie de questions préjudicielles.

A mon avis, l’argument de Dominique Ritleng selon lequel la Cour a démontré son opinion favorable à la solution adoptée à Maastricht lors de la révision de l’art. 173 CE n’est pas justifiée[56]. A n’en point douter, l’arrêt Les Verts / Parlement européen montre en revanche justement la tendance de la Cour à vouloir s’orienter vers un contrôle du droit réglementaire de la Communauté. Une révision de l’art. 173 CE qui aurait inclus la possibilité pour la CJCE de contrôler les règlements sous l’angle du respect des droits fondamentaux aurait précisément été dans le sens suggéré par la Cour.

L’avis de la Cour du 15 juillet 1975 sur l’Union européenne plaide d’ailleurs pour que les actes réglementaires de l’exécutif soient, au même titre que les décisions individuelles, susceptibles de recours « de la part des particuliers qui justifient d’un intérêt direct, comme il en est dans le système juridique de plusieurs Etats membres »[57].

Les rédacteurs du Traité de Maastricht n’ont pas suivi cette voie, sans doute plutôt par crainte de voir les pouvoirs de la CJCE s’étendre à un contrôle supranational abstrait des droits fondamentaux.

4. Directive

L’article 173 alinéa 4 CE ne prévoit aucun recours en faveur des particuliers contre les directives ou contre les décisions qui ont été adoptées sous l’apparence d’une directive. Il est effectivement difficile de concevoir qu’un particulier puisse être individuellement et directement concerné par une directive. Instrument privilégié du rapprochement des législations, la directive tend à l’établissement de règles générales et impersonnelles, par le truchement des Etats membres destinataires[58].

Ainsi, un recours en annulation intenté par un particulier contre une directive est déclaré irrecevable par la Cour de justice aussitôt que sa portée de directive est établie[59]. La jurisprudence a justifié cette exclusion par le fait que la protection juridictionnelle des particuliers est dûment et suffisamment assurée par les juges nationaux qui peuvent contrôler la transposition des directives dans leur droit interne[60].

Cette jurisprudence est critiquée à deux égards. Premièrement, un juge national ne peut contrôler la validité d’une directive que si celle-ci est d’applicabilité directe. Or, les directives n’ont pas toujours cette propriété. Deuxièmement, une directive qui n’a pas été transposée dans sa totalité ou a été transposée de manière tardive ou erronée ne peut pas faire l’objet d’un recours par les particuliers, mais seulement par la Commission ou un autre Etat membre[61].

5. Recommandation et avis

Les recommandations et les avis sont exclus de l’article 173 CE, pourtant nombreux sont les actes communautaires adoptés sous cette forme. Ces actes ont une portée pratique non négligeable. Cependant la Cour rejette la plupart des recours intentés contre des recommandations et des avis, quelle que soit la gravité des conséquences qui peuvent en résulter. De tels actes ne sont pas de nature à faire l’objet d’un recours en annulation dès lors qu’ils ne visent pas à produire des effets de droit[62]. C’est ainsi que, pour la même raison, la Cour exclut la recevabilité des recours en annulation portés contre des actes de caractère exploratoire ou préparatoires, des actes purement confirmatifs, et des actes ayant le caractère de mesures d’ordre intérieur[63].

En revanche, des recommandations et des avis destinés à produire des effets juridiques propres et obligatoires peuvent fonder la possibilité pour les particuliers, de se prévaloir de leur nullité par le biais du recours en annulation[64].

Le critère déterminant qui s’inscrit dans la continuité de la jurisprudence est et reste celui des effets juridiques. Ainsi, peu importe la dénomination formelle de l’acte attaqué. Si l’acte vise à produire des effets juridiques, il est sujet au recours en annulation[65].

6. Communication

Au sens du droit communautaire, la communication n’a en principe pas d’effet juridique et ne peut donc pas faire l’objet d’un recours en annulation. Toutefois, sous la pression d’impératifs pratiques évidents, certaines catégories d’actes ont évolué jusqu’à revêtir un effet proche de celui d’actes juridiques. On assiste de plus en plus souvent à la création de catégories juridiques originales destinées à pallier le caractère abstrait des diverses typologies juridiques existantes. Ainsi, le Conseil et la Commission ont parfois recourt à des actes non prévus expressément par les traités. La Commission s’engage dans cette voie par le biais d’actes qualifiés la plupart du temps de « communication »[66].

Il existe plusieurs sortes de communications. On trouve des communication de la Commission au Conseil. Celles-ci sont rarement publiées au Journal officiel des Communautés européennes (JOCE). Elles n’ont pas de portée juridique propre, mais s’insèrent dans le processus décisionnel communautaire et expriment les conceptions de la Commission sur la réalisation des objectifs communautaires réalisés par le Conseil[67]. Une seconde catégorie de communications est formée par celles qui sont destinées avant tout à l’information des particuliers et notamment des agents économiques. Ces communications sont publiées dans la partie « C », section I du JOCE. Certaines communications sont purement informatives, alors que d’autres induisent certains effets juridiques, notamment lorsqu’elles débouchent sur la suppression d’un régime économique dérogatoire, comme cela peut être le cas en matière de droit de la concurrence[68].

La jurisprudence de la Cour de justice s’est adaptée à cette pratique et a trouvé une solution consistant à admettre tout de même des cas où une communication de la Commission entraîne un certain effet juridique donnant droit à la recevabilité du recours en annulation.

Ainsi, le caractère provisoire de la communication fondée sur l’art. 15 § 6 du Règlement no° 17 peut se voir reconnaître des effets juridiques si cette disposition expose les entreprises à un grave risque pécuniaire et affecte alors les intérêts des entreprises[69]. Cet état de chose a suscité la réflexion de la Cour de justice à l’occasion de l’affaire Cimenteries CBR / Commission[70]. Dans ce cas d’espèce, la Cour a jugé que la gravité des conséquences découlant de la communication sur le plan des relations contractuelles entre les parties à l’entente jouait un rôle prépondérant et qu’elle constituait une conséquence suffisante pour admettre un certain effet juridique à la communication attaquée.

Le contrôle judiciaire doit être approprié à la nature des pouvoirs réservés, en la matière, aux institutions de la Communauté[71].

« On ne saurait, dès lors, refuser aux plaignants le droit de soumettre au juge toutes considérations qui permettraient de vérifier si la Commission a respecté les garanties procédurales accordées aux plaignants […] et si elle n’a pas commis des erreurs manifestes dans son appréciation des faits, ou omis de prendre en considération des éléments essentiels qui seraient de nature à faire croire à l’existence d’un effet de subvention, ou fait entrer dans sa motivation des considérations constitutives d’un détournement de pouvoir. A cet égard, sans qu’il puisse intervenir dans l’appréciation réservée aux autorités communautaires par le règlement cité, le juge est appelé à exercer le contrôle qui est normalement le sien en présence d’un pouvoir discrétionnaire conféré à l’autorité publique. »[72]

Suivant l’effet juridique de la communication, on peut en principe exclure du recours en annulation les actes exploratoires et préparatoires ainsi que les avis, sauf si ceux-ci constituent le terme ultime d’une procédure spéciale et affectent par là même les droits des particuliers. On peut exclure aussi les actes confirmatifs dont l’effet juridique ne se trouve que dans l’acte initial. Enfin, on peut en principe exclure les mesures d’ordre intérieur, telles des instructions, des circulaires ou des notes[73].

D. ACTES DU PARLEMENT EUROPÉEN

Partant du principe selon lequel la CEE est une Communauté de droit en ce que ni ses Etats membres, ni ses institutions n’échappent au contrôle de la conformité de leurs actes à la Charte constitutionnelle de base qu’est le Traité, la Cour de justice a affirmé sa compétence pour connaître d’un recours en annulation contre les actes du Parlement européen introduits sur le fondement de l’art. 173 CE[74]. Les actes du Parlement européen sont désormais attaquables par le recours en annulation.

Cette jurisprudence s’explique par la prise en compte de l’extension des pouvoirs du Parlement européen. Ces pouvoirs se sont étendus sur deux plans essentiels. Sur le plan politique, la position du Parlement européen s’est renforcée du fait de la forte légitimité démocratique sur laquelle il repose. A noter qu’il est le seul organe communautaire à être soumis au suffrage universel direct ! Sur le plan juridique, l’influence du Parlement européen est beaucoup plus nette depuis qu’il est associé à l’activité législative des institutions du fait des procédures de coopération, mais surtout de codécision. Cette extension des pouvoirs du Parlement européen justifie un contrôle plus sévère des actes qu’il adopte[75].

« A cet égard, il y a lieu de rappeler que si la Cour a jugé, dans son arrêt du 23 avril 1986 (Parti écologiste « Les Verts » / Parlement européen, précité), que les actes du Parlement européen produisant des effets juridiques vis-à-vis des tiers pouvaient faire l’objet d’un recours en annulation, c’est parce qu’une interprétation qui les aurait exclus du champ de ce recours aurait abouti à un résultat contraire au système du traité qui avait entendu mettre en place un système de protection juridictionnelle complet à l’égard des actes des institutions communautaires susceptibles d’avoir des effets juridiques. »[76]

Bien que la jurisprudence eut reconnu la légitimation passive du Parlement européen, il n’en fut pas de même pour la légitimation active. Cette question est désormais réglée depuis l’entrée en vigueur du Traité de Maastricht (Cf. infra IV.A à la page 19).

Des auteurs émettent des doutes sur l’opportunité d’avoir figé la jurisprudence de la CJCE car celle-ci aurait peut-être permis d’étendre la recevabilité du recours en annulation à d’autres organes communautaires tel le Comité des régions[77]. A noter qu’un élargissement trop généreux des actes recevables par le recours en annulation aurait aussi entraîné le risque que certains conflits politiques viennent aboutir devant les juges, violant ainsi le principe de la séparation des pouvoirs et primant une forme de « gouvernement des juges ».

E. ACTES DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

Le Traité de Maastricht a fondé la possibilité pour le particulier de recourir contre les actes de la BCE, et contre ceux de l’Institut monétaire européen pendant la seconde phase de l’Union monétaire conformément à l’art. 109 F § 9 CE[78]. Le recours en annulation est ainsi ouvert contre les actes décisoires de la BCE « autres que les recommandations et les avis »[79]. L’article 15 du Protocole sur le statut de l’Institut monétaire européen lui attribue le pouvoir d’adopter des décisions qui s’adressent aux banques centrales nationales. Ces décisions sont obligatoires dans tous leurs éléments pour les destinataires qu’elles désignent.

Par le truchement des art. 108 A CE et de l’art. 34 du Protocole sur les statuts du Système européen des banques centrales et de la BCE, cette dernière dispose du pouvoir d’arrêter des règlements et des décisions dans les cas prévus par des actes du Conseil et dans la mesure nécessaire à l’accomplissement de ses missions[80]. La reconnaissance de ce pouvoir décisoire va ainsi de pair avec la soumission de celui-ci au contrôle juridictionnel de l’art. 173 CE.

III. TITULARITÉ DU DROIT DE RECOURS

A. PRINCIPE

La titularité du droit de recours s’entend plus généralement comme la capacité pour recourir ou la capacité d’ester en justice. Celle-ci ne ressortit pas directement au droit communautaire, mais plutôt au droit national applicable au requérant selon les principes du droit international privé[81]. C’est le droit national qui détermine quelles sont les caractéristiques que doivent remplir les personnes physiques et morales pour être habilitées à recourir en annulation[82]. Ces caractéristiques ne posent en principe pas de problème au stade du recours à la CJCE puisque celle-ci est une instance judiciaire d’un degré supérieur. Cela signifie que le requérant est déjà passé devant les instances inférieures et dès lors remplit déjà les conditions personnelles exigées pour la recevabilité du recours. Mais comme le problème de la capacité pour recourir est inhérent à toute procédure judiciaire, la CJCE pourrait être amenée à se prononcer sur la question de savoir si la personne agissant en annulation dispose ou non de la capacité pour agir selon son droit national[83].

Pour ce qui est des institutions qui ne sont pas soumises au droit national d’un Etat membre, telles les institutions communautaires, la reconnaissance de la capacité d’ester en justice est appréciée directement par la Cour de justice. La question s’est posée pour le Parlement européen. La Cour a répondu que celui-ci n’était pas une personne morale au sens du traité et ne pouvait donc pas recourir en annulation par le biais de l’ancien art. 173 al. 2 CE[84]. Autre était la question de savoir si la capacité d’ester en justice du Parlement européen pouvait être déduite de l’interprétation de l’ancien art. 173 al. 1 CE. Aujourd’hui, toute ambiguïté est levée car le Traité de Maastricht a introduit expressément pour le Parlement européen ainsi que pour la BCE le droit de recourir en annulation pour sauvegarder leurs prérogatives.

En ce qui concerne les particuliers, la seule condition posée par l’article 173 est le fait qu’il doive être « une personne physique (B.) ou morale (C.) ». Aucune condition de nationalité n’est exigée[85].

B. PERSONNES PHYSIQUES

La jurisprudence de Luxembourg n’a pas développé de concept clair en matière de capacité des personnes physiques pour recourir. On peut toutefois affirmer que le requérant doit avoir la personnalité juridique. On entend par là qu’il doit être apte à être sujet de droits et d’obligations[86]. Le requérant doit tout au moins posséder les propriétés qui constituent la base de la personnalité juridique, c’est-à-dire en particulier l’autonomie et la responsabilité[87].

C. PERSONNES MORALES

1. Généralités

La personne morale que connaît le droit communautaire peut être définie comme une « entité, même dépourvue de la personnalité juridique, dont le rôle et la position sont reconnus par le droit communautaire et qui est dotée de certaines compétences en vue de l’accomplissement des tâches qui lui ont été imparties »[88].

La première affaire concernant l’interprétation de la notion de « personne » portée devant la Cour mît en doute la possibilité de recourir en annulation pour des associations. Il s’agissait d’une affaire dans laquelle l’acte litigieux n’était pas susceptible d’affecter la situation de la requérante en tant qu’association, mais seulement la situation de ses membres[89]. La Cour a jugé que le droit de recourir en annulation était reconnu aux associations du moment que « la décision attaquée lèse directement les intérêts professionnels que l’association ou le groupement a qualité pour représenter »[90]. Vu cette jurisprudence, il est possible d’admettre qu’une association régulièrement constituée sous l’empire de la législation nationale dont elle relève est une personne morale au sens de l’art. 173 CE, dès lors que cette législation lui reconnaît cette qualité d’où découle normalement le droit d’ester en justice[91].

La jurisprudence ultérieure prend de la distance par rapport aux exigences du seul droit national et modifie sensiblement les conditions inhérentes à la nature de la personne qui désire exercer son droit de recours en annulation dans le sens d’une acception plus large.

« Il convient en outre de relever que, comme on peut le déduire des arrêts de la Cour […], la notion de « personne morale » figurant à l’article 173, alinéa 2, du traité CEE ne coïncide pas nécessairement avec celles propres aux différents ordres juridiques des Etats membres. »[92]

Dans cette optique, une association occasionnelle de plusieurs agences, regroupées pour répondre ensemble à un appel d’offres, se voit reconnaître la capacité d’ester en justice si la Commission a préalablement admis cette association à participer à cet appel et a refusé son offre après un examen. Par conséquent, la Commission ne peut plus contester la capacité d’ester en justice d’une entité qu’elle a reconnue et à qui elle a adressé une décision négative après un examen[93].

Dans une formulation plus générique, la Cour admet la capacité pour recourir d’une association qui représente les intérêts de personnes physiques, tels des syndicats, si cette fonction lui est clairement attribuée selon ses statuts et que « sa structure interne est de nature à lui assurer l’autonomie nécessaire pour agir comme une entité responsable dans les rapports juridiques »[94].

2. Conceptions

Le fait de laisser le soin au droit national de déterminer les conditions exigées pour ester en justice peut poser un problème d’égalité lorsqu’un droit national connaît une acception plus généreuse de la notion de « personne » par rapport à un autre Etat plus restrictif. C’est avant tout les diverses théories quant à la conception de la personne morale qui posent un problème. Deux théories principales s’affrontent: d’une part la théorie de la fiction et d’autre part la théorie de la réalité.

La théorie de la fiction est d’origine française et a été longtemps dominante. Elle consiste à considérer que la personne morale n’a aucune réalité propre et distincte de celle des individus qui la composent; elle n’est qu’un procédé de technique juridique. L’existence d’une personne morale ainsi que sa reconnaissance en tant que telle sont donc entièrement dépendantes de la loi. Cette théorie est critiquée, de plus en plus rejetée et remplacée largement par celle de la réalité.

La théorie de la réalité est d’origine allemande. Selon cette conception, la personne morale est réelle, c’est-à-dire qu’elle est comparable par analogie à une personne physique, sans toutefois lui être assimilable. Ainsi, la personnalité morale doit être reconnue de plein droit lorsque certaines conditions de fait sont remplies, à savoir l’existence d’un groupement organisé en vue d’un but social. Cette doctrine de la personnalité morale n’a d’autre objet que de permettre à des groupements reconnus par la loi et dotés par elle de compétences précises, de jouir de la capacité civile et du droit d’agir en justice dans la mesure nécessaire pour pouvoir exercer pleinement ses compétences.

Le droit communautaire admet aujourd’hui largement la théorie de la réalité et considère que le droit d’ester en justice devant la Cour est nécessaire pour permettre à une personne morale d’exercer les compétences qui lui sont attribuées de par la loi et ses statuts. Le problème de la capacité pour recourir se limite en définitive à l’interprétation des normes qui définissent l’étendue des compétences de la personne morale[95].

IV. QUALITÉ POUR RECOURIR

A. GÉNÉRALITÉS

La qualité pour agir est généralement définie comme étant un « titre conféré à une personne permettant de saisir le juge ». La notion d’intérêt est normalement incluse dans celle de qualité[96].

Le Traité sur l’Union européenne distingue trois catégories de requérants potentiels pour ce qui est du recours en annulation (Cf. schéma de l’art. 173 CE, en annexe). En premier lieu, on trouve les requérants privilégiés de l’art. 173 al. 2 CE: ce sont les Etats membres, le Conseil et la Commission. Cette catégorie diffère de celle dont l’accès au prétoire est le plus restrictif, il s’agit des requérants non privilégiés de l’art. 173 al. 4 CE. Entre ces deux catégories, on trouve le Parlement européen et la Banque centrale européenne. Ceux-ci se distinguent des requérants privilégiés en raison du fait qu’ils sont soumis à la condition de ne pouvoir recourir que dans le but de sauvegarder leurs prérogatives. Ces requérants se distinguent aussi des requérants non privilégiés car ils n’ont pas besoin d’être destinataires de l’acte, ni de démontrer un intérêt direct et individuel pour recourir en annulation. La qualité pour agir conférée à ces deux entités communautaires n’était pas reconnue par le Traité de Rome. Elle était pourtant nécessaire afin de compléter la possibilité d’une révision judiciaire de tous les actes décisoires de la Communauté et ainsi d’assurer le respect de la sécurité du droit. Il n’y avait par ailleurs pas de justification correspondante au fait d’exclure ces deux organes de l’accès au prétoire[97].

La nouvelle disposition introduite par le Traité sur l’Union européenne consacre ainsi l’aboutissement de la jurisprudence de la Cour de justice[98]. Désormais, il y a un parallélisme entre la légitimation passive, déjà reconnue antérieurement par la Cour, et la légitimation active.

Pour plus de précisions à ce sujet, il est préférable de s’en référer à la doctrine, très foisonnante sur cette matière[99]

La catégorie des requérants non privilégiés (2.) nous intéresse directement puisqu’il s’agit des particuliers, soit des personnes physiques et morales. Les requérants privilégiés (1.) ne doivent cependant pas être ignorés car ils exercent une influence non négligeable sur le recours des particuliers.

1. Requérants privilégiés

Il s’agit de la première catégorie de requérants envisagée par l’article 173 alinéa 2 du traité CE. Elle est constituée des Etats membres, du Conseil et de la Commission. Ces requérants sont privilégiés pour recourir en annulation en ce qu’ils n’ont pas l’obligation de démontrer un quelconque intérêt pour agir[100]. Ils apparaissent ainsi, selon une expression consacrée, comme les opérateurs constitutionnels de la Communauté[101]. Ce privilège est justifié par le fait que l’intérêt de ces requérants à faire respecter la légalité communautaire est présumé[102]. Les seules conditions de recevabilité imposées à cette catégorie de requérants sont des conditions de délais et de forme[103]. Celles-ci sont prévues par l’art. 173 al. 5 CE.

La situation privilégiée des Etats membres présente deux particularités. D’une part un Etat membre est habilité à recourir en annulation même contre les actes du Conseil en faveur duquel son représentant a émis un vote positif[104]. D’autre part un Etat membre peut aussi recourir contre des décisions adressées à des personnes; cela peut se produire en particulier en matière de droit de la concurrence.

A noter qu’en pratique, les Etats membres n’ont jamais fait usage de leur droit de recours contre les décisions adressées à des particuliers (mais ils se sont parfois portés partie intervenante lors d’un recours introduit par des entreprises)[105].

L’octroi de ce droit de contester les décisions adressées à des particuliers est critiqué en doctrine. Il est difficile d’admettre que les Etats soient les « gardiens de l’orthodoxie juridique » de la Communauté. En outre, ce droit peut s’avérer dangereux dans la mesure où un Etat n’est pas forcément lié par des conditions d’intérêt, ce qui lui permettrait, en pratique, de multiplier les recours dilatoires[106].

A noter que ce droit de recours des Etats membres contre des décisions adressées à des particuliers est assez large puisqu’il leur permet même d’attaquer une décision adressée à une entreprise publique établie sur le territoire d’un autre Etat membre[107].

2. Les requérants non privilégiés

Le particulier, c’est-à-dire une personne physique ou morale, bénéficie d’une protection juridique contre les décisions des institutions communautaires. Ainsi, l’art. 173 al. 4 CE offre un moyen de recours suffisant contre les organes de la Communauté, au même titre qu’il existe des moyens de recours qui lui sont assimilables en droit administratif interne des Etats membres[108]. Toutefois, le droit communautaire exige le respect d’un certain nombre de conditions liées à la qualité pour recourir. Ces conditions sont propres au droit européen et justifient le caractère « non privilégié » des particuliers pour ce qui est du recours en annulation.

Les conditions particulières auxquelles sont soumis les recourants sont les suivantes (Cf. schéma de l’article 173 CE, en annexe). Soit le particulier est destinataire de la décision, soit il ne l’est pas et doit alors démontrer un intérêt direct et individuel pour recourir. L’art. 173 al. 4 CE envisage deux cas où le particulier n’est pas destinataire de l’acte: il peut s’agir soit d’une décision prise sous l’apparence d’un règlement, soit d’une décision adressée à un autre particulier.

On constate donc que la recevabilité d’un recours en annulation formulé par un particulier dépend de l’intensité avec laquelle il sera touché par l’acte litigieux, autrement dit, de l’intérêt qu’il aura à son annulation.

B. INTÉRÊT

1. Généralités

Une personne physique ou morale ne peut recourir en annulation contre une décision prise sous l’apparence d’un règlement (2.) ou contre une décision dont elle n’est pas le destinataire (3.) qu’à la condition de démontrer un intérêt au recours (Cf. schéma de l’article 173 CE, en annexe). Cet intérêt est une condition liée à la qualité pour recourir. Il s’agit de l’exigence d’un lien direct et personnel avec l’acte litigieux. Ce lien peut exister dans deux circonstances. Il peut naître à raison de qualités particulières du requérant ou d’une situation de fait qui le caractérise par rapport à toute autre personne[109].

La jurisprudence en matière d’intérêt poursuit deux objectifs. D’une part le contrôle de cette qualité assure une protection juridictionnelle aux opérateurs qui participent à des procédures complexes. D’autre part ce contrôle permet de restreindre la recevabilité du recours aux hypothèses dans lesquelles le requérant est identifiable parmi les assujettis[110].

2. Décision prise sous l’apparence d’un règlement

a. Généralités

Ce cas de figure est envisagé par l’article 173 alinéa 4 CE. Le but de cette disposition est d’éviter que les institutions communautaires puissent esquiver la possibilité pour un particulier de recourir en annulation, par le simple choix de la forme de l’acte, alors que celui-ci le concerne directement et individuellement[111]. Ainsi, la Cour de justice précise que le choix de la forme ne peut pas changer la nature de l’acte et ne peut donc pas non plus modifier son régime contentieux[112]. La forme le l’acte passe au second plan au bénéfice de ses effets véritables dans le chef des particuliers lésés. L’intérêt au recours joue alors le rôle d’un correctif et pallie ainsi au manque de protection juridique contre une application illicite du droit communautaire par ses propres institutions.

Le problème le plus délicat est celui qui consiste à déterminer la nature véritable de l’acte, autrement dit de décider que l’acte a la nature d’une décision individuelle ou celle d’un règlement général. La Cour de justice a articulé sa jurisprudence autour de l’affirmation suivante:

« La nature réglementaire d’un acte n’est pas mise en cause par la possibilité de déterminer avec plus ou moins de précision le nombre ou même l’identité des sujets de droit auxquels il s’applique à un moment donné, tant il est constant que cette application s’effectue en vertu d’une situation objective de droit ou de fait définie par l’acte, en relation avec la finalité de ce dernier. »[113]

A cet effet, la distinction entre un règlement et une décision doit être recherchée dans la « portée » générale ou non de l’acte en question.

« Les traits essentiels de la décision résultent de la limitation des ‘destinataires’ auxquels elle s’adresse, alors que le règlement de caractère essentiellement normatif, est applicable non à des destinataires limités, désignés ou identifiables mais à des catégories envisagées abstraitement et dans leur ensemble […], pour déterminer dans les cas douteux si on se trouve en présence d’une décision ou d’un règlement, il faut rechercher si l’acte en question concerne individuellement des sujets déterminés. »[114]

Peu importe la qualification de l’acte choisie par l’institution communautaire, il faut être attentif à sa nature et à son contenu.

« Si un acte qualifié de règlement par son auteur contient des dispositions qui sont de nature à concerner certaines personnes physiques ou morales d’une manière non seulement directe mais aussi individuelle, il faut admettre qu’en tout état de cause, et sans préjudice de la question de savoir si cet acte considéré dans son ensemble peut être qualifié à juste titre de règlement, ces dispositions n’ont pas un caractère réglementaire, et peuvent partant être attaquées. »[115]

Enfin, c’est seulement si la nature de l’acte est individuelle et concrète que l’on pourra se poser la question de savoir si le particulier est touché directement et individuellement par la mesure[116].

Ces critères de distinction entre un acte individuel et un acte général sont issus d’une conception controversée entre certains auteurs de doctrine et les juges de Luxembourg. Deux conceptions principales s’affrontent. L’une trouve ses origines en droit administratif français: il s’agit de la conception objective (i.). L’autre trouve ses origines en droit administratif allemand: il s’agit de la conception subjective (ii.).

i. Conception objective

En droit français, le juge de l’excès de pouvoir n’a pas pour mission principale de trancher un litige entre deux parties, mais bien plutôt de contrôler la régularité de l’action administrative. Selon cette approche, un particulier peut demander l’annulation de n’importe quel acte de l’administration, même si cet acte a des effets qui excèdent le cadre des rapports entre l’administration et le particulier, ce qui est généralement le cas pour les règlements[117].

Ainsi l’intérêt au recours est conçu de manière objective car il n’est justifié que par le bon fonctionnement de l’administration. Il se dégage donc complètement d’un quelconque rattachement au particulier. Ce dernier n’est qu’une personne qui dénonce un méfait de l’activité administrative.

Cette conception n’a pas été retenue par la Cour de justice européenne.

ii. Conception subjective

Le droit administratif allemand connaît une conception qui est opposée à celle de la France. Les recours ont pour objectif principal de mettre fin à un litige entre l’administration et le recourant. Ainsi seules les décisions individuelles et concrètes peuvent faire l’objet d’un recours. Un particulier ne peut donc se prévaloir que contre une mesure administrative qui le vise et le touche directement. C’est la lésion de l’intérêt du particulier qui fonde le droit de recours et non l’intérêt de la saine administration comme en droit français. Suivant cette optique, il est exclu de recourir contre un acte général et abstrait, donc les règlements sont hors du domaine du contentieux administratif[118]. Ce principe est adouci par quelques exceptions comparables à celles du droit administratif suisse, qui connaît aussi un système politique de type fédéral.

Cette approche distingue clairement les actes de législation des actes d’exécution. Les actes législatifs de type général et abstrait, ne peuvent faire l’objet d’une révision judiciaire. La justification se trouve dans le principe de la séparation des pouvoirs entre le « législatif » et le « judiciaire ». Il s’agit d’éviter que les juges acquièrent des pouvoirs qui sont conférés au législateur, à qui la légitimation démocratique permet de prétendre d’agir au nom des électeurs qu’il représente. Les actes exécutifs de type individuel et concret sont en revanche adoptés par un organe qui est inférieur au législateur. Le pouvoir judiciaire est autorisé à contrôler la correcte application des actes d’exécution dans la direction voulue par le législateur.

Le recours en annulation va dans le sens du droit public subjectif allemand. Plusieurs raisons justifient ce choix. La principale d’entre elles provient du fait que la CE n’est pas pourvue d’un organe législatif au correspondant à celui des Etats. Les autorités communautaires exercent un pouvoir qui se situe à mi-chemin entre le législatif et l’exécutif. A cet égard, un contrôle de la conformité des règlements au traité serait pratiquement équivalent à un contrôle de la constitutionnalité d’actes quasi-législatifs. Permettre aux particuliers de provoquer ce contrôle aboutirait à conférer à la Cour une influence démesurée au sein des Communautés[119].

Pour ma part, je pense qu’un contrôle des actes réglementaires édictés par la Commission serait tout à fait envisageable sans mettre en péril l’équilibre des pouvoirs au sein de la Communauté. De tels actes entrepris par un organe purement exécutif devraient être considérés comme inférieurs à des actes législatifs et partant, être soumis à la sanction judiciaire. Il en va de la garantie de la juste application du droit communautaire ainsi que d’une meilleure protection des particuliers à l’encontre d’une institution qui repose sur une bien faible légitimité démocratique.

b. Nature réglementaire de l’acte

Comme nous l’avons vu, seul un critère matériel est opératoire pour déterminer si un acte a une nature réglementaire ou décisoire. Ainsi l’acte réglementaire peut être défini comme étant un « acte normatif de nature quasi législative qui pose par conséquent de façon abstraite les conditions de son application »[120]. On ne tient pas compte de la dénomination officielle de l’acte, mais bien plutôt de son objet et de son contenu. Ceux-ci distinguent le règlement de la décision en ce qu’ils lui confèrent une portée générale[121].

Il peut arriver qu’un acte véritablement réglementaire contienne des dispositions qui sont de nature à concerner individuellement certaines personnes privées déterminées. Dans une pareille situation, il importe que la Cour procède à une analyse non seulement de substance, mais encore de détail des dispositions réglementaires. Il est aussi possible qu’une réglementation transitoire se rapportant à certaines situations nées dans le passé et à des groupes d’entreprises déterminées, fasse partie intégrante d’une réglementation générale et soit ainsi soustraite au recours en annulation des particuliers[122].

c. Règlement cachant un faisceau de décisions individuelles

Les institutions communautaires peuvent adopter un règlement qui couvre en réalité un « faisceau de décisions individuelles ». Un cas de ce type a été jugé dans l’affaire NV International Fruit Company e. a. / Commission où il était question d’un règlement susceptible d’affecter un nombre déterminé de demandes de titres d’importation et auquel aucune nouvelle demande ne pouvait s’ajouter. C’était en considération de la quantité totale pour laquelle ces demandes avaient été introduites que le règlement avait été adopté. La Cour a estimé que ce règlement éludait de façon illicite le droit de recourir en annulation.

« Il s’ensuit que l’article 1 du règlement 983/70 ne constitue pas une disposition de portée générale au sens de l’article 189, alinéa 2, du traité, mais doit s’analyser en un faisceau de décisions individuelles prises par la Commission en vertu de l’article 2, paragraphe 2, du règlement n° 459/70 sous l’apparence d’un règlement, chacune affectant la situation juridique de chacun des auteurs de demandes. »[123]

3. Décision dont le particulier n’est pas le destinataire

a. Généralités

Cette acception est comprise ici comme regroupant les décisions dont le caractère individuel n’est pas contesté, mais qui lèsent les intérêts d’une entité qu’elle ne vise pas expressément. Il s’agit des cas où l’objet du recours s’adresse à une certaine personne, mais produit des effets chez des tiers. Ceux-ci ne sont habilités à recourir qu’à la double condition d’avoir un intérêt individuel et un intérêt direct[124]. Il faut que ces intérêts soient affectés par la décision prise à l’encontre d’une autre personne. Le respect de ces exigences doit être démontré par la partie qui entend en tirer son droit de recours.

On peut recenser deux sortes de décisions dont le particulier n’est pas le destinataire: d’une part les décisions adressées à une autre personne (a.) et d’autre part les décision adressées à un Etat (b.).

b. Décisions adressées à une autre personne

L’appréciation des conditions de recevabilité des recours contre les décisions adressées à d’autres particuliers est assez stricte. Il n’est toutefois pas nécessaire que le requérant démontre que la décision, qui ne lui était pas adressée mais qui touchait néanmoins ses intérêts, a été prise dans le but d’éluder son droit de recours en annulation. La seule question pertinente est celle qui consiste à déterminer le lien qui unit l’objet du recours au requérant. Ainsi, il faut que celui-ci établisse que la décision litigieuse le concerne directement et individuellement. Ces notions ont exactement le même sens dans les cas où l’acte attaqué a une portée normative et dans ceux où il a une portée individuelle[125].

Les cas dans lesquels un particulier est amené à attaquer une décision adressée à un autre particulier ne se présente guère qu’en droit de la concurrence. Il s’agit d’une des seules matières où la Commission est habilitée à prendre des décisions dont les entreprises sont les destinataires directs. Les actes qui font l’objet d’un recours en annulation consistent en une décision favorable aux parties à un accord ou à l’auteur d’une pratique individuelle qui lèse les intérêts de tiers. Cette décision peut être une exemption, une attestation négative ou le classement sans suite d’une plainte[126].

« Il est de l’intérêt, à la fois d’une bonne justice et d’une bonne application des articles 85 et 86 que les personnes physiques ou morales qui sont, en vertu de l’article 3, § 2 litt. b du Règlement n° 17, habilitées à demander à la Commission de constater une infraction, puissent, s’il n’est pas fait droit, en tout ou en partie, à leur demande, disposer d’une voie de recours destinée à protéger leurs intérêts légitimes. »[127]

Dans cette affaire, le recours d’une entreprise était recevable car il l’atteignait dans ses intérêts directs et individuels. Ce recours était formulé contre le rejet d’une plainte préalable visant à contester une décision d’exemption prise en faveur d’un accord entre d’autres concurrents.

c. Décision adressée à un Etat

Il s’agit d’une interprétation extensive de la notion de « décision adressée à une autre personne » que connaît l’article 173 alinéa 4 CE:

« […] l’article 173, alinéa 2, du traité admet le recours des particuliers contre les décisions adressées à une « autre personne » et qui les concerneraient de façon directe et individuelle, mais que cet article ne précise ni ne limite la portée de ces termes;

que la lettre et le sens grammatical de la disposition précitée justifient l’interprétation la plus large;

que, d’ailleurs, les dispositions du traité concernant le droit d’agir des justiciables ne sauraient être interprétées restrictivement;

que, partant, dans le silence du traité, une limitation à cet égard ne saurait être présumée; »[128].

La recevabilité des recours en annulation introduits par les particuliers est rarement admise par la Cour lorsqu’elle vise une décision adressée à un Etat. Elle dépend évidemment de l’appréciation portée par la Cour sur l’individualisation de la situation juridique des particuliers auteurs des recours[129].

Au vu de l’arrêt Alfred Töpfer KG et Getreide-Import Gesellschaft / Commission, la Cour de justice a officiellement reconnu la possibilité pour un particulier de recourir en annulation contre une décision adressée à un Etat[130]. La CJCE a ainsi eu l’occasion de préciser qu’une décision de la Commission est directement applicable et concerne les justiciables intéressés aussi directement que les mesures auxquelles elles se substitue, dès lors qu’elle porte modification ou suppression des mesures de sauvegarde litigieuses. Pour ce qui était de l’intérêt individuel, la Cour a constaté la chose suivante:

« Le nombre et l’individualité de ces importateurs étaient déterminés et vérifiables […] que la situation de fait, ainsi créée, caractérise ceux-ci, dont les requérantes, par rapport à toute autre personne et les individualise d’une manière analogue à celle du destinataire. »[131]

D’une manière générale, la Cour de justice prend en considération le type de compétence laissée à l’Etat par le texte. L’absence de marge d’appréciation laissée aux autorités nationales conduira la Cour à reconnaître que le texte concerne directement le requérant[132]. Au contraire, le requérant ne sera pas directement concerné lorsqu’une décision laisse aux Etats une compétence discrétionnaire[133].

C. INTÉRÊT DIRECT ET INDIVIDUEL

1. Généralités

Comme la question du lien entre le requérant et la disposition litigieuse est reconnue comme étant la plus importante pour déterminer s’il y a eu une atteinte donnant droit au recours en annulation, c’est en ce qui concerne ce problème que s’est développée la plus grande partie de la jurisprudence.

En l’occurrence, le particulier doit être touché « directement et individuellement » par la mesure. Ces deux conditions sont cumulatives. Cela implique que si l’une d’elles n’est pas satisfaite, le recours en annulation n’est pas recevable[134].

Dans l’examen de l’intérêt direct et individuel, la Cour de justice commence par se pencher sur l’intérêt individuel.

« Il convient tout d’abord d’examiner si la deuxième condition de recevabilité est remplie, puisqu’il devient superflu, si le requérant n’est pas concerné individuellement par ladite décision, de rechercher si celle-ci le frappe d’une façon directe. »[135]

Cette pratique est justifiée par un souci d’économie de motifs car l’intérêt individuel fait plus souvent défaut que l’intérêt direct. A cet effet, la jurisprudence est plus abondante en matière d’analyse de l’intérêt individuel (2.) qu’en matière d’analyse de l’intérêt direct (3.).

2. Intérêt individuel

L’intérêt individuel est défini par une formule jurisprudentielle relativement compliquée. Il s’agit avant tout de déterminer quelles sont les qualités ou les situations de fait qui sont de nature à individualiser une personne d’une manière analogue au destinataire[136].

« Les sujets autres que les destinataires d’une décision ne sauraient prétendre être concernés individuellement que si cette décision les atteint en raison de certaines qualités qui leur sont particulières ou d’une situation de fait qui les caractérise par rapport à toute autre personne et de ce fait les individualise d’une manière analogue à celle du destinataire. »[137]

Si le particulier n’est pas le destinataire de l’acte communautaire, mais est néanmoins touché dans ses intérêts individuels, il peut se défendre par le biais du recours en annulation. Celui-ci n’est ouvert dans ce cas qu’à la condition qu’il ait été opéré une véritable substitution juridique qui devait priver le destinataire effectif de l’acte de toutes possibilités de recours. Cette substitution peut être décelée à l’aide de deux séries d’indices. La première série réunit des indices ne nature objective (a.) et la seconde série réunit des indices de nature subjective (b.)[138].

a. Indices de nature objective

Les indices de nature objective sont perceptibles dans les effets d’un acte communautaire. Celui-ci peut être une décision adressée à un autre destinataire ou une décision prise sous l’apparence d’un règlement. A noter que cette dernière peut aussi s’analyser comme formant un faisceau de décisions individuelles[139].

Un acte communautaire est potentiellement objectivement annulable s’il présente la caractéristique de s’adresser à un nombre limité de personnes qu’il est possible d’individualiser. Pour ce faire, la décision litigieuse doit atteindre le requérant à raison de certaines qualités qui lui sont particulières ou d’une situation de fait qui le caractérise par rapport à toute autre personne[140].

« qu’en adoptant ces critères de distinction, l’acte litigieux vise un nombre déterminé d’opérateurs identifiés en raison d’un comportement individuel qu’ils ont eu ou sont censé avoir eu au cours d’une période délimitée;

que pareille mesure, même si elle fait partie d’un ensemble de dispositions à caractère normatif, concerne individuellement les sujets de droit visés en ce qu’elle affecte leur position juridique en raison d’une situation de fait qui les caractérise par rapport à toute autre personne et les individualise d’une manière analogue à celle d’un destinataire; »[141]

Ainsi, le requérant doit être affecté « spécialement » par la mesure contestée. La Cour a refusé que l’activité exercée par les intéressés ou leur situation sur le marché pouvait être suffisantes en elles-mêmes. La considération déterminante ne saurait être que celle de leur situation par rapport à l’acte déterminé. Cette situation ne doit pas être générique mais spécifique au requérant[142].

La connaissance du nombre et de l’identité des personnes concernées n’est qu’une donnée première qui doit encore être complétée par l’individualisation de leur situation. Elle est généralement rendue possible par le caractère rétroactif de la mesure, comme ce fut le cas dans l’affaire Société pour l’exportation des sucres / Commission où des opérateurs économiques furent individualisés par le fait qu’ils avaient obtenu pour le produit en cause des fixations à l’avance dans des certificats délivrés avant une certaine date et encore valables lors de l’entrée en vigueur d’un régime distinct[143].

b. Indices de nature subjective

L’individualisation de la mesure résulte non seulement de certaines qualités particulières ou d’une situation de fait spécifique, c’est-à-dire de données objectives, mais aussi de leur prise en considération par l’autorité communautaire. Il s’agit cette fois des indices de nature subjective. Ceux-ci viennent s’ajouter aux appréciations objectives, qui sont insuffisantes dans la plupart des cas. Les indices de nature subjective sont liées au détournement de procédure qui paraît justifier le recours des particuliers[144].

Les critères objectifs de limitation du nombre de destinataires ou d’identité de ces personnes doivent être complétés par des éléments qui déterminent et justifient l’adoption de l’acte litigieux. Autrement dit, il faut un certain lien de causalité entre la connaissance qu’a l’institution de la situation du requérant et la mesure qu’elle a adoptée. Il doit être possible de déceler, au sein de l’institution, une volonté d’affecter les intérêts d’un groupe de personnes envisagées dans leur individualité[145].

« que le nombre et l’individualité de ces importateurs étaient déterminés et vérifiables dès avant la date du 4 octobre, quand la décision attaquée a été arrêtée;

que la Commission était en mesure se savoir que sa décision affectait exclusivement les intérêts et la position desdits importateurs;

que la situation de fait, ainsi créée, caractérise ceux-ci, dont les requérantes, par rapport à toute autre personne et les individualise d’une manière analogue à celle du destinataire; »[146]

Cet extrait tiré de la jurisprudence de Luxembourg illustre la prise en compte, par la Cour, des indices de nature subjective.

On constate donc que la démarche de la Cour de justice s’effectue en deux temps. Premièrement, la Cour cherche à vérifier la possibilité de déterminer le nombre et l’identité des intéressés, puis l’existence de caractères qui leur sont propres ou d’une situation de fait les individualisant par rapport à toute autre personne (appréciation objective). Deuxièmement, la Cour détermine si ces considérations ont été déterminantes lors de l’adoption de l’acte, ou, si au contraire, celui-ci a véritablement été pris en vue de régler une situation objective (appréciation subjective). La finalité normative est donc un des éléments permettant d’apprécier la nature de l’acte[147].

3. Intérêt direct

La jurisprudence est peu développée en matière d’intérêt direct car la plupart des recours sont rejetés pour défaut d’intérêt individuel, condition qui est analysée en premier. En outre, les solutions consacrées par la Cour sont teintées des caractéristiques propres aux cas d’espèces, ce qui rend difficile la mise au point d’une conception abstraite et générique de la notion d’intérêt direct[148].

La Cour de justice ne s’est penchée sur le problème de l’intérêt direct que dans les affaires concernant essentiellement les décisions destinées aux Etats membres. Bien qu’adressées à ces derniers et, par leur intermédiaire, aux mécanismes d’intervention, ce genre de décisions ont un effet auprès des particuliers par le fait qu’elles déterminent le sort favorable ou défavorable des mesures entreprises par les Etats à leur encontre[149].

« que l’allégation du Conseil et de l’intervenante que les importateurs ne seraient directement concernés que par les actes d’exécution des autorités nationales et devraient donc, le cas échéant, en saisir les juridictions nationales compétentes, méconnaît le caractère purement automatique de cette exécution, qui, par ailleurs, se fait non pas en vertu de règles nationales intermédiaires, mais en vertu de la seule réglementation communautaire; »[150]

Ainsi, il résulte de la jurisprudence que le caractère direct de l’intérêt du requérant consiste à rechercher si l’Etat membre destinataire dispose d’une liberté d’appréciation quant à l’exécution de la décision communautaire. Le fait que l’Etat ait déjà donné à connaître, au moment de l’adoption de la décision, la suite qu’il entendait lui réserver, ne paraît pas être pris en considération[151].

« qu’aux termes de cette disposition, la Commission seule est compétente pour apprécier la situation économique au vu de laquelle la décision concernant la délivrance des titres d’importation doit se justifier;

que l’article 1, paragraphe 2, du règlement n° 459/70, en prévoyant que les Etats membres ‘délivrent, dans les conditions définies à l’article 2, les titres à tout intéressé qui en a fait la demande’, laisse clairement apparaître que les autorités nationales ne disposent d’aucun pouvoir d’appréciation quant à la délivrance des titres et aux conditions auxquelles il est donné suite aux demandes des intéressés; »[152]

L’intérêt direct du particulier suppose, soit que l’auteur de cette mesure ne disposait d’aucune marge d’appréciation quant à l’adoption de l’acte litigieux (a.), soit qu’aucune mesure intermédiaire n’est venue s’interposer entre l’acte communautaire et le requérant (b.). En tous les cas, l’intérêt direct a un effet immédiat (c.) qui doit être né et actuel.

a. L’auteur de la mesure ne dispose d’aucune marge d’appréciation quant à l’adoption de l’acte litigieux

Pour décider si les mesures d’application n’ont pas un caractère automatique, la Cour ne se contente pas de vérifier que son auteur avait la possibilité juridique d’en prendre une autre. Elle examine si, compte tenu des faits de l’espèce, cette possibilité n’était pas purement théorique, autrement dit si une mesure différente était pratiquement envisageable[153].

Si l’Etat membre ne dispose d’aucune marge d’appréciation et se borne donc à exécuter sans intervention de sa propre volonté une mission qui lui est confiée par la Communauté, s’il agit comme une autorité de « l’administration communautaire indirecte », il ne serait pas exagéré d’affirmer que c’est celle-ci qui régit directement la situation du particulier[154].

b. Aucune mesure intermédiaire ne vient s’interposer entre l’acte communautaire et le requérant

Lorsque l’acte attaqué n’exige aucune mesure d’exécution étatique pour son application aux particuliers, il va de soi qu’il concerne « directement » ceux-ci. Le caractère direct du rapport entre l’acte et le requérant résulte de l’absence de toute intervention étatique, sans qu’il soit nécessaire de l’expliquer par d’autres circonstances[155].

c. Effet immédiat

Le sens de l’expression « directement concerné » désigne une décision communautaire qui a pour effet immédiat d’affecter la situation juridique du requérant. Le facteur déterminant est donc bien l’existence d’une relation causale immédiate entre l’acte et l’individu. Cette relation peut se trouver interrompue par l’interposition d’une mesure nationale présentant un caractère discrétionnaire[156].

Ainsi l’exigence d’un intérêt direct exprime la préoccupation de ne pas admettre un recours qui serait exclusivement fondé sur une relation médiate entre la mesure dont l’illégalité est invoquée et la situation du demandeur. Le préjudice subi doit être directement le fait de la décision attaquée. Autrement dit, la décision doit avoir une répercussion directe sur les intérêts du requérant. Cette condition ne saurait être confondue avec celle d’un intérêt individuel qui lui est logiquement postérieur[157].

Dans un sens plus large, l’effet immédiat peut aussi comprendre la condition selon laquelle l’intérêt doit être né et actuel. Un requérant qui se prévaut d’un intérêt concernant une situation juridique future, mais sans pouvoir établir que l’atteinte à cette situation est d’ores et déjà certaine, ou qui se réfère à un éventuel changement de circonstances, alors que celui-ci, s’il survenait, ne le laisserait pas sans possibilité de faire valoir ses droits, ne justifie pas d’un tel intérêt[158].

V. CONCLUSION

Le recours en annulation est une voie de droit communautaire qui présente des conditions de recevabilité relativement complexes[159]. Cela est surtout dû au fait que ce recours est ouvert à plusieurs catégories très différentes de requérants. Chacune d’elles requiert des qualités qui lui sont spécifiques pour introduire le recours. Les rédacteurs du traité ont ainsi tenté d’élaborer un texte qui garantisse suffisamment les droits des particuliers eu égards aux interventions des institutions dans leurs intérêts; mais il a fallu aussi préserver la Cour de justice d’un afflux trop massif de saisines, qui aurait risqué de paralyser l’application du droit communautaire dans son ensemble. Cette réflexion justifie la restriction assez sévère de l’exigence de l’intérêt direct et individuel.

Avec le temps, le pouvoir des institutions communautaires s’accroît au détriment des compétences nationales. Ce constat est confirmé par le système de la majorité au Conseil qui s’impose dans des domaines toujours plus nombreux. Parallèlement à ce phénomène, on observe que les institutions se rapprochent des citoyens. Cette autre constatation est étayée par le fait que le Parlement européen est aujourd’hui élu au suffrage universel, ce qui n’était pas le cas au départ.

La Cour de justice suit la même évolution et le recours en annulation des particuliers est là pour en témoigner. Il est probable que ce dernier puisse bientôt s’étendre au contrôle de la légalité des actes généraux et abstraits des institutions. La Cour disposerait donc d’un pouvoir accru et le droit de recours des particuliers serait plus étendu. Certains auteurs ne cachent d’ailleurs pas les analogies que ce recours comporte avec ceux que connaissent les cours constitutionnelles des Etats membres[160].

Toutefois aujourd’hui, l’Europe communautaire est encore au stade de la construction. Il se justifie de restreindre la possibilité, pour n’importe quel particulier, de contester le droit communautaire aux cas les plus patents. La finalité européenne ne vaut-elle pas ce petit sacrifice ?

* * *

– ANNEXE –

* * *


[1]Louis, L’ordre juridique communautaire, Bruxelles 1990, p. 43 ss.

[2] Cf. art. 164 CE.

[3] Boulouis, Droit institutionnel des Communautés européennes, Paris 1993, p. 315.

[4] Ritleng, Annulation (Recours en-), in: Dictionnaire juridique des Communautés européennes, Paris 1993, p. 78.

[5] Rideau / Chevallier / Rainaud / Balmond / Bayeux Droit institutionnel des Communautés européennes (recueil de textes), Paris 1974, p. 262.

[6] CJCE 23 avril 1986, Parti écologiste « Les Verts » / Parlement européen, aff. 294/83, Rec. 1986, p. 1339, att. 23.

[7] Dehousse, La Cour de justice des Communautés européennes, Paris 1994, p. 26 s.

[8] Louis, L’ordre juridique communautaire, Bruxelles 1990, p. 45.

[9] Ritleng, Annulation (Recours en-), in: Dictionnaire juridique des Communautés européennes, Paris 1993, p. 77 ss.

[10] Louis, op. cit., p. 49 ss.

[11] Louis, op. cit., p. 95.

[12] Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 586; Fromont, L’influence du droit français et du droit allemand sur les conditions de recevabilité du recours en annulation devant la Cour de Justice des Communautés européennes, RTDE, Paris 1966, p. 47 ss.

[13] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 53.

[14] Rideau, op. cit., p. 594; Boulouis, Droit institutionnel des Communautés européennes, Paris 1993, p. 319.

[15] Joliet, op. cit., p. 56 s.

[16] Voir surtout l’art. 2 litt. e CEEA.

[17] CJCE 22 mai 1990, Parlement européen / Conseil, aff. C-70/88, Rec. 1990, p. 2067, att. 27.

[18] Vandersanden, Article 173, in: Traité instituant la CEE, commentaire par article, Paris 1992, p. 1047; Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 591.

[19] Cloos / Reinesch / Vignes / Weyland, Le traité de Maastricht, genèse, analyse, commentaires, Bruxelles 1994, p. 435 s.

[20] Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 588.

[21] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 57.

[22] CJCE 18 janvier 1979, Société des usines de Beauport e. a. / Conseil, aff. 103 à 109/78, Rec. 1979, p. 17, att. 20 à 23 (a contrario).

[23] CJCE 31 mars 1971, Commission / Conseil (AETR), aff. 22/70, Rec. 1971, p. 263, att. 42.

[24] CJCE 11 novembre 1981, IBM / Commission, aff. 60/81, Rec. 1981, p. 2639, att. 9; Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 63 s.

[25] CJCE 31 mars 1971, Commission / Conseil (AETR), aff. 22/70, Rec. 1971, p. 263, att. 41.

[26] Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 588.

[27] CJCE 11 novembre 1981, IBM / Commission, aff. 60/81, Rec. 1981, p. 2639, att. 9.

[28] CJCE 9 octobre 1990, République française / Commission, aff. C-366/88, Rec. 1990, p.I-3571, att. 9.

[29] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 194 s.

[30] CJCE 27 mars 1980, Sucrimex SA et Westzucker GmbH / Commission, aff. 139/79, Rec. 1980, p. 1299, att. 16 à 18.

[31] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 107.

[32] CJCE 15 mars 1967, Société anonyme Cimenteries CBR, Cementsbedrijven N. V. e. a. / Commission, aff. jointes 8 à 11-66, Rec. 1967, p. 93, att. 3.

[33] CJCE 15 mars 1967, Société anonyme Cimenteries CBR, Cementsbedrijven N. V. e. a. / Commission, aff. jointes 8 à 11-66, Rec. 1967, p. 93: conclusions de l’Avocat général Karl Roemer du 15 février 1967, Rec. 1967, p. 130.

[34] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 65.

[35] Règlement 62/17/CEE du Conseil du 6 février 1962 (JOCE 1962, no° 13, p. 204).

[36] CJCE 11 novembre 1981, IBM / Commission, aff. 60/81, Rec. 1981, p. 2639, att. 10.

[37] CJCE, op. cit., att. 12.

[38] CJCE 25 février 1988, Parti écologiste « Les Verts » / Parlement européen, aff. 190/84, Rec. 1988, p. 1017, att. 8.

[39] Boulouis, Droit institutionnel de l’Union européenne, Paris 1995, p. 332.

[40] Soulard, Recours en annulation, conditions de recevabilité, Juris-Classeur vol. 1, fascicule 330, Paris 1995, p. 12.

[41] CJCE 3 février 1977, De Lacroix / Cour de justice, aff. 91/76, Rec. 1977, p. 225, att. 8.

[42] CJCE 11 novembre 1981, IBM / Commission, aff. 60/81, Rec. 1981, p. 2639, att. 8.

[43] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 58.

[44] Vandersanden, Article 173, in: Traité instituant la CEE, commentaire par article, Paris 1992, p. 1042.

[45] CJCE 15 juillet 1963, Plaumann et Co / Commission, aff. 25/62, Rec. 1963, p. 197, att. 9 à 11; Brown / Kennedy, The Court of justice of the European Communities, London 1994, p. 137.

[46] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 69.

[47] CJCE 26 février 1981, F. Giuffrida et G. Campogrande / Conseil, aff. 64/80, Rec. 1981, p. 693, att. 6.

[48] Vandersanden / Barav, Contentieux communautaire, Bruxelles 1977, p. 171.

[49] Rasquin / Chevallier, L’article 173 alinéa 2 du Traité CEE, RTDE, Paris 1966, p. 35.

[50] CJCE 27 septembre 1988, Parlement européen / Conseil, aff. 302/87, Rec. 1988, p. 5615, att. 10.

[51] Fromont, L’influence du droit français et du droit allemand sur les conditions de recevabilité du recours en annulation devant la Cour de Justice des Communautés européennes, RTDE 1966, Paris 1966, p. 50.

[52] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 72.

[53] Fromont, op. cit., p. 49.

[54] Ritleng, Article 173, in: Traité sur l’Union européenne, commentaire article par article, tome II, Paris 1995, p. 592.

[55] CJCE 23 avril 1986, Les Verts / Parlement européen, aff. 294/83, Rec. 1986, p. 1339, att. 23.

[56] Ritleng, op. cit., p. 592.

[57] Bulletin des Communautés européennes, supplément 5/75, p. 38.

[58] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 73.

[59] CJCE 29 juin 1993, Gouvernement de Gibraltar / Conseil, aff. C-298/89, Rec. 1993, p. I-3605, att. 16 à 23.

[60] TPI 20 octobre 1994, Asociaciòn Española de Empresas de la Carne (Asocarne) / Conseil, aff. T-99/94, Rec. 1994, p. II-871, att. 17.

[61] Vandersanden, Pour un élargissement du droit des particuliers d’agir en annulation contre des actes autres que les décisions qui leur sont adressées, CDE, Bruxelles 1995, p.541.

[62] CJCE 27 mars 1980, Sucrimex SA et Westzucker GmbH / Commission, aff. 133/79, Rec. 1980, p. 1299, att. 16 à 18.

[63] Boulouis, Droit institutionnel de l’Union européenne, Paris 1995, p. 332.

[64] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 101.

[65] CJCE 31 mars 1971, Commission / Conseil (AETR), aff. 22/70, Rec. 1971, p. 263, att. 42.

[66] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 195.

[67] Melchior, Les communications de la Commission des Communautés européennes: contribution à l’étude des actes communautaires non prévus par les traités, in: Mélanges Fernand Dehousse, vol. 2, Paris 1979, p. 243.

[68] Melchior, op. cit., p. 244.

[69] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 109.

[70] CJCE 15 mars 1967, Société anonyme Cimenteries CBR, Cementsbedrijven N. V. e. a. / Commission, aff. jointes 8 à 11-66, Rec. 1967, p. 131.

[71] CJCE 4 octobre 1983, Fédération de l’industrie de l’huilerie de la CEE (FEDIOL) / Commission, aff. 191/82, Rec. 1983, p. 2913, att. 29.

[72] CJCE, op. cit., att. 30.

[73] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 196.

[74] CJCE 23 avril 1986, Parti écologiste « Les Verts » / Parlement européen, aff. 294/83, Rec. 1986, p. 1339, att. 23.

[75] Vandersanden, Article 173, in: Traité instituant la CEE, commentaire par article, Paris 1992, p. 1043; CJCE 23 avril 1986, Parti écologiste « Les Verts » / Parlement européen, aff. 294/83, Rec. 1986, p. 1339.

[76] CJCE 27 septembre 1988, Parlement européen / Conseil, aff. 302/87, Rec. 1988, p. 5615, att. 20.

[77] Cloos / Reinesch / Vignes / Weyland, Le traité de Maastricht, genèse, analyse, commentaires, Bruxelles 1994, p. 435 s.

[78] Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 587.

[79] Ritleng, Article 173, in: Traité sur l’Union européenne, commentaire article par article, tome II, Paris 1995, p. 601.

[80] Ritleng, op. cit., p. 602.

[81] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 119.

[82] CJCE 27 novembre 1984, Srl Bensider e. a. / Commission, aff. 50/84, Rec. 1984, p. 3991, att.7.

[83] Picod, Recevabilité, in: Dictionnaire juridique des Communautés européennes, Paris 1993, p. 887.

[84] CJCE 27 septembre 1988, Parlement européen / Conseil, aff. 302/87, Rec. 1988, p. 5615, att. 9.

[85] Soulard, Recours en annulation, conditions de recevabilité, Juris-Classeur vol. 1, fascicule 330, Paris 1995, p. 17.

[86] CJCE 4 mars 1964, M. Claude Lassale / Parlement européen, aff. 15/63, Rec. 1964, p. 57: conclusions de l’avocat général Maurice Lagrange du 5 novembre 1963, Rec. 1964, p. 109.

[87] Schermers/Waelbroeck, Judicial protection in the European Communities, Deventer 1992, p. 230.

[88] Thill, Le défaut de qualité du Parlement européen pour agir en annulation au titre de l’article 173 du traité CEE, L’arrêt de la Cour de justice du 27 septembre 1988 et ses implications sur d’autres aspects du contentieux communautaire, CDE, Bruxelles 1989, p. 372.

[89] CJCE 14 décembre 1962, Confédération nationale de producteurs de fruits et légumes e. a. / Commission, aff. 16 et 17/62, Rec. 1962, p. 901.

[90] CJCE, op. cit., p. 916.

[91] Rasquin / Chevallier, L’article 173 alinéa 2 du Traité CEE, RTDE, Paris 1966, p. 34.

[92] CJCE 28 octobre 1982, Groupement des Agences de voyages, Asbl / Commission, aff. 135/81, Rec. 1982, p. 3799, att. 10.

[93] CJCE, op. cit., att. 9 et 11.

[94] CJCE 8 octobre 1974, Union syndicale-Service public européen-Bruxelles, Denise Massa et Roswitha Kortner / Conseil, aff. 175/73, Rec. 1974, p. 917, att.11.

[95] CJCE 14 novembre 1963, Claude Lassale / Parlement européen, aff. 15/63, Rec. 1964, p. 97: conclusions de l’avocat général Maurice Lagrange du 5 novembre 1963, Rec. 1964, p. 109 ss.

[96] Picod, Recevabilité, in: Dictionnaire juridique des Communautés européennes, Paris 1993, p. 889.

[97] Brown / Kennedy, The Court of justice of the Eurpoean Community, London 1994, p. 132.

[98] CJCE 22 mai 1990, Parlement / Conseil, aff. C-70/88, Rec. 1990, p. I-2041, att. 27.

[99] Ritleng, Article 173, in: Traité sur l’Union européenne, commentaire article par article, tome II, Paris 1995, p. 593 ss; Soulard, Recours en annulation, conditions de recevabilité, Juris-Classeur vol. 1, fascicule 330, Paris 1995, p. 16 s.; Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 119 ss.

[100] CJCE 26 mars 1987, Commission / Conseil, aff. 45/86, Rec. 1987, p. 1493, att. 3.

[101] Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 590.

[102] Boulouis, Droit institutionnel de l’Union européenne, Paris 1995, p. 333.

[103] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 197.

[104] CJCE 13 juillet 1979, Gouvernement de la République italienne / Conseil, aff. 166/78, Rec. 1979, p. 2575, att. 6.

[105] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 68.

[106] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 197 s.

[107] CJCE 20 mars 1985, Gouvernement de la République italienne / Conseil, aff. 41/83, Rec. 1985, p. 873, att. 30.

[108] Gündisch, Rechtsschutz in der Europäischen Gemeinschaft, Stuttgart 1994, p. 80.

[109] Boulouis, Droit institutionnel de l’Union européenne, Paris 1995, p. 335.

[110] Boulouis, op. cit., p. 335.

[111] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 122; Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 595.

[112] CJCE 5 mai 1977, Koninklijke Scholten Honig NV / Conseil, aff. 101/76, Rec. 1977, p. 797, att. 6 et 7.

[113] CJCE 11 juillet 1968, Zuckerfabrik Watenstedt GmbH / Conseil, aff. 6/68, Rec. 1968, p. 594, att. 7; CJCE 26 février 1981, F. Giuffrida et G. Campogrande / Conseil, aff. 64/80, Rec. 1981, p. 693, att. 7; CJCE 30 septembre 1982, Société Roquette Frères / Conseil, aff. 242/81, Rec. 1982, p. 3113, att. 7; CJCE 14 juillet 1983, Spijken Kwasten BV / Commission, aff. 231/82, Rec. 1983, p. 2559, att. 10.

[114] CJCE 14 décembre 1962, Confédération nationale de producteurs de fruits et légumes e. a. / Commission, aff. 16 et 17/62, Rec. 1962, p. 901, att. 12-13.

[115] CJCE, op. cit., att. 14.

[116] Schermers / Waelbroeck, Judicial protection in the European Communities, Deventer 1992, p. 232.

[117] Fromont, L’influence du droit français et du droit allemand sur les conditions de recevabilité du recours en annulation devant la Cour de Justice des Communautés européennes, RTDE, Paris 1966, p. 49.

[118] Fromont, L’influence du droit français et du droit allemand sur les conditions de recevabilité du recours en annulation devant la Cour de Justice des Communautés européennes, RTDE, Paris 1966, p. 49.

[119] Fromont, op. cit., p. 50.

[120] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 199.

[121] CJCE 14 décembre 1962, Confédération nationale de producteurs de fruits et légumes e. a. / Commission, aff. 16 et 17/62, Rec. 1962, p. 901, att. 12.

[122] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 75.

[123] CJCE 13 mai 1971, NV International Fruit Company e. a. / Commission, aff. 41 à 44/70, Rec. 1971, p. 411, att. 21.

[124] Vandersanden, Article 173, in: Traité instituant la CEE, commentaire par article, Paris 1992, p. 1048.

[125] Soulard, Recours en annulation, conditions de recevabilité, Juris-Classeur vol. 1, fascicule 330, Paris 1995, p. 18.

[126] Joliet, Le droit institutionnel des Communautés européennes, le contentieux, Liège 1981, p. 91.

[127] CJCE 25 octobre 1977, Metro SB-Großmärkte GmbH et Co. KG / Commission, aff. 26/76, Rec. 1977, p. 1875, att. 13.

[128] CJCE 15 juillet 1963, Plaumann et Co / Commission, aff. 25/62, Rec. 1963, p. 197, att. 3 à 6.

[129] Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 600.

[130] CJCE 1er juillet 1965, Alfred Töpfer KG et Getreide-Import Gesellschaft / Commission, aff. 106 et 107/63, Rec. 1965, p. 525.

[131] CJCE, op. cit., att. 2 et 3.

[132] CJCE 26 avril 1988, Asociaciòn Profesional de Empresarios de Pesca Comunitarios (Apesco) / Commission, aff. 207/86, Rec. 1988, p. 2151, att. 12.

[133] CJCE 11 juillet 1984, Commune de Differdange e. a. / Commission, aff. 222/83, Rec. 1984, p. 2889, att. 12.

[134] Soulard, Recours en annulation, conditions de recevabilité, Juris-Classeur vol. 1, fascicule 330, Paris 1995, p. 18.

[135] CJCE 15 juillet 1963, Plaumann et Co / Commission, aff. 25/62, Rec. 1963, p. 197, att. 13.

[136] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 125.

[137] CJCE 15 juillet 1963, Plaumann et Co / Commission, aff. 25/62, Rec. 1963, p. 197, att. 14.

[138] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 201.

[139] CJCE 13 mai 1971, NV International Fruit Company e. a. / Commission, aff. 41 à 44/70, Rec. 1971, p. 411, att. 17 et 21.

[140] Vandersanden / Barav, Contentieux communautaire, Bruxelles 1977, p. 171.

[141] CJCE 18 novembre 1975, Société CAM SA / Commission, aff. 100/74, Rec. 1975, p. 1394, att. 18 et 19.

[142] Kovar / Barav, Le recours individuel en annulation, CDE, Bruxelles 1976, p. 85 s.

[143] CJCE 31 mars 1977, Société pour l’exportation des sucres / Commission, aff. 88/76, Rec. 1977, p. 709.

[144] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 201.

[145] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 132.

[146] CJCE 1er juillet 1965, Alfred Töpfer KG et Getreide-Import Gesellschaft / Commission, aff. 106 et 107/63, Rec. 1965, p. 525, att. 3.

[147] Kovar / Barav, Le recours individuel en annulation, CDE, Bruxelles 1976, p. 87.

[148] Vandersanden / Barav, Contentieux communautaire, Bruxelles 1977, p. 174 s.

[149] Bergerès, Contentieux communautaire, Paris 1989, p. 201 s.

[150] CJCE 29 mars 1979, NTN Toyo Bearing Company Ltd e. a. / Conseil, aff. 113/77, Rec. 1979, p. 1185, att. 11.

[151] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 135.

[152] CJCE 13 mai 1971, NV International Fruit Company e. a. / Commission, aff. 41 à 44/70, p. 411, att. 24 et 25.

[153] Soulard, Recours en annulation, conditions de recevabilité, Juris-Classeur vol. 1, fascicule 330, Paris 1995, p. 24.

[154] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, in: Commentaire Mégret, Le droit de la Communauté économique européenne, vol. 10: la Cour de justice, les actes des institutions, Bruxelles 1993, p. 133.

[155] Louis / Vandersanden / D. Waelbroeck / M. Waelbroeck, op. cit., p. 135.

[156] Vandersanden / Barav, Contentieux communautaire, Bruxelles 1977, p. 179.

[157] Vandersanden / Barav, op. cit., p. 186.

[158] Rideau, Droit institutionnel de l’Union et des Communautés européennes, Paris 1994, p. 593.

[159] C’est pourquoi il n’est pas inutile d’illustrer ces conditions de recevabilité à l’aide d’un schéma (Cf. annexe).

[160] Louis, L’ordre juridique communautaire, Bruxelles 1990, p. 95; Dehousse, La Cour de justice des Communautés européennes, Paris 1994, p. 26 s.

Le régime de droit public applicable aux déchets produits par la construction, législation et jurisprudence

Mémoire de licence en droit administratif

Pascal Nicollier, Fribourg 1996

Licence Creative Commons
Le régime de droit public applicable aux déchets produits par la construction, législation et jurisprudence de Pascal NICOLLIER est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 Suisse.

Sommaire:

  • Table des matières
  • Texte du mémoire de licence
  • Table des abréviations
  • Bibliographie
  • Table des arrêts cités

Accès internet direct: www.urbalex.ch/droit/dt-adm

Le mémoire complet est disponible ici au format PDF!

* * *

– TABLE DES MATIÈRES –

I. INTRODUCTION

A. DROIT DE LA CONSTRUCTION

1. En général

2. Droit public de la construction

B. LES DECHETS

1. En général

2. Les divers types de déchets

3. Les déchets de la construction

C. BREF HISTORIQUE

1. La protection de l’environnement

2. La protection des eaux

3. Le traitement des déchets

D. OBJECTIF

II. LA NATURE DES DECHETS DE CHANTIER

A. LES DECHETS SPECIAUX

1. En général

2. Les déchets dangereux

3. Déchets spéciaux provenant de la construction

B. AUTRES DECHETS

1. Matériaux d’excavation et déblais non pollués

2. Déchets stockables définitivement en décharge contrôlée pour matériaux inertes sans devoir subir un traitement préalable

3. Autres déchets

a. Déchets de chantiers combustibles

b. Déchets dont le stockage en décharge contrôlée pour matériaux inertes n’est pas autorisé

III. LA REGLEMENTATION DES DECHETS DE CHANTIER

A. LES INSTRUMENTS LEGAUX PERTINENTS

1. Article 24septies Constitution

a. Objet de la protection

b. Atteintes nuisibles ou incommodantes

2. La Loi fédérale sur la protection de l’environnement du 7 octobre 1983

a. En général

b. Le principe de la prévention

c. Le principe de causalité

3. La Loi fédérale sur la protection des eaux du 24 janvier 1991

B. L’ORDONNANCE FEDERALE SUR LE TRAITEMENT DES DECHETS DU 10 DECEMBRE 1990

1. En général

a. Mesures à la source

b. Le compostage

2. La valorisation

a. Objectifs

b. Le plan de gestion des déchets

3. L’incinération

a. Problèmes de pollution de l’air

b. Récupération de produits incinérés

4. Le stockage

a. En général

b. Les décharges contrôlées pour matériaux inertes

i. L’aménagement

ii. L’entreposage

c. Les matériaux inertes provenant des déchets de la construction

IV. LE NOUVEAU DROIT

A. L’INFLUENCE DU DROIT EUROPEEN

1. Mesures incitatives

2. Elimination des déchets

B. LA REVISION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

1. Objectifs

2. Modifications concernant les déchets de chantier

3. Le financement

C. LA REVISION DE L’ORDONNANCE SUR LE TRAITEMENT DES DECHETS

1. En général

2. Les nouveautés concernant les déchets de la construction

V. CONCLUSION

* * *

– TEXTE –

I. INTRODUCTION

La nécessité de préserver l’environnement contre des atteintes s’accroît au fil du temps et touche de plus en plus de domaines d’activités. La branche de la construction n’est pas épargnée car elle génère un grand nombre d’atteintes, en particulier celle provenant de ses propres déchets. Le défi actuel est de parvenir à traiter intelligemment ces déchets rejetés par la construction; comme disait le célèbre physicien NEWTON, “rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme”.

A. DROIT DE LA CONSTRUCTION

1. En général

Dans un sens large, le droit de la construction s’entend comme l’ensemble des règles de droit public et privé qui se rapportent à l’art de la construction immobilière en général. Cette définition inclut aussi bien les ouvrages architecturaux que d’autres constructions telles les barrages, tunnels, routes ou ponts. Ce droit comprend aussi bien les dispositions qui régissent la procédure que celles ayant trait à l’édification, l’entretien, la transformation, l’utilisation des constructions, ainsi que des règles sur la sécurité des chantiers et des bâtiments.

Le développement du droit de la construction tend à se distinguer de plus en plus des autres domaines traditionnels du droit. La construction touche des notions de droit public comme de droit privé, mais englobe aussi des questions techniques réglées selon des normes établies par des associations privées ou sociétés professionnelles, telles les normes de la SIA.

2. Droit public de la construction

Le droit public de la construction peut être défini comme “l’ensemble des normes imposées par l’Etat afin d’organiser la construction, son fonctionnement et son aménagement”. Alors que le droit privé de la construction est entièrement soumis au Code civil et au Code des obligations, le droit public fait l’objet d’un ensemble législatif complexe partagé entre le droit fédéral et le droit cantonal.

Certaines dispositions du droit civil concernent la protection contre les émissions. Mais l’application de ces normes est rendue difficile par le fait que le lésé doit prendre lui-même l’initiative d’ouvrir action selon les voies compliquées et parfois coûteuses de la procédure civile. En outre, toutes les atteintes ne sont pas toujours le fait de particuliers, ce qui pose un problème pour appliquer le droit privé qui présuppose un auteur et une victime. Ces raisons rendent le droit public beaucoup plus efficace pour assurer la protection de l’environnement.

En ce qui concerne les déchets, le droit public a l’avantage de présenter un éventail de mesures coercitives et laisse le soin aux autorités d’agir d’office. Ces particularités sont nécessaires pour traiter du problème des déchets, car, eu égard à leur valeur économiquement négative, ils ne suscitent aucun intérêt susceptible d’attirer les personnes privées.

B. LES DECHETS

1. En général

Au sens du droit suisse de l’environnement, les déchets sont “tous biens meubles dont le détenteur veut se défaire ou dont le recyclage, la neutralisation ou l’élimination est commandé par l’intérêt public”. En d’autres termes, le déchet a une double nature: il peut être soit un objet que son détenteur rejette, soit un objet dont la transformation (valorisation) est commandée par l’intérêt public. En l’absence d’un intérêt public, les propriétaires restent libres de traiter ou non un objet comme déchet, quelle qu’en soit sa valeur. A la lumière du but de l’art. 1 al. 1 LPE, l’intérêt public peut aussi être constitué par un certain aspect esthétique du déchet, qui pousse son propriétaire à le conserver sur son fonds.

2. Les divers types de déchets

L’Ordonnance sur le traitement des déchets du 10 décembre 1990 (ci-après “OTD”) distingue quatre types de déchets.

Premièrement les déchets urbains, produits par les ménages, ainsi que les autres déchets de composition analogue (art. 3 al. 1 OTD). Les déchets urbains qui peuvent être valorisés doivent être collectés séparément, puis traités en conséquence; cette tâche est conférée aux cantons par l’art. 6 OTD.

Deuxièmement, les déchets spéciaux sont ceux que vise expressément l’Ordonnance sur les mouvements des déchets spéciaux du 12 novembre 1986 (ci-après “ODS”) selon l’art. 3 al. 2 OTD. Les cantons doivent également veiller à les collecter et les traiter séparément, mais doivent aussi faire en sorte qu’ils soient produits en petite quantité par les ménages (art. 8 OTD). L’article 8 al. 2 OTD consacre l’existence des bennes servant à collecter les piles, baromètres à mercure ou autres déchets spéciaux.

Troisièmement, les déchets compostables prévus par l’art. 7 OTD, et pour lesquels les cantons doivent encourager la valorisation par les particuliers. Pour ceux qui n’ont pas la possibilité de valoriser les déchets compostables eux-mêmes, des installations doivent être aménagées (art. 7 al. 2 et 43 ss OTD).

Enfin, quatrièmement, les déchets de chantiers prévus par l’art. 9 OTD.

3. Les déchets de la construction

Les déchets de la construction sont les déchets de chantier que produisent les travaux de construction et de démolition. Ces déchets doivent être séparés des autres catégories de déchets et être ensuite triés à leur tour en trois sous-catégories: les matériaux d’excavation et déblais non pollués, les déchets stockables en décharge, et les “autres déchets” (art. 9 OTD). L’art. 9 al. 2 OTD permet à l’autorité d’exiger un tri plus poussé “si cette opération permet la valorisation d’une partie des déchets”.

C. BREF HISTORIQUE

La prise de conscience de la fragilité de la biosphère apparaît dans les années septante. Le 6 juin 1971, le peuple et les cantons acceptent d’insérer dans la Constitution l’obligation pour la Confédération de réglementer les problèmes dus aux atteintes nuisibles ou incommodantes à l’environnement. La réglementation de l’environnement doit ainsi être établie selon le “principe de la collaboration entre la Confédération et les cantons”.

1. La protection de l’environnement

Le premier projet de loi sur la protection de l’environnement est mis en consultation en 1974, mais rejeté parce que jugé trop perfectionniste et ambitieux, et trop peu précis dans la description des mesures et compétences. Un second projet, qui tient compte des modifications subies par la situation économique et celle des finances fédérales est adopté en 1976.

Le législateur constate que l’accroissement constant de la production de biens de consommation, du trafic, de la production et de la consommation d’énergie n’est pas seulement propre aux périodes de croissance économique, mais se poursuit également durant les années de récession. Le corollaire en est l’augmentation des atteintes à l’environnement, du fait de la tendance à multiplier les biens de consommation et à jeter les objets avant qu’ils ne soient usés.

L’élimination des déchets faisait déjà l’objet de plusieurs réglementations cantonales. Le canton de Bâle disposait d’une loi sur le recyclage et l’élimination des déchets depuis 1974. Le canton de Nidwald connaissait une réglementation sur des problèmes dus aux gravières et aux démolitions depuis 1963. Fribourg disposait d’une législation traitant surtout des déchets industriels. La plupart des cantons se bornaient cependant à régler le sort des ordures ménagères.

Le projet de 1976 ne doit pas remettre en cause les efforts entrepris par les cantons, mais plutôt les soutenir efficacement et les compléter de manière judicieuse. En outre, les cantons sont tenus de combler les lacunes de leur propre législation par l’adoption de dispositions d’exécution de la loi fédérale ou d’adapter leur droit existant à la loi fédérale.

2. La protection des eaux

La première loi fédérale traitant du problème des déchets est la loi fédérale sur la protection des eaux du 16 mars 1955 . Celle-ci n’a malheureusement pas permis d’atteindre les buts visés par le législateur lors de l’élaboration de cette loi. Le principe de protection des eaux y était vague et général et ne permettait à la Confédération que d’allouer exceptionnellement des subventions pour aider à financer les installations destinées à protéger les eaux.

Avec la croissance économique, les déchets augmentent et représentent une des causes importantes de la pollution des eaux. Les ordures sont déposées dans des décharges plus ou moins étanches, souvent dans des dépressions telles que les bassins versants de rivières. Les eaux de pluie entraînent par infiltration de nombreux polluants contenus dans les déchets vers les rivières et les nappes phréatiques, créant ainsi de graves problèmes. La loi sur la protection des eaux contre la pollution du 8 octobre 1971 (LPEP), améliore la situation. L’art. 14 LPEP interdit le fait de “déverser directement ou indirectement dans les eaux des résidus ou autres substances liquides qui seraient de nature à polluer l’eau”; il est également interdit de laisser des résidus ou autres substances s’infiltrer dans le sous-sol. L’article 27 LPEP prévoit une autorisation cantonale “nécessaire pour déposer des matières solides dans les eaux et dans leur voisinage”. Si les entreprises industrielles et artisanales produisent des déchets solides impropres à être entreposés dans des décharges publiques, il est désormais possible d’imposer à leur producteur l’obligation de les éliminer directement et de façon appropriée . Cette loi est abrogée depuis l’entrée en vigueur récente de la nouvelle loi sur la protection des eaux du 24 janvier 1991 qui offre un niveau de protection supérieur et plus efficace (Cf. infra III.A.3).

3. Le traitement des déchets

En août 1988, le Département fédéral de l’intérieur dépose un projet d’ordonnance sur le traitement des déchets . Ce projet prévoit soixante-sept articles et quatre annexes. Les déchets de chantier sont intégrés aux “déchets urbains” définis par l’art. 2 let. b: ceux-ci contiennent les déchets de voirie, les déchets encombrants et les déchets de chantier livrés en bennes, ainsi que les déchets des ménages et ceux qui leur sont assimilés, dont la composition est semblable, tels que les déchets provenant de l’industrie, du commerce et des arts et métiers.

La version de l’ordonnance sur le traitement des déchets du 10 décembre 1990 est considérablement modifiée par rapport au projet de 1988. Il s’agit du premier texte législatif fédéral qui se préoccupe exclusivement et de manière approfondie de la question des déchets au sens de la LPE et de la LEaux. Cette ordonnance est la plus contraignante. Elle vise à valoriser, neutraliser et éliminer les déchets. L’article 9 OTD est consacré aux déchets de chantier: c’est la première fois dans l’histoire législative fédérale, qu’apparaît une disposition qui cherche à régler le sort des déchets du fait des constructions.

D. OBJECTIF

Le but du présent travail est d’une part de faire un inventaire des instruments légaux actuels qui traitent du problème des déchets de la construction, et d’autre part d’expliquer les solutions qu’ils apportent lors de leur application par les autorités administratives et juridictionnelles (Cf. infra III). Mais, tout d’abord, il importe de définir ce qu’on entend par “déchets de la construction” et d’en présenter les variétés (Cf. infra II).

II. LA NATURE DES DÉCHETS DE CHANTIER

Les déchets produits par la construction portent le nom de “déchets de chantier” en droit fédéral. Il s’agit d’une des quatre catégories de déchets prévue par l’ordonnance sur le traitement des déchets du 10 décembre 1990.

Les déchets de chantier sont composés de déchets spéciaux (Cf. infra A) et d’autres déchets (Cf. infra B) provenant de travaux de construction et de démolition (art. 9 al. 1 OTD).

A. LES DECHETS SPECIAUX

1. En général

Les déchets spéciaux font l’objet d’une réglementation particulière dans l’Ordonnance fédérale sur les mouvements de déchets spéciaux du 12 novembre 1986. Cette ordonnance ne prévoit pas de définition générale du déchet spécial. Selon l’art. 1 al. 1 de l’ODS, celui-ci doit être expressément désigné par la liste exhaustive figurant à l’annexe 2 chiffre 21 de l’ODS. Cette annexe classe aujourd’hui les déchets spéciaux en quatorze catégories provenant de treize domaines différents. L’ODS ne s’applique ni aux déchets spéciaux qui sont conformes aux dispositions relatives aux matériaux inertes de l’annexe 1, chiffre 11 de l’OTD, ni aux déchets spéciaux assimilables aux eaux usées et dont le déversement dans les égouts est autorisé (art. 1 al. 4 ODS). La plupart de ces déchets spéciaux sont des substances chimiques qui risquent de porter atteinte à l’environnement si elles ne sont pas traitées. On peut qualifier des déchets de spéciaux lorsque leur élimination conforme aux prescriptions nécessite un traitement spécial. Pour cette raison, il faut éviter qu’ils ne soient mélangés avec les ordures ménagères. Un déchet est aussi spécial lorsque la pratique habituelle à son égard n’est de toute façon pas conforme aux exigences de la protection de l’environnement.

2. Les déchets dangereux

L’Ordonnance sur les mouvements des déchets spéciaux est issue de l’art. 32 al. 1 et 2 LPE concernant les déchets dangereux et les installations de traitement de déchets. Cette ordonnance a pour but de contrôler strictement l’élimination ou le recyclage judicieux des déchets dangereux. Au sens de la LPE, les déchets dangereux sont ceux qui peuvent mettre directement les hommes ou l’environnement en grand danger, si des mesures particulières ne sont pas prises. Les déchets décrits par l’ODS sont ainsi tous “dangereux” au sens de la LPE. Les dispositions de l’ODS ne concernent que le trafic de ces déchets qui ne font pas l’objet d’une réglementation spéciale. Les déchets spéciaux sont à considérer parmi ceux du groupe des déchets dangereux qui sont compris dans les dispositions d’exécution de la LPE.

3. Déchets spéciaux provenant de la construction

Les déchets spéciaux de la construction font aussi partie de la catégorie des “déchets dangereux” de l’art. 30 LPE; ils ne peuvent donc être remis qu’à des entreprises spécialement autorisées à les prendre en charge . Les déchets spéciaux de la construction suivent la voie de l’art. 3 al. 2 OTD et doivent figurer parmi la liste de l’annexe 2 de l’ODS. Il est à noter qu’en 1991, les déchets spéciaux de la construction ne représentaient qu’environ cent mille tonnes de déchets prélevés sur trois millions de tonnes de déchets de chantier par année, ce qui représente une part de 3,33% environ.

B. AUTRES DECHETS

Les “autres déchets” de la construction au sens de l’art. 9 OTD sont répartis en trois sous-catégories. Il s’agit premièrement des matériaux d’excavation et déblais non pollués, deuxièmement des déchets stockables en décharge contrôlée pour matériaux inertes (sans traitement préalable) et troisièmement des autres déchets. Ces trois types de déchets doivent être triés sur place dans la mesure où les conditions d’exploitation le permettent. La distinction entre ces trois sous-catégories se fait surtout en rapport avec leur destination.

1. Matériaux d’excavation et déblais non pollués

Ces déchets sont ceux qui peuvent servir à la valorisation des terres agricoles. En principe, ces matériaux doivent donc pouvoir faire l’objet d’une valorisation. Celle-ci doit avoir été prévue par les autorités cantonales selon le plan de gestion des déchets conformément à l’art. 16 OTD. Dans la mesure du possible, les matériaux d’excavation et déblais non pollués doivent être utilisés pour des remises en culture. Dans le cas où la valorisation de ces déchets est impossible, ils seront stockés définitivement dans une décharge contrôlée pour matériaux inertes ou incinérés s’ils sont de nature combustible.

2. Déchets stockables définitivement en décharge contrôlée pour matériaux inertes sans devoir subir un traitement préalable

Il s’agit de tous les déchets de chantier qu’il n’est pas possible de valoriser. Ces déchets doivent remplir les conditions décrites au chiffre 12 de l’annexe 1 de l’OTD:

  • ils ne doivent pas être mélangés avec des déchets spéciaux,
  • ils doivent être constitués d’au moins 90% de leur poids, de pierre ou de matières minérales telles que béton, tuiles, fibrociment, verre, gravats ou déblais provenant de la réfection des routes,
  • ils ne doivent plus contenir de métaux, de matières plastiques, de papier, de bois et de textiles. Ces matériaux devront avoir été préalablement retirés dans la mesure où le permettent l’état de la technique et les conditions d’exploitation, et pour autant que cela soit économiquement supportable

3. Autres déchets

Les “autres déchets” sont ceux qu’il n’est pas possible de valoriser, ni de stocker en décharge contrôlée pour matériaux inertes. Il peut donc s’agir de déchets combustibles, soit de déchets de chantiers dont le stockage en décharge contrôlée pour matériaux inertes n’est pas autorisé.

a. Déchets de chantiers combustibles

Selon l’article 11 OTD, les déchets de chantier combustibles sont ceux qu’il n’est pas possible de valoriser. Eu égard à la nature des déchets admis dans les décharges contrôlées pour matériaux inertes , il semble exclu que des déchets inertes entrent dans la catégorie des déchets de chantier combustibles. Il est à noter que l’OTD ne précise pas dans quelle mesure il est préférable de choisir d’incinérer les déchets de chantier ou de les stocker dans une décharge contrôlée pour matériaux inertes. Si l’on considère l’atteinte la plus “nuisible et incommodante” à l’environnement, il semble que l’incinération est une solution préférable, dans la mesure où le déchet de chantier est combustible (art. 11 OTD) et dans le respect de l’art. 26a al. 1 OPair. Cette solution est renforcée par le caractère “peu combustible” du déchet inerte, tel qu’il est décrit par le chiffre 11 de l’annexe 1 de l’OTD.

b. Déchets dont le stockage en décharge contrôlée pour matériaux inertes n’est pas autorisé

Il s’agit des déchets qu’il n’est pas possible de valoriser, ni d’incinérer, ni de stocker en décharge contrôlée pour matériaux inertes. Ces déchets peuvent être entreposés dans des “décharges contrôlées bioactives” . En plus des conditions décrites ci-dessus, ces déchets ne doivent pas être mélangés avec des déchets spéciaux . Des déchets de chantier ne seront admis dans une décharge contrôlée bioactive que s’ils ne peuvent être traités autrement en raison d’une capacité insuffisante des installations.

III. LA RÉGLEMENTATION DES DÉCHETS DE CHANTIER

Il s’agit tout d’abord de faire l’inventaire des instruments légaux qui traitent directement ou indirectement du problème des déchets de chantier (Cf. infra A). Ensuite il sera traité des solutions proposées par la réglementation d’espèce concernant les déchets de chantier (Cf. infra B).

A. LES INSTRUMENTS LEGAUX PERTINENTS

Le droit de l’environnement est caractérisé par un ensemble de normes hétéroclites. Il n’est pas aisé de s’y retrouver car c’est une matière réglée à tous les niveaux (Confédération, cantons, communes) et faisant l’objet de très nombreux textes légaux. Afin de systématiser l’analyse, on peut partir de la Constitution, puis traiter de la LPE et enfin des réglementations indirectes dans ce domaine.

1. Article 24septies Constitution

Cet article fut voté par le peuple et les cantons le 6 juin 1971 avec une exceptionnelle majorité de 1,2 million de “oui” contre 100’000 “non”. La Constitution n’oblige pas le législateur à édicter une loi générale sur la protection de l’environnement: des réglementations partielles sont envisageables. Le législateur a toutefois édicté sur cette base constitutionnelle une loi cadre et le Conseil fédéral l’a complétée avec des ordonnances sur des questions sectorielles.

a. Objet de la protection

L’objet protégé par l’art. 24septies Cst est avant tout l’homme. Les mesures de protection de l’environnement sont donc prises dans ce but. Mais comme le bien-être de l’homme est tributaire du milieu naturel où il vit, la protection s’étend aux animaux, aux plantes, ainsi qu’aux bases de vie indispensables au monde animé, tels l’air et le sol. Le milieu naturel au sens de l’art. 24septies Cst peut se définir comme étant la biosphère en tant que milieu vital et base vitale pour l’homme, les animaux et les plantes, qu’il s’agit de protéger contre tout préjudice spécifique ou destruction.

b. Atteintes nuisibles ou incommodantes

L’atteinte à l’environnement est définie comme étant tous les préjudices causés par l’homme, actuels ou futurs, ainsi que les influences tant nuisibles qu’incommodantes. Ces atteintes consistent en des modifications chimiques, physiques et biologiques de l’environnement. Ainsi, tout procédé qui influence l’environnement est considéré comme une atteinte s’il est le fait d’un comportement humain. On peut donc y inclure les atteintes résultant de constructions routières comme d’aliments produits artificiellement, mais les atteintes peuvent aussi résulter de déchets, d’installations de chauffage domestique ou même de l’utilisation de substances chimiques dans les engrais ou le béton.

2. La Loi fédérale sur la protection de l’environnement du 7 octobre 1983

a. En général

La LPE n’est entrée en vigueur que plus d’une décennie après la votation sur l’art. 24septies Cst. Il s’agit d’une loi cadre qui traite en général des problèmes liés à la protection de l’environnement. Les déchets font l’objet du chapitre 3 de la loi. L’art. 30 LPE énonce trois objectifs à la charge du détenteur de déchets. Celui-ci doit recycler, neutraliser ou éliminer les déchets. Cette tâche doit être réglementée par les cantons et la Confédération (art. 30 al. 1 LPE).

La priorité est donnée au recyclage: il s’agit de récupérer le maximum de déchets pour les mettre en valeur. Lorsque le recyclage est impossible ou trop onéreux, les déchets doivent être éliminés (art. 32 al. 4 let. c LPE). L’élimination des déchets se fera soit par incinération, soit par mise en décharge. Les décharges font l’objet d’une réglementation compliquée qui touche au droit de l’environnement et au droit de l’aménagement du territoire (art. 30 al. 2 LPE). Les opérations qui précédent le stade préliminaire du traitement des déchets doivent s’accomplir sans dommage. C’est pourquoi l’élimination des déchets est soumise à toutes les autres prescriptions du droit de l’environnement. On peut remarquer que depuis l’entrée en vigueur de la LPE et depuis le développement de la pratique du droit de l’environnement, celui-ci est devenu d’application directe. Cela provient du fait que les intérêts publics que ces normes tentent de sauvegarder sont tels que les mesures prises pour protéger l’environnement doivent immédiatement faire cesser les atteintes.

En plus de cette jurisprudence, la LPE énonce un certain nombre de principes généraux du droit de l’environnement, qui s’appliquent dans tous les cas.

b. Le principe de la prévention

Le principe est fondé sur l’art. 1 al. 2 LPE. Il vise à réduire les atteintes à l’environnement qui sont susceptibles de devenir nuisibles ou incommodantes. Ce principe est suivi dans la mesure où l’application de la technique la meilleure possible à cet effet et les conditions d’exploitation sont économiquement supportables. Si les atteintes sont effectivement nuisibles ou incommodantes, elles seront limitées plus sévèrement (art. 11 al. 3 LPE), voire interdites si elles sont excessives.

Le principe de la prévention de l’art. 1 al. 2 LPE s’applique aussi aux déchets: il se retrouve à l’art. 32 al. 4 LPE et est donc ainsi répercuté dans les ordonnances fédérales où il est question de déchets.

Le principe de la prévention exprimé au travers de l’art. 32 al. 4 LPE énonce le devoir pour le producteur d’éliminer, de recycler ou de neutraliser ses propres déchets. Ces opérations onéreuses poussent le producteur à s’occuper des déchets avant que le problème de leur élimination ne se pose. Le principe de la prévention encourage donc par exemple la production d’emballages écologiques. Pour ce qui est des déchets de la construction, il s’agit également d’éviter d’utiliser des matériaux qui seront difficiles à traiter par la suite ou qui portent déjà atteinte à l’environnement (par exemple l’amiante). Le Conseil fédéral a la compétence de désigner quels sont les matériaux qui sont interdits, dans un but préventif.

c. Le principe de causalité

Ce principe est aussi connu sous le nom de “principe du pollueur-payeur”. Il est énoncé à l’art. 2 LPE. Il consiste à faire supporter les frais de lutte contre les atteintes à l’environnement à leurs auteurs, et non plus à la collectivité (comme c’était le cas avant l’entrée en vigueur de la LPE). Ce principe souffre d’une exception pour ce qui est des déchets: l’art. 31 al. 2 LPE prévoit que la collectivité assume les frais de traitement des ordures ménagères, ainsi que des déchets d’auteurs non identifiés ou insolvables.

L’auteur des déchets compris ici en est le “détenteur” (Inhaber) c’est-à-dire celui qui a en fait un pouvoir de disposition sur les déchets; ce n’est donc pas nécessairement la personne qui est à l’origine de leur production. La responsabilité est ainsi concentrée sur un pollueur désigné par la loi parmi tous ceux qui peuvent être envisagés tout au long de la vie d’un produit générateur de déchets. Ainsi la désignation d’un payeur unique dans la chaîne des pollueurs possibles constitue non seulement une commodité pour une concrétisation du principe du pollueur-payeur, mais également une application efficace du principe de prévention, car la responsabilité est concentrée sur un des premiers stades de production ou sur l’entreprise chargée de l’élimination. Le principe de causalité n’exclut toutefois pas le fait pour le détenteur de pouvoir partager les frais de traitement des déchets, avec le véritable auteur des déchets, ou à défaut, avec les autorités (art. 31 al. 2 LPE).

Une personne qui détient des matériaux provenant de sa propre parcelle et qui les a produits en procédant à des travaux de construction est à l’origine des mesures nécessaires pour le traitement de ses déchets. Elle doit donc supporter les frais de recyclage, de neutralisation et d’élimination des terres excavées.

Enfin, il est à noter que la modification de la LPE du 7 juin 1993 prévoit d’introduire une nouvelle expression du principe de causalité. Il s’agit de l’introduction d’une taxe d’incitation à laquelle sera soumis le pollueur et qui servira à financer une partie des coûts d’élimination des déchets.

3. La Loi fédérale sur la protection des eaux du 24 janvier 1991

Cette nouvelle loi vient remplacer l’ancienne Loi fédérale sur la protection des eaux contre la pollution du 8 octobre 1971. Celle-ci était basée sur l’ancien art. 24quater Cst, alors que la loi actuelle a été édictée sur la base du nouvel art. 24bis Cst, accepté en votation populaire le 7 décembre 1975.

La LEaux a pour but de “protéger les eaux contre toute atteinte nuisible” (art. 1 LEaux). Le principe de la prévention institué par l’art. 1 al. 2 LPE se retrouve à l’art. 6 LEaux: celui-ci interdit le fait d’introduire directement ou indirectement dans une eau des substances de nature à la polluer. Il est également interdit de déposer et d’épandre de telles substances hors d’une eau s’il existe un risque concret de pollution de l’eau. Cette disposition a une influence non négligeable sur la politique en matière de décharge. La construction d’une décharge est donc soumise à une étude d’impact afin de vérifier si la législation protectrice des eaux est bien respectée. Cette pratique était déjà connue sous l’ancien droit (art. 27 LPEP) par le biais de la coordination entre l’autorisation d’aménager et d’exploiter une décharge et celle prévue par la législation sur la protection des eaux.

B. L’ORDONNANCE FEDERALE SUR LE TRAITEMENT DES DECHETS DU 10 DECEMBRE 1990

1. En général

L’Ordonnance sur le traitement des déchets dispose d’un important éventail de mesures servant à lutter contre les déchets. Seulement une partie d’entre elles peut s’appliquer aux déchets de chantier. Afin d’éviter d’en venir aux mesures coûteuses de traitement des déchets, le principe de prévention enseigne qu’il est préférable d’agir à la source, c’est-à-dire au stade de la production du déchet.

a. Mesures à la source

Les mesures à la source peuvent être définies comme “toute intervention dans le système de gestion des déchets solides urbains qui permet de ne pas générer un déchet. Cette intervention doit par conséquent, se faire avant la collecte proprement dite”. Ces mesures sont encouragées par l’OTD, et doivent intervenir avant qu’il soit nécessaire d’appliquer les autres mesures préventives prévues par la réglementation. Ce sont donc les producteurs, en tant qu’agents économiques, qui doivent chercher à amoindrir la production de déchets qu’engendrent les biens qu’ils produisent. Chaque entreprise de la branche des constructions doit collaborer étroitement en vue d’obtenir une diminution des déchets. Il s’agit dès lors d’utiliser des matériaux appropriés afin d’augmenter la durée de vie des ouvrages. A plus long terme, il s’agira d’étudier les effets d’une taxe générale sur la quantité des déchets de construction.

b. Le compostage

L’Ordonnance sur le traitement des déchets prévoit cette mesure pour lutter contre un certain type de déchets qui ne ressort à première vue pas forcément de la construction, bien que cela ne puisse pas toujours être exclu. La question du traitement des déchets compostables est prévue à l’art. 7 OTD. Cet article n’est pas contraignant, mais vise seulement à encourager le fait de composter ses propres déchets. Cet encouragement est prévu à l’art. 4 OTD. Ce sont les services spécialisés de la protection de l’environnement qui ont la charge d’informer les particuliers, afin de les sensibiliser au problème des déchets. Si les particuliers ne peuvent pas composter leurs déchets, les cantons doivent prévoir, dans la mesure du possible, un système de collecte et de valorisation (art. 7 al. 2 OTD). Les installations de compostage sont prévues aux articles 43 à 45 de l’OTD. Les dispositions ne s’appliquent qu’aux installations de compostage où sont valorisées annuellement plus de cent tonnes de déchets compostables. Les conditions d’aménagement sont données à l’art. 43 de l’OTD, les conditions d’exploitation font l’objet de l’art. 44 OTD et l’art. 45 OTD consacre la surveillance exercée par les autorités.

2. La valorisation

La question de la valorisation des déchets fait l’objet de la section 3 de l’OTD. L’art. 12 OTD prévoit l’obligation de valoriser. Celle-ci concerne en premier lieu les détenteurs d’une entreprise industrielle, artisanale ou de prestation de service. L’autorité peut demander à ces détenteurs d’une part de déterminer si des possibilités de valorisation existent ou pourraient être créées pour leurs déchets, et d’autre part de l’informer des résultats de leurs recherches. L’art. 12 al. 2 OTD permet à l’autorité de soumettre également auxdites exigences les détenteurs d’installation de déchets acceptant un grand nombre de petites quantités de déchets de même type. Enfin, l’autorité a la faculté de demander aux détenteurs de déchets qu’ils veillent à ce que certains de leurs déchets soient valorisés si cela est techniquement possible et économiquement supportable, et que cette valorisation soit plus respectueuse de l’environnement que ne le serait l’élimination desdits déchets et la production de biens nouveaux.

a. Objectifs

La valorisation des déchets est le fait de les recycler ou de les investir dans une quelconque affectation économique. A cet effet, des matériaux d’excavation et déblais non pollués peuvent servir à la valorisation de terres agricoles. Pour ce faire, lesdits matériaux ne doivent pas être souillés, ni nécessiter un traitement spécifique. Les solutions prévues par l’OTD entraînent deux mesures qui visent à faire diminuer des déchets par recyclage. Premièrement, l’exigence du tri séparé des déchets de chantier avant leur mise en décharge permet de prélever les déchets recyclables parmi la masse des déchets de chantier (art. 9 OTD). Deuxièmement, la construction et l’exploitation des décharges pour résidus stabilisés exigées par l’OTD conduisent à des coûts de mise en décharge plus élevés et rendent de ce fait le tri et la valorisation de certaines fractions plus avantageux. La réduction des quantités de déchets à éliminer devrait aussi apparaître dans une nouvelle perspective: il ne s’agirait plus d’éliminer purement et simplement tous les déchets, mais de trier le flux de matières sur leur lieu de production. Ainsi, on devrait avoir d’un côté les matières dont on ne peut pas se défaire autrement que par élimination et, de l’autre, celles qui sont valorisables, que ce soit par recyclage ou par récupération (par exemple incinération avec récupération de l’énergie).

Pour renforcer cette réglementation, certaines mesures à court terme sont prévues. En particulier, la révision de la LPE contient des taxes sur les déchets mis en décharge. Cette nouvelle mesure favorise ainsi la valorisation des déchets de construction par rapport à leur mise en décharge. En outre, un processus de normativisation vient s’ajouter à la législation concernant les matériaux utilisables provenant du tri des déchets de construction (en particulier des normes SIA), ainsi que sur l’utilisation des matériaux de construction triés.

b. Le plan de gestion des déchets

L’article 12 OTD renvoie implicitement à l’art. 16 OTD qui appréhende la question du plan de gestion des déchets. Celui-ci vient concrétiser l’efficacité du traitement des déchets en consacrant et en encourageant le plus possible la valorisation. Ce plan doit être établi par les cantons avant le 1er février 1996 au plus tard (art. 16 al. 1 OTD) et sera périodiquement remis à jour. Il doit définir des domaines et objets déterminés, énumérés dans l’ordonnance, selon les principes figurant à l’art. 16 al. 3 OTD. Ces principes sont au nombre de cinq:

  • les déchets doivent être valorisés dans la mesure du possible si cette opération s’avère plus respectueuse de l’environnement que ne l’est leur élimination et la production de biens nouveaux,
  • si cela est possible, les déchets n’ayant pas fait l’objet d’une valorisation sont traités de manière à ce qu’ils puissent être stockés définitivement en décharge contrôlée pour matériaux inertes ou pour résidus stabilisés,
  • les déchets urbains (verre, papier, métaux et textiles ) non valorisés sont incinérés,
  • les matériaux d’excavation et déblais non pollués sont utilisés pour des remises en culture,
  • enfin, les déchets doivent être acheminés par le rail si cela est économiquement supportable et que ce mode de transport est plus respectueux de l’environnement que les autres.

Le soin est donc laissé aux cantons de déterminer leurs besoins de décharges ainsi que d’autres installations de traitement de déchets et de prévoir les emplacements nécessaires. Les cantons doivent alors adopter une planification en la matière, conformément au droit fédéral. L’article 16 OTD précise cette obligation.

L’article 51 OTD prescrit que le plan de gestion des déchets obligera dorénavant les cantons à n’autoriser l’aménagement de nouvelles décharges contrôlées que si celles-ci figurent déjà sur ledit plan. Jusqu’à l’élaboration du plan de gestion des déchets par les cantons, il était donc admissible d’autoriser l’implantation d’une décharge sous l’angle de l’art. 24 LAT compte tenu de cette période transitoire allant jusqu’au 1er février 1996, dès lors que cette décharge ne figurait encore pas au préalable dans un tel plan.

Il est à noter enfin que le Canton de Fribourg a approuvé le plan cantonal de gestion des déchets par un Arrêté du 19 avril 1994 . Celui-ci prévoit notamment la constitution d’un groupe de travail permanent de gestion des déchets, appelé à se prononcer sur les problèmes importants liés à la mise en oeuvre du plan (art. 4 dudit arrêté). Cet arrêté est entré en vigueur le 1er mai 1994.

3. L’incinération

Le principe de l’obligation d’incinérer fait l’objet de l’art. 11 OTD. L’incinération est subsidiaire à la valorisation. En d’autres termes, ce n’est que si la valorisation est impossible qu’il faudra songer à l’incinération. Celle-ci touche plusieurs types de déchets, dont les déchets de chantier combustibles. Les dispositions prévues par les décharges contrôlées bioactives sont réservées. Les dispositions du chapitre 5 de l’OTD règlent la question des installations d’incinération des déchets.

a. Problèmes de pollution de l’air

L’article 26a OPair s’applique lorsqu’il est question d’incinération des déchets. Celui-ci prescrit que l’incinération des déchets ne soit autorisée que dans des installations stationnaires appropriées. S’il n’en résulte pas d’immiscions excessives, les cantons peuvent autoriser l’incinération de déchets naturels en plein air. Mais si un canton interdit le fait de brûler des déchets naturels en plein air, cela reste admissible au regard du droit de l’environnement. Toutefois, une telle interdiction devra requérir l’autorisation du Conseil fédéral.

L’article 11 OTD exige que les déchets soient incinérés dans les installations appropriées au sens de l’art. 38 OTD afin de ne pas retrouver la pollution “traitée” sous une autre forme que l’état solide initial. Comme toute autre installation, celles qui servent à incinérer les déchets sont donc soumises au respect des valeurs limites de la LPE . Celles-ci désignent les seuils quantitatifs à partir desquels le législateur estime qu’il y a atteinte nuisible ou incommodante. Pour ce qui est de la protection de l’air, c’est l’annexe 7 de l’OPair qui fixe quelles sont les quantités maximales de polluant que peut contenir un mètre cube d’air. Ces raisons font que les usines d’incinération sont pourvues d’importants filtres ou autres systèmes d’épuration des fumées. Des solutions visant à traiter et à stocker les résidus provenant de l’incinération ont aussi abouti. Si toutes les installations satisfont aux possibilités actuelles de la technique, il est vraisemblable que la part d’incinération des déchets dans la pollution totale de l’air et des eaux ne sera plus que d’1% en Suisse.

b. Récupération de produits incinérés

Le procédé d’incinération prévu par l’OTD s’inscrit pleinement dans la ligne politique de la protection de l’environnement. L’article 38 OTD énonce quelles sont les conditions nécessaires pour aménager une installation d’incinération de déchets et prévoit notamment le fait de récupérer la chaleur produite par la combustion. L’article 39 OTD consacre la réutilisation des mâchefers provenant de la combustion des déchets, comme matériaux de construction, s’ils respectent les conditions de l’art. 38 al. 1 let. b et c OTD, s’ils ont été humidifiés à la sortie du four et cela pendant au moins un mois, et enfin, si la ferraille en a été retirée dans la mesure du possible.

4. Le stockage

a. En général

Le stockage concerne les déchets de chantier qui ne peuvent faire l’objet ni d’une valorisation, ni d’une incinération. S’ils ont cette propriété, ils sont considérés comme étant des “déchets inertes”. Ceux-ci sont techniquement décrits au chiffre 11 de l’annexe 1 de l’OTD. C’est l’art. 9 al. 1 let. b OTD qui règle le sort des déchets de chantier stockables définitivement en décharge contrôlée pour matériaux inertes sans traitement préalable.

L’article 30 al. 1 LPE pose le principe selon lequel chacun est responsable de l’élimination réglementaire de ses déchets, alors que les cantons sont responsables de l’élimination des ordures ménagères et des déchets d’auteurs non identifiés (art. 31 al. 2 LPE). Pour les particuliers, il est économiquement intéressant d’éliminer leurs déchets en décharge, mais cela peut causer d’importantes atteintes à l’environnement. C’est pourquoi l’art. 30 al. 2 LPE prévoit l’obligation de requérir une autorisation du canton pour aménager une décharge. Seule une décharge planifiée au préalable pourra être admise. Les décharges soumises à autorisation seront celles qui concernent le stockage définitif des déchets; les décharges provisoires au sens de l’art. 37 OTD ne sont pas soumises à autorisation.

Des problèmes d’écoulement, d’infiltrations et d’affaissements polluants, ainsi que d’autres phénomènes indésirables ont été constatés avec les décharges, même longtemps après la cessation de leur exploitation. Ces problèmes peuvent être causés par des phénomènes difficilement maîtrisables. Il a donc été ajouté un alinéa à l’art. 30 LPE afin de prévoir le recouvrement financier de mesures destinées à remédier auxdites conséquences tardives, que l’exploitant de l’époque puisse encore être tenu pour responsables ou non.

b. Les décharges contrôlées pour matériaux inertes

L’article 3 al. 5 OTD définit les décharges contrôlées comme étant “toute installation de traitement des déchets où les déchets sont stockés définitivement et sous surveillance”. Les autorisations d’aménagement et d’exploitation requises, ainsi que la surveillance des décharges sont réglées au chapitre 3 de l’OTD. Le site, l’aménagement et la fermeture définitive sont soumis aux dispositions de l’annexe 2 de l’OTD. Les déchets stockés définitivement en décharge contrôlée doivent répondre aux dispositions de l’annexe 1 de l’OTD.

i. L’aménagement

L’article 30 al. 3 LPE prévoit que les déchets ne peuvent être déposés que dans les décharges autorisées. Cette règle pose implicitement l’interdiction des décharges sauvages, autrement dit non autorisées et concrétise l’art. 30 al. 1 LPE aux termes duquel le détenteur de déchets doit les recycler, les neutraliser ou les éliminer selon les prescriptions de la Confédération et des cantons. L’autorisation cantonale permettant d’aménager une décharge contrôlée n’est décernée que pour un projet qui respecte les conditions de l’annexe 2 de l’OTD. Le volume minimal requis pour une telle décharge est de 100’000 m3 de matériaux inertes. Les cantons peuvent déroger à cette règle si une autre solution paraît raisonnable au vu des conditions géographiques. Toutefois, l’autorisation ne doit être accordée par les cantons que s’il y a vraiment une nécessité d’aménager une décharge. L’OTD est ainsi dépendante de la procédure. Cela signifie que la procédure d’autorisation pour aménager une décharge contenant les autorisations d’installation et d’exploitation doivent être coordonnées conformément à l’OTD. Les cantons doivent donc coordonner les diverses procédures d’aménagement du territoire et de l’environnement afin de pouvoir se déterminer sur l’opportunité d’une telle autorisation (art. 20 OTD). La question de la coordination des procédures d’autorisation est très complexe et pose de nombreux problèmes . En ce qui concerne les installations de traitement des déchets, le problème de la coordination est traité par l’art. 20 OTD. Les cantons sont donc compétents pour tout ce qui touche aux constructions ou aux installations de dépôt de déchets nécessitant une procédure d’autorisation.

ii. L’entreposage

La qualité des eaux d’infiltration joue un grand rôle dans le choix d’un lieu où entreposer les déchets. Ce n’est en effet que dans les décharges de la classe I (décharge terreuse) qu’il est possible d’entreposer exclusivement des déchets inertes tels que des matériaux d’excavation sans tourbe ni humus s’ils ne portent pas préjudice aux eaux. Cette décharge de classe I doit remplir la condition qu’il soit possible de la réintégrer dans le site naturel. Les matériaux de démolition et ceux provenant des chantiers qui ne portent que peu de préjudice aux eaux appartiennent aux décharges de classe II (décharges pour produits inertes). Pour ce dernier type de décharge, l’emplacement doit être favorable du point de vue hydrogéologique (il ne doit donc pas y avoir de nappe phréatique). Les autres classes de décharges ne prévoient pas de stockage de déchets de chantier.

c. Les matériaux inertes provenant des déchets de la construction

Ces déchets sont désignés par l’art. 9 al. 1 let. b OTD. Il s’agit de déchets qu’il n’est pas possible de valoriser, au contraire des matériaux d’excavation et déblais non pollués que l’on peut utiliser pour des remises en culture (art. 16 al. 3 let. d OTD). Les propriétés de ces matériaux sont décrites à l’annexe 1 chiffre 11 OTD. En plus de ces propriétés, les déchets de chantier doivent remplir les conditions énoncées à l’annexe 1 chiffre 12 OTD. Seuls les matériaux qui remplissent toutes ces conditions seront admis dans les décharges contrôlées pour matériaux inertes. Toutefois, les détenteurs de décharges existantes bénéficient de certains privilèges s’il s’agit de demandes déposées avant le 1er février 1994.

IV. LE NOUVEAU DROIT

Le problème du sort des déchets est de plus en plus présent dans la vie quotidienne des citoyens. C’est le fruit d’une longue période de sensibilisation qui mûrit aujourd’hui. Une importante influence pour le régime du droit applicable aux déchets, provient du droit européen (Cf. infra A). L’aboutissement actuel de la législation suisse en matière de déchets se concrétise d’une part dans la modification de la LPE (Cf. infra B), et d’autre part dans celle de l’OTD (Cf. infra C).

A. L’INFLUENCE DU DROIT EUROPÉEN

La Communauté européenne se préoccupe du problème des déchets depuis 1973. Il s’agissait à l’époque de stimuler le développement de nouvelles technologies en matière d’élimination et de recyclage des déchets, ainsi que d’encourager la création de centrales d’information sur les déchets existants. Ces principes ont été concrétisés dans de nombreuses directives, décisions et recommandations dès 1975. En outre, la Commission européenne a institué un comité de l’économie des déchets chargé de l’assister pour toutes les questions concernant les déchets.

Le grand marché européen ne peut pas se passer d’une politique efficace de gestion des déchets. Il s’agit surtout d’éviter que les divergences entre les dispositions des différents Etats et les écarts de prix qui en résultent n’entraînent des atteintes à l’environnement et des distorsions de concurrence. A cet effet, il est donc notamment prévu une surveillance des mouvements de déchets, des nouvelles directives sur les décharges, sur l’incinération des déchets et une directive sur la responsabilité civile du détenteur de déchets.

1. Mesures incitatives

Comme les objectifs de l’économie de marché sont la plupart du temps en contradiction avec les exigences le la protection de l’environnement, la Communauté européenne a réagi en prenant des “mesures d’incitation positives de caractère financier”. Celles-ci visent à stimuler la meilleure utilisation possible des déchets en faisant intervenir l’Etat pour corriger les écarts existants en imposant des charges et en prévoyant des incitations d’ordre financier.

2. Elimination des déchets

Les déchets peuvent être éliminés ou mis en valeur soit par ceux qui les produisent, soit par une entreprise privée ou publique. Le droit communautaire prévoit déjà cette alternative, mais il se dessine une nette tendance à passer d’un régime d’élimination primaire à une élimination assumée par des tiers, au travers d’un régime d’élimination à la source fortement lié à de sévères conditions.

B. LA RÉVISION DE LA LOI SUR LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT

La modification de la LPE du 21 décembre 1995 consacre une avance considérable en matière de politique des déchets. Cela s’avère nécessaire, car force est de constater que l’ancienne législation, en matière de déchets, n’a pas obtenu les résultats escomptés.

1. Objectifs

Il s’agit surtout de récupérer les déchets susceptibles de fournir des quantités importantes et précieuses de matières premières. La modification de la LPE doit définir quatre stratégies pour accéder aux objectifs fixés:

  • la prévention des déchets à la source,
  • la diminution des polluants contenus dans les biens de consommation,
  • la diminution des déchets par une meilleure valorisation,
  • la diminution de la pollution par un traitement écologique des déchets effectué dans le pays même.

La réduction de la quantité des déchets est possible grâce à l’augmentation massive du tri et de la valorisation des déchets. Selon les estimations de l’Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage, les quantités de déchets recyclés devraient croître de presque 40% dans ces huit à dix prochaines années. Le financement par des taxes anticipées d’élimination, proposé dans la modification de la LPE, ainsi que la possibilité de limiter l’utilisation de nouveaux produits issus de recyclage prennent désormais une place primordiale. L’économie est d’ailleurs de plus en plus impliquée dans l’élimination des déchets.

Avec toutes les mesures prévues par le nouveau droit, il est possible de réaliser une gestion des déchets respectueuse de l’environnement. C’est pourquoi des mesures visant à limiter la consommation ne se justifient plus, car dorénavant, la charge résultante sur l’environnement due à l’élimination des déchets sera très modeste, en raison des mesures de diminution à la source, de prévention des polluants, d’intensification de la valorisation et d’amélioration de traitement.

2. Modifications concernant les déchets de chantier

Les nouvelles dispositions sur les déchets sont articulées autour des trois principes décrits au nouvel art. 30 LPE: il s’agit premièrement de limiter la production des déchets dans le temps, deuxièmement de les valoriser dans la mesure du possible, et troisièmement de les éliminer d’une manière respectueuse pour l’environnement. La nouvelle LPE prévoit expressément le traitement (art. 30c), la valorisation (art. 30d), le stockage définitif (art. 30e) et les “mouvements d’autres déchets” (art. 30g).La disposition sur le traitement des déchets (art. 30c) pose le principe selon lequel les matériaux destinés au stockage définitif seront traités de façon à ce qu’il ne pourra s’en dégager aucun danger pour l’air, l’eau ou le sol.

L’article 30d nouveau habilite le Conseil fédéral à édicter des dispositions sur la valorisation des déchets. Celle-ci ne sera prescrite que si elle est globalement avantageuse en ce qui concerne la pollution de l’environnement. En outre, la valorisation doit toujours avoir la priorité face au stockage définitif. En effet, la plupart des déchets présentent un potentiel de valorisation non utilisé. Il est nécessaire aujourd’hui de développer la valorisation des déchets pour maintenir à un niveau aussi faible que possible les capacités d’incinération et de stockage, mais aussi pour ménager les ressources. Par exemple le gravier, dont les réserves commencent à manquer, peut être remplacé sans difficulté dans la construction par des matériaux issus de la valorisation des déchets de chantier.

Le nouvel art. 30e LPE est plus ou moins analogue à l’actuel art. 30 al. 1 et 2 LPE. Il s’agit de l’obligation d’être titulaire d’une autorisation pour avoir le droit d’aménager ou d’exploiter une décharge.

Le nouvel article sur les “mouvement d’autres déchets” (art. 30g) existe déjà: il s’agit de l’art. 32 al. 3 LPE. Le second alinéa de cet article reprend les modifications liées à l’adaptation du droit fédéral au droit de l’Espace économique européen. Les prescriptions européennes en matière de déchets seront ainsi reprises dans le droit suisse.

3. Le financement

Le nouvel art. 32 LPE concrétise le principe du “pollueur-payeur” pour les coûts de l’élimination. L’obligation faite au détenteur de déchets de supporter ces coûts est indépendante de son obligation d’éliminer ses déchets. Cette obligation s’applique donc aussi aux déchets concernés par le nouvel art. 31c LPE (“élimination des autres déchets”).

Il est prévu une “taxe d’élimination anticipée” à l’art. 32a nouveau LPE. le principe du pollueur-payeur engendre des difficultés pour les déchets nécessitant une collecte séparée, notamment lorsqu’ils se répartissent sur un grand nombre de détenteurs. La taxe doit être perçue au moment où le bien est mis dans le commerce. Ce système permet de financer l’élimination de certains déchets sans léser le principe du pollueur-payeur, lorsque l’économie prend de sa propre initiative leur élimination en main, ou si elle y est contrainte par des dispositions sur la reprise obligatoire. Le prélèvement de la taxe doit être confié si possible à une organisation privée, appartenant à la branche concernée, de préférence.

Enfin, si une entreprise ou une installation provoque un dommage résultant d’atteintes à l’environnement, elle sera tenue de le réparer. Cette disposition marque l’introduction de la responsabilité civile du détenteur d’une entreprise ou d’une installation polluante. L’article 59a régit la responsabilité pour risque créée, et l’art. 59b donne un mandat au Conseil fédéral pour édicter des prescriptions relatives à la garantie de la responsabilité et pour prévoir des mesures de garantie publiques pour les décharges.

C. LA RÉVISION DE L’ORDONNANCE SUR LE TRAITEMENT DES DÉCHETS

1. En général

L’Ordonnance sur le traitement des déchets est en vigueur depuis le 1er février 1991 (art. 58 OTD). Afin d’uniformiser son application dans les cantons en matière d’élimination des déchets urbains, il s’est avéré nécessaire d’ajouter quelques compléments. Cette modification n’exclut pas une refonte approfondie de l’OTD, à la suite de l’entrée en vigueur de la LPE révisée. Les modifications de l’OTD ont trois objectifs. Premièrement, il s’agit d’interdire de stocker définitivement les déchets urbains, les bornes d’épuration et d’autres déchets combustibles. Deuxièmement, le régime de la preuve de la couverture intégrale des coûts pour l’aménagement final des décharges et pour les interventions ultérieures fera l’objet d’un changement. Enfin troisièmement, il est prévu d’aménager des compartiments séparés pour les déchets dont le stockage est autorisé en décharge bioactive dans les décharges pour résidus stabilisés.

2. Les nouveautés concernant les déchets de la construction

Le projet prévoit que la mise en décharge des déchets de chantier combustibles ne sera plus autorisée. Il sera donc dorénavant nécessaire de trier ces déchets sur le chantier même, c’est pourquoi il est prévu d’ajouter une lettre à l’art. 9 al. 1 OTD comprenant les déchets combustibles. C’est le nouvel art. 32 al. 2 let. f OTD qui interdit de stocker définitivement en décharge contrôlée les déchets de chantier combustibles. Ces déchets devraient donc être impérativement brûlés. Comme plusieurs régions ne disposent pas encore des capacités d’incinération nécessaires, il est prévu un délai transitoire pour stocker ces déchets en décharges bioactives. Ce délai va jusqu’au 31 décembre 1999 et est soumis à deux conditions: d’une part il faut que l’autorisation d’exploiter la décharge (bioactive) en vigueur le permette déjà, et d’autre part, il doit être établi que ces déchets ne peuvent être éliminés autrement en raison de capacités de traitement insuffisantes . Enfin, l’interdiction de stocker définitivement les déchets nécessitent une modification de la liste des déchets admissibles dans une décharge bioactive.

La modification de l’OTD est donc le fait de la promotion de l’incinération, au détriment du stockage. L’art. 11 OTD actuel prévoit déjà l’incinération, mais si les capacités d’incinération sont insuffisantes, la mise en décharge contrôlée demeure néanmoins autorisée. Cependant cette réglementation est appliquée de manière inégale. De moins en moins d’usines d’incinération sont construites, car elles sont plus coûteuses que les décharges. Le projet vise donc à ce que la Suisse puisse disposer d’ici 1998 ou 1999 d’une capacité d’incinération suffisante. Ainsi, le projet prévoit que lors de la planification et de la construction de nouvelles installations, ainsi que lors d’agrandissements, il sera tenu compte de l’évolution des quantités de déchets, ce qui permettra d’adapter les capacités en conséquence. Ceci contribuera à terme, avec l’interdiction de mise en décharge, à ce que les installations soient utilisées à pleine capacité.

V. CONCLUSION

L’objectif essentiel de l’OTD est de réglementer de manière concrète le recyclage, le traitement et le stockage des déchets en Suisse. Cette réglementation applique les principes fondamentaux de la gestion des déchets tels qu’ils sont énoncés dans les “Lignes directrices pour la gestion des déchets en Suisse”.

Les systèmes de traitement des déchets doivent respecter l’environnement d’un bout à l’autre de la chaîne et donc être envisagés dans un contexte global, et non selon des interventions ponctuelles. L’aboutissement du traitement des déchets doit livrer des produits qui soient recyclables ou aptes au stockage définitif. Les déchets ainsi traités ne doivent plus entraîner un flux de polluants dans l’environnement et doivent ainsi respecter les prescriptions en matière de protection des eaux, du sol et de l’air. Enfin, ces systèmes de traitement de déchets doivent s’inscrire dans une politique de collaboration avec l’étranger. Dans la mesure où la technique le permet, les déchets ne doivent pas être entreposés pendant une longue période, mais traités immédiatement, de manière à fournir des résidus aptes au stockage définitif.

Cette nouvelle politique est adoptée depuis l’entrée en vigueur de l’OTD et permet de réduire considérablement la quantité des déchets grâce à des mesures à la source et à la valorisation. Les déchets de construction et les déchets de l’industrie et du commerce mis en décharge doivent prochainement diminuer de 35% en poids, ce qui représente 1,1 million de tonnes. Le traitement des déchets non valorisables dans les installations doit aujourd’hui permettre une réduction drastique des charges sur l’environnement. Pour atteindre ce but, il est nécessaire de disposer d’une capacité d’incinération suffisante pour les déchets combustibles et de décharges adéquates pour les déchets inertes. Ces installations appropriées manquent aujourd’hui; cela conduit à une surcharge des vieilles installations dont les émissions néfastes pour l’environnement sont beaucoup plus élevées.

Des mesures allant dans le sens d’une limitation générale de la consommation ne se justifient plus, car les mesures de diminution à la source, de prévention des polluants, d’intensification de la valorisation, ainsi que l’amélioration des méthodes de traitement feront que la charge résultante sur l’environnement deviendra très modeste. Dans l’intérêt d’une utilisation rationnelle des ressources naturelles, il faut donc s’écarter plus résolument encore de la “société de gaspillage” au profit de la croissance qualitative.

Dans le Canton de Fribourg, la situation en matière de déchets de chantier est malheureusement aujourd’hui insatisfaisante. Sur un total de cent quarante décharges pour matériaux inertes, seulement une dizaine d’entre elles rempliront les conditions restrictives exigées par le nouveau droit de l’OTD. Les cent trente autres décharges ne pourront désormais recevoir que des matériaux d’excavation. A ce problème d’entreposage s’ajoute celui lié aux actes des entreprises de la construction. Les trois quarts des chantiers brûlent encore des déchets sur place, sauf pour le bois où la proportion est descendue à 50%. En outre, certains chantiers ne sont encore pas pourvus de bennes de récupération. Cette situation s’explique par le fait que les méthodes de traitement des déchets ne sont pas rentables. Pour ce faire, il faudrait produire des quantités de déchets bien supérieures. Pour remédier à ce problème, il est prévu un certain nombre de mesures incitatives.

Les problèmes liés aux déchets sont d’une grande actualité à notre époque. Alors qu’autrefois la croissance économique était synonyme d’augmentation de la consommation et par là des déchets, aujourd’hui l’homme désire mettre à profit la croissance pour soigner et protéger l’environnement. C’est la prise de conscience de la fragilité et de l’importance de la biosphère pour l’épanouissement de l’homme qui lui fait sans doute ressentir le besoin de faire partager le fruit de son progrès avec la nature qui l’entoure.

* * *

– TABLE DES ABRÉVIATIONS –

Abréviation Expression complète
a contrario au contraire
ad à
al. alinéa
art. article
ATF Arrêt du Tribunal fédéral suisse
CC Code civil
CE Communauté(s) européenne(s)
Cf. confer (comparez)
coll. collection
Cst Constitution fédérale de la Confédération suisse du 29 mai 1874
DC Revue du droit de la construction
DEP Droit de l’environnement dans la pratique
éd. édition
FF Feuille fédérale
in dans
in fine à la fin
infra ci-dessous
JAB Jurisprudence administrative bernoise
JdT Journal des tribunaux
JOCE Journal officiel des Communautés européennes
LAT Loi fédérale sur l’aménagement du territoire du 22 juin 1979
LEaux Loi fédérale sur la protection des eaux du 24 janvier 1991
let. lettre
LPE Loi fédérale sur la protection de l’environnement du 7 octobre 1983
LPEP Loi fédérale sur la protection des eaux contre la pollution du 8 octobre 1971
numéro
ODS Ordonnance sur les mouvements de déchets spéciaux du 12 novembre 1986
OEIE Ordonnance relative à l’étude d’impact sur l’environnement du 19 octobre 1988
OFEFP Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage
op. cit. opus citatum (oeuvre indiquée)
OTD Ordonnance sur le traitement des déchets du 10 décembre 1990
p. page
RDAF Revue de droit administratif et de droit fiscal
RDS Revue de droit suisse
rés. résumé
RFJ Revue fribourgeoise de jurisprudence
RO Recueil officiel des lois fédérales
RS Recueil systématique du droit fédéral
RSF Recueil systématique fribourgeois
RVJ Revue valaisanne de jurisprudence
s. suivant(e)
SIA Société suisse des ingénieurs et des architectes
ss suivant(e)s
supra ci-dessus
trad. traduction
vol. volume

* * *

– BIBLIOGRAPHIE –

A. LITTERATURE

Département fédéral de l’Intérieur, Projet d’ordonnance sur le traitement des déchets (OTD), Berne 1988.

Département fédéral de l’Intérieur, Commentaire sur la modification de l’ordonnance sur le traitement des déchets (OTD), Berne 1995.

Office fédéral de l’environnement, des forêts et du paysage, Stratégie de gestion des déchets en Suisse, in Cahier de l’environnement N° 173, Berne 1992.

Défis des déchets, Réalités politiques et administratives de la Suisse romande, éd. Helbing & Lichtenhahn, Bâle 1992.

Benoît Bovay, Autorisation de construire et droit de l’environnement, Exposé de la pratique du Tribunal administratif vaudois, in RDAF 1995, p. 93 ss.

Thomas Fleiner, in Commentaire de la Constitution fédérale de la Confédération suisse, ad art. 24septies, éd. Schulthess, Zurich 1996.

Pierre-André Jungo, Die Umweltverträglichkeitsprüfung als neues Institut des Verwaltungsrechts, éd. Peter Gauch (Université de Fribourg – Suisse), Fribourg 1987.
Dominik Köchlin, Das Vorsorgeprinzip im Umweltschutzgesetz, éd. Helbing & Lichtenhahn, Bâle 1989.

Jean-Luc Marti, Distance, coefficient et volumétrie des constructions en droit vaudois, éd. Payot, coll. juridique romande, Lausanne 1988.

Anne Petitpierre-Sauvain, Le principe du pollueur-payeur en relation avec la responsabilité du pollueur, in RDS 108/1989 II, p. 429 ss.

Heribert Rausch, in Kommentar zum Umweltschutzgesetz, ad Art. 7, éd. Schutlhess, Zurich 1985.

Leo Schürmann, Peter Hänni, Plannungs-, Bau- und besonderes Umweltschutzrecht, éd. Stämpfli, Berne 1995.

Stefan Schwager, Peter Knoepfel, Helmut Weidner, Droit de l’environnement Suisse – CE, éd. Helbing & Lichtenhahn, Bâle 1989.

Jacques Sterchi, Gestion des déchets, Pierre Aeby hausse le ton pour discipliner les chantiers, in La Liberté du 28 juin, Fribourg 1996, p. 15.

Jürg Sutter, Max Börlin, Peter Oggier, Friederich Weber, Lange vergessen oder verdrängt? Bauschutt als Abfall besonderer Art, in Déchets et environnement dans la vie politique quotidienne, éd. OFEFP, Berne 1989, p. 637 ss.

Pierre Tercier, Introduction au droit privé de la construction, éd. Peter Gauch – Pierre Tercier (Université de Fribourg – Suisse), Fribourg 1994.

Andreas Trösch, in Kommentar zum Umweltschutzgesetz, ad Art. 30, éd. Schulthess, Zurich 1991.

Jean-Baptiste Zufferey, La jurisprudence récente et autres nouveautés en droit public, in Journées du droit de la construction, vol. 1, Fribourg 1995, p. 88 ss.

Jean-Baptiste Zufferey, Les valeurs limites du droit de l’environnement: un instrument objectif pour tout l’ordre juridique?, in DC 2/94, p. 35 ss.

B. PUBLICATIONS OFFICIELLES

FF 1970 I 773, Message du Conseil fédéral du 6 mai 1970 relatif à l’insertion dans la constitution d’un article 24septies sur la protection de l’homme et de son milieu naturel contre les atteintes nuisibles ou incommodantes.

FF 1970 II 429, Message du Conseil fédéral du 26 août 1970 concernant une nouvelle loi sur la protection des eaux et Rapport concernant l’initiative populaire sur la protection des eaux.

FF 1979 III 741, Message du Conseil fédéral du 31 octobre 1979 relatif à une loi fédérale sur la protection de l’environnement (LPE).

FF 1987 II 1081, Message du Conseil fédéral du 29 avril 1987 concernant l’initiative populaire “pour la sauvegarde de nos eaux” et la révision de la loi fédérale sur la protection des eaux.

FF 1993 II 1337, Message du Conseil fédéral du 7 juin 1993 relatif à une révision de la loi fédérale sur la protection de l’environnement (LPE).

FF 1996 I 237, Modification du 21 décembre 1995 de la Loi fédérale sur la protection de l’environnement.

* * *

– TABLE DES ARRÊTS CITÉS –

Jurisprudence fédérale
ATF 114/1988 Ib 214, JdT 1990 I 496 (trad.)
ATF 116/1990 Ib 50, JdT 1992 I 469 (trad.)
ATF 117/1991 Ia 147, JdT 1993 I 451 (trad.)
ATF 117/1991 Ib 414, JdT 1993 I 493 (trad.)
ATF 118/1992 Ib 407 (en français)
ATF 120/1994 Ib 400 (en allemand)

Jurisprudence cantonale
DEP 1989 p. 237
DEP 1993 p. 122 = DC 1993 p. 79 N° 183 (rés.)
JAB 1992 p. 223 = DC 1992 p. 71 N° 124 (rés.)
RFJ 1992 p. 342
RVJ 1994 p. 3
RVJ 1994 p. 56

Jurisprudence européenne
Décision 76/431 au JOCE L-115/1976 p. 13

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789

La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789

Travail de séminaire en histoire du droit

Pascal Nicollier, Fribourg 1995

Licence Creative Commons
La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 de Pascal NICOLLIER est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique 3.0 Suisse.

Sommaire:

  • Table des matières
  • Texte du travail de séminaire
  • Texte de la déclaration
  • Bibliographie et jurisprudence

Accès internet direct: www.urbalex.ch/histoire/ddhc

Le travail de séminaire complet est disponible ici au format PDF!

– TABLE DES MATIÈRES –

I. INTRODUCTION

A. CONTEXTE

1. L’Ancien Régime

a. Le roi
b. La noblesse
c. Le clergé
d. Le tiers état

2. Les causes de la révolution française

a. Causes philosophiques
b. Causes économiques et religieuses
c. Causes politiques

B. AVÈNEMENT DU TEXTE

1. Les Etats-Généraux

a. La convocation de 1789
b. Les cahiers de doléances

2. L’Assemblée Nationale

3. L’Assemblée Constituante

a. La nuit du 4 août 1789
b. Les tendances de l’Assemblée Constituante

II. DÉVELOPPEMENT

A. IDÉES GÉNÉRALES

1. La lutte contre l’Ancien Régime

a. Les objectifs de la Déclaration
b. Les changements apportés par la Déclaration

2. Les bases d’une nouvelle société

a. La vocation universelle de la Déclaration

i. Les principes philosophiques
ii. Le culte de “l’Etre Suprême”

b. La rupture de l’Ancien Régime

3. Le contrat social

B. LES SOURCES DE LA DÉCLARATION

C. LES DIFFÉRENTES PARTIES DU TEXTE

1. Préambule

2. Articles 1 à 4: l’ordre républicain

3. Articles 5 à 9: la loi

4. Articles 10 à 17: les principes fondamentaux

III. CONCLUSION

A. INFLUENCE HISTORIQUE

B. INFLUENCE EN DROIT CONSTITUTIONNEL SUISSE

* * *

– TEXTE –

I. INTRODUCTION

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 est le texte qui marque l’apogée de l’idéologie de la révolution française. Il concentre en quelques lignes toutes les principales revendications d’un peuple en lutte contre le régime auquel il est soumis. Ce texte représente aussi une des premières pierres du droit constitutionnel moderne, basé essentiellement sur la description des libertés que l’homme doit pouvoir faire valoir à l’encontre de l’Etat.

A. CONTEXTE

1. L’Ancien Régime

L’Ancien Régime est l’organisation politique et sociale des Etats de l’Europe occidentale et centrale aux XVIIème et XVIIIème siècles. Les souverains règnent en monarques absolus. La noblesse et le clergé jouissent d’une situation privilégiée. Le commerce à l’intérieur des pays et entre les pays est relativement peu développé. Artisans et négociants sont pour la plupart groupés en corporations qui réglementent la fabrication et la vente, entravant le développement industriel. Les paysans, qui forment la majeure partie de la population, paient presque tous les impôts. Les sujets ne bénéficient pleinement ni de la liberté d’opinion, ni de la liberté économique, ni de la liberté individuelle.

L’Ancien Régime est personnifié par le roi de France, chef du Royaume et monarque absolu de droit divin. Contrairement aux principes qui seront développés par la révolution, le pouvoir du roi est issu directement de Dieu. C’est notamment contre cette conception spirituelle du pouvoir que les révolutionnaires opposeront celui du peuple. Le pouvoir du roi est cependant considérablement limité par un enchevêtrement de lois, de coutumes et de privilèges qui diffèrent d’une province ou d’une ville à l’autre. On applique toujours plus ou moins le droit romain (écrit) dans le sud et le droit coutumier (non-écrit) dans le nord. En plus des nombreuses différences de réglementation, le Royaume de France est morcelé par des douanes intérieures, par des monnaies, poids et mesures différents. Ajoutées aux impôts, taxes et redevances excessives, ces différences régionales paralysent le développement du commerce et finalement l’économie toute entière.

a. Le roi

Louis XVI succède à son grand-père, Louis XV en 1774, à l’âge de 20 ans. Honnête, sincère et mu par une bonne volonté, il est bien accueilli sur le trône. Toutefois, ces qualités ne lui soustraient pas de l’influence de sa femme Marie-Antoinette, fille de Marie-Thérèse d’Autriche, et des nobles de sa Cour, dont un grand nombre sera hostile à toute réforme.

Marie-Antoinette
Marie-Antoinette

Si le respect du roi est encore vif dans les campagnes, son prestige décline peu à peu dans les villes. On critique son entourage, et surtout sa femme (surnommée “l’Autrichienne”), pour toutes leurs dépenses somptuaires et les scandales qui les éclaboussent (affaire du collier de la reine). Au vu de la dégradation de la situation du Royaume de France, les ministres Turgot, puis Necker tenteront d’agir par d’audacieuses réformes, mais Louis XVI, en proie à sa faiblesse d’esprit, les renverra tour à tour.b. La noblesse

La noblesse est composée d’environ 400’000 personnes, dont 80’000 possédant un quart du sol et continuant à percevoir les droits féodaux. Au moyen âge, les nobles assuraient la sécurité dans leurs territoires et protégeaient leurs vassaux et leurs paysans. En échange, ces derniers payaient diverses redevances: champart (partie de la récolte), banalités (taxes pour l’emploi d’infrastructures mises à disposition de tous: moulin, pressoir, etc.), cens (droits à payer pour l’utilisation du sol) et autres corvées (services rendus au suzerain). On distinguait plusieurs noblesses. La noblesse de cour était la plus privilégiée: 12% du budget de l’Etat était réparti entre 4’000 familles! Elle disposait des plus hautes fonctions de l’Etat, soit la gestion des charges royales, du gouvernement, de l’armée et de l’Eglise. Les nobles “présentés” vivaient pour la plupart à Versailles ou dans de grandes résidences parisiennes.

La noblesse de campagne était beaucoup plus nombreuse: il s’agissait plutôt des gentils hommes campagnards. Ceux-ci vivaient dans leurs territoires féodaux. Ils fournissaient notamment des hommes à l’armée et à la marine.

La noblesse de robe comprenait des hauts magistrats de l’ordre judiciaire qui avaient racheté leur charge et qui siégeaient dans les parlements de Paris et des provinces. Face à la bourgeoisie commerçante et montante, on assiste à une “réaction nobiliaire”. Les nobles remettent des vieux privilèges en vigueur, alors qu’ils étaient tombés dans l’oubli. Cette réaction augmentera encore le mécontentement face à la noblesse.

c. Le clergé

Le clergé compte environ 130’000 membres, qui se répartissent plus d’un dixième du sol de la France. Il assure le culte catholique et l’enseignement (bien qu’une large majorité des paysans ne sachent pas lire). Le clergé est divisé en haut clergé, aristocratique, riche, vivant à la Cour, et le bas clergé, plus près du peuple et de ses considérations politiques. L’Eglise ne paie presque pas d’impôt, mais prélève en revanche la dîme des récoltes.

d. Le tiers état

Le bonnet phrygienLe tiers état regroupe 98% de la population. Il s’agit d’une classe de la société méprisée, qui n’a presque aucun droit et qui est plus ou moins seule à payer des impôts. Le tiers état est composé de trois différentes catégories de personnes. Les paysans sont environs 16 millions, dont un tiers sont propriétaires de leur sol. L’agriculture est archaïque, on pratique encore la jachère et certains serfs n’ont toujours pas le droit de quitter la terre sans l’autorisation du seigneur. Les artisans réclament l’abolition des corporations. Les petits ateliers font place de plus en plus à de petites usines, qui témoignent de l’aube de la révolution industrielle. Enfin, les bourgeois représentent la catégorie de gens qui seront les plus actifs dans la révolution qui suivra l’Ancien Régime. Ils occupent les professions libérales, commerçantes et industrielles. Ils sont particulièrement tributaires du développement économique du pays, mais constamment mis à l’écart des grandes décisions politiques. La réaction nobiliaire, les excès des aristocrates et le refus du roi devant toute réforme pousseront les bourgeois à faire la révolution.

2. Les causes de la révolution française

L’idée révolutionnaire est née d’une volonté de changements structurels profonds: il s’agissait de “rendre” le pouvoir à ceux qui étaient gouvernés. La révolution a éclaté à cause de l’incapacité du pouvoir à s’adapter à des conditions nouvelles. Alors que la plupart des bourgeois de l’époque désiraient une adaptation du pouvoir à une monarchie parlementaire (comme cela s’était fait en Angleterre), la révolution a été une sorte d’accident, dû aux crises économiques (mauvaises récoltes, disettes, etc.) et aux mauvais choix des dirigeants politiques. On peut distinguer plusieurs causes de la révolution: causes philosophiques, économiques et politiques.

a. Causes philosophiques

Avec l’avènement du Siècle des Lumières, la raison se substitue à l’autoritarisme et à la tradition. On retrouve la foi dans le progrès et on réclame la liberté dans tous les domaines. Descartes proclame la supériorité du rationalisme et de l’esprit critique. Montesquieu met au point une nouvelle gestion de l’autorité fondée sur trois pouvoirs indépendants les uns des autres: le législatif (assemblée élue, qui représenterait le peuple), l’exécutif (le roi et ses ministres) et le judiciaire (magistrats). Voltaire prône plutôt un système parlementaire à l’anglaise, où le roi règne, mais ne gouverne pas. Il encouragera notamment Frédéric le Grand de Prusse à pratiquer le despotisme éclairé: pouvoir absolu du souverain, mais conseils donnés par des philosophes. Jean-Jacques Rousseau croit fermement à l’égalité des hommes. Il considère que la majorité du peuple est bonne par nature, et a donc le droit d’imposer sa volonté sur la minorité (doctrine de la volonté générale). Les Encyclopédistes, tels Diderot, d’Alembert et d’autres, réclament la liberté de pensée, d’expression et l’égalité devant la loi. Des mouvements revendiquent des formes de pouvoir républicain, tels la Franc-maçonnerie ou d’autres “clubs” parisiens. Enfin, l’influence anglo-saxonne joue aussi un grand rôle: monarchie parlementaire en Angleterre, préambule de la Déclaration d’indépendance en Amérique, et plusieurs philosophes comme John Locke ou encore Adam Smith (prônant le libéralisme économique dans son célèbre ouvrage: “La richesse des nations”).

b. Causes économiques et financières

Les années qui précèdent la révolution sont des années noires du point de vue économique. La réaction nobiliaire ruine les paysans. L’accroissement démographique crée un surplus de bouches à nourrir et des jeunes improductifs. Les mauvaises récoltes de 1787 et 1788 entraînent des disettes. Ce cercle infernal provoque une crise économique: le trésor royal est vide, car les impôts ne rentrent plus et les classes dirigeantes s’opposent à toute réforme fiscale. Les parlements refusent d’enregistrer de nouveaux impôts. L’Etat est au bord de la banqueroute.

c. Causes politiques

Louis XVIMalgré les revendications et la crise économique, le pouvoir royal et la noblesse font la sourde oreille devant toute réforme et continuent à s’octroyer des dépenses somptuaires, cela au nez et à la barbe du tiers état. Les personnes privilégiées par le système parviennent à obtenir le renvoi de Turgot (1774-1776) puis de Necker (1776-1781): deux ministres réformateurs acquis à la nécessité de changements fiscaux au détriment de la noblesse. En 1787, le parlement de Paris refuse d’enregistrer les édits créants de nouveaux impôts. Plusieurs parlementaires sont arrêtés de force. Le parlement proclame alors les lois fondamentales de la Nation, parmi lesquelles l’obligation de faire voter les impôts par les Etats-Généraux. Sous la pression du parlement de Paris et des autres parlements ayant suivi ce mouvement de protestation, Louis XVI rappelle Necker, puis convoque les Etats-Généraux le 1er mai 1789, pour la première fois depuis 1614.

B. AVENEMENT DU TEXTE

Les Etats-Généraux ne représentant pas la véritable volonté de la Nation, le tiers état, accompagné par le bas-clergé et quelques nobles “éclairés”, va ressentir le besoin de donner une nouvelle ligne politique au Royaume de France. Peu à peu, les “républicains” vont se distancer des institutions héritées de l’Ancien Régime pour s’auto-proclamer nouveau souverain du peuple français. C’est l’avènement de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, fer de lance de la révolution, puis préambule de la Constitution de la première République de 1791.

1. Les Etats-Généraux

Les Etats-Généraux forment une assemblée convoquée par le roi et qui comporte des députés représentant les trois ordres: clergé, noblesse et tiers état. Les membres sont élus dans le cadre des circonscriptions que sont les bailliages. Cette institution date du XIIIème siècle et sert à consentir aux nouveaux impôts proposés par le roi. Les députés ont deux pouvoirs: celui d’écouter ad audiendum et celui de rapporter à leurs mandants ad referendum. Ils ont un mandat impératif lié à l’ordre du jour imposé par le roi. Leur seul pouvoir d’action consiste à dresser une liste de doléances au roi; mais ce dernier n’y est pas soumis.

a. La convocation de 1789

Le 1er mai 1789, Louis XVI convoque les Etats-Généraux: le tiers état réunit 578 députés, tous bourgeois, dont 200 avocats, et quelques nobles (Mirabeau) ou prêtres (Abbé Sieyès).

L'Abbé Sieyès
L’Abbé Sieyès

Les deux autres ordres totalisent 561 siègent, répartis à raison de 291 pour le clergé et 270 pour la noblesse. Mais, en dépit du “doublement du tiers” accordé par le roi, le vote continue à se faire par ordre, et non par tête. Le tiers état est donc continuellement minorisé et ne peut pas faire valoir les cahiers de doléances que ses électeurs lui ont transmis.

b. Les cahiers de doléances

Ces cahiers de doléances sont les plaintes et les souhaits des électeurs des circonscriptions des membres du tiers état (les bailliages). Leur ton est ferme, mais modéré: la population fait encore confiance au roi. Nombreux sont ceux qui voient en Louis XVI leur protecteur naturel, susceptible de mettre fin aux abus qu’on lui signalera. Ces cahiers sont à peu près unanimes sur certains points: on veut limiter les pouvoirs du roi par une constitution, on désire que les Etats-généraux soient régulièrement convoqués, on réclame l’égalité devant l’impôt accompagnée d’une réforme fiscale, enfin on demande l’abolition des droits féodaux, des corporations, des privilèges et des lettres de cachet.

2. L’Assemblée Nationale

La réunion des Etats-généraux à Versailles dure environ six semaines. Ni le roi, ni son ministre des finances Necker n’est prêt à concéder autre chose qu’une augmentation massive des impôts assortie de quelques réformes mineures. Le 17 juin 1789, le tiers état réagit. Constatant qu’il représente 98% de la population, il propose aux membres des deux autres ordres de le rejoindre. Avec l’appui d’une faible majorité du clergé et de quelques nobles, le tiers état se proclame Assemblée Nationale. Dès sa constitution, cette assemblée déclare nuls les impôts levés sans son consentement et entend procéder à la “régénération nationale”. C’est là le premier acte révolutionnaire. Le 20 juin 1789, les membres de la nouvelle Assemblée Nationale se rendent en vain dans la salle qui abrite ordinairement les Etats-généraux, mais la porte est close. Les députés, présidés par l’astronome Bailly, se rendent alors non loin de là, au Jeu de paume. C’est dans ces locaux que les membres de l’Assemblée Nationale prêtent le serment solennel de ne jamais se séparer jusqu’à ce que la Constitution soit parachevée.

Le Serment du jeu de paume du 20 juin 1789
Le Serment du Jeu de Paume du 20 juin 1789

Le 23 juin 1789 le roi reconvoque les Etats-généraux en séance plénière: il y affirme son pouvoir souverain et ordonne aux trois ordres de siéger séparément.

Louis XVI“Si, par une fatalité loin de ma pensée, vous m’abandonniez dans une si belle entreprise, seul je ferais le bien de mes peuples, seul je me considérerais comme leur véritable représentant… Aucun de vos projets, aucune de vos dispositions ne peut avoir force de loi sans mon approbation spéciale… Je vous ordonne, messieurs, de vous séparer tout de suite et de vous rendre demain matin chacun dans les chambres affectées à votre ordre, pour y reprendre vos séances.”

Louis XVI aux Etats généraux (23 juin 1789)

Les membres du tiers état se révoltent contre le mépris de la couronne et refusent de quitter la salle des Etats-généraux tant que le roi n’accepte pas leur réforme.

“Nous ne quitterons nos places que par la force des baïonnettes!”

Mirabeau répondant à un officier du roi (23 juin 1789)

Devant l’obstination des députés de l’Assemblée Nationale, le roi finit par céder et accepte que le clergé et la noblesse délibèrent en commun avec le tiers état. Le 9 juillet 1789, les Etats-généraux ainsi constitués se proclament Assemblée Constituante. Cette nouvelle Assemblée est chargée maintenant de rédiger une nouvelle constitution: elle dispose donc de pouvoirs supérieurs par rapport au roi, car elle devra établir quels seront les droits et les devoirs réciproques du roi et de la nation. C’est le début de la forme juridique de la révolution française: la souveraineté passe des mains du roi à celles du peuple.

3. L’Assemblée Constituante

Malgré la tension ambiante, le roi et son entourage persistent et réaffirment leur volonté de maintenir le statu quo politique. Des troupes mercenaires se rassemblent aux environs de Paris. Le 11 juillet 1789, Louis XVI renvoie le ministre Necker et le remplace par une personne hostile à toute réforme. Devant la peur de perdre les acquis politiques de l’Assemblée Nationale, une milice bourgeoise se constitue. Le 14 juillet 1789, un jeune journaliste nommé Camille Desmoulin, appelle le peuple aux armes. Celles-ci sont prises à l’Hôtel des Invalides, puis à la prison de la Bastille. C’est la date clef de la révolution française, qui est devenue aujourd’hui la fête nationale. Mais cet instant marque aussi le premier massacre de la révolution: tous les gardes du fort de la Bastille sont tués, et leur tête promenée au bout d’un pique à travers les rues de Paris. Bien que la Bastille ne contînt alors que sept prisonniers de droit commun, c’était un symbole de l’absolutisme royal qui s’effondrait.

La prise de la Bastille le 14 juillet 1789
La prise de la bastille du 14 juillet 1789

Louis XVI cède de nouveau: il renvoie les garnisons hors des murs de la capitale, puis rappelle Necker. Enfin, il se rend à l’Hôtel de Ville de Paris, où il arbore la cocarde tricolore. Ces trois couleurs sont celles du drapeau français actuel: il s’agit du rouge et du bleu, soit des couleurs de la ville de Paris, jointes au blanc, qui symbolise la monarchie. La ville de Paris étant le foyer des révolutionnaires, un comité d’électeurs parisiens du tiers état se forme en Commune de Paris, avec comme maire l’astronome Bailly, président de l’Assemblée Nationale. La milice bourgeoise s’organise sous la houlette de La Fayette, ancien combattant de la guerre d’Indépendance américaine. La Fayette devient général, et la milice organisée prend le nom de Garde Nationale. Ce mouvement s’étend peu à peu et contamine d’autres villes françaises. On fonde des municipalités élues et on les dote d’une Garde Nationale. Entre l’affaiblissement du pouvoir royal et l’émergence du pouvoir des révolutionnaires, s’installe l’anarchie: on brûle les papiers féodaux, on pille les châteaux, de nombreux brigands ravagent le pays. C’est la période de la Grande peur.

a. La nuit du 4 août 1789

Les soulèvements, et les désordres qui les accompagnent, deviennent préoccupants. L’Assemblée Constituante tente de réagir. Des nobles montent à la tribune et proposent, théâtralement de sacrifier leurs privilèges. Dans l’enthousiasme général, on vote l’égalité des droits, l’abolition des corporations, des privilèges de naissance, la suppression des droits féodaux et de la vente des charges judiciaires. Mais lorsque les décrets paraissent, le peuple découvre que les redevances n’ont pas été supprimées, mais seulement déclarées “rachetables”. Plusieurs riches bourgeois pourront d’ailleurs profiter de cette nouvelle situation et acheter des charges importantes. Le privilège de naissance fera donc place, petit à petit, au privilège de richesse.

Devant l’opposition du roi à ces réformes, les révolutionnaires finissent par envahir le palais de Versailles et ramènent le roi aux Tuileries. Le gouvernement et l’Assemblée rejoignent Louis XVI quelques jours plus tard. La situation de la couronne se détériore: le roi et l’Assemblée sont prisonniers à Paris et subissent l’influence directe des foules en colère et des révolutionnaires. De nombreux nobles inquiets pour leur vie quittent la France, dont le comte d’Artois, propre frère du roi et futur Charles X.

b. Les tendances de l’Assemblée Constituante

L’Assemblée Constituante voit naître les premiers partis politiques, car les trois ordres des Etats-généraux se sont confondus, puis progressivement effacés. A droite, on trouve les Aristocrates (Noirs) partisans de l’Ancien Régime, tandis que les Monarchiens désirent un parlementarisme à l’anglaise. Au centre-gauche se trouvent les Patriotes ou Constitutionnels qui n’accordent que peu de pouvoir au roi; parmi eux se trouvent La Fayette, Talleyrand, l’Abbé Sieyès, Barnave et Mirabeau. Enfin à l’extrême-gauche siègent les Démocrates qui réclament le suffrage universel; il s’agit là de Robespierre, Pétion, l’Abbé Grégoire. La presse devenue libre fait descendre la politique dans la rue. En conséquence de la proclamation des nouvelles libertés, le peuple devient partie prenante de la chose publique: c’est l’éveil de la démocratie. La liberté de la presse entraîne la naissance de nombreux journaux, qui se développent rapidement: “Les révolutions de France et de Brabant” de Camille Desmoulin, ou encore “L’ami du peuple” de Marat. La liberté de réunion, ainsi que son complément nécessaire qu’est la liberté d’opinion engendrent la formation de clubs où l’on discute de politique (club des Feuillants pour les monarchiens, ou club des Jacobins pour la gauche).

Robespierre
Robespierre

Ces nouvelles perceptions politiques vont développer deux grands courants d’idée lors de la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen: l’un aura plutôt les faveurs des couches populaires, et l’autre sera issu de la nouvelle structure politique. A gauche, on croit toujours à la possibilité d’une élévation rapide d’une sorte de conscience politique des masses. Les modérés, en revanche, sont plus pessimistes. Ceux-ci sont partagés entre les partisans d’une déclaration différée ou au moins étroitement liée au travail constitutionnel et les partisans d’une déclaration qui soit à la fois des droits et des devoirs du Citoyen.

II. DÉVELOPPEMENT

A. IDÉES GÉNÉRALES

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen est destinée en grande partie à fixer par écrit les droits acquis lors de la nuit du 4 août 1789. C’est ce texte qui dessine à l’avance les points généraux qui seront abordés par la première Constitution française. Aujourd’hui encore, la Déclaration figure à l’entête de la Constitution de la Vème République.

Quelques traits généraux et caractéristiques de ce document seront analysés ici. La Déclaration marque tout d’abord la fin de la monarchie absolue en France: il s’agit d’un changement radical du système de gestion de l’Etat. Le pouvoir passe des mains de l’aristocratie aux mains du peuple. Cet effort pour une République sera décrit ici par la lutte contre l’Ancien Régime. La transformation des moeurs politiques, la libéralisation et les nouveaux droits des citoyens sont des nouveautés révolutionnaires dans l’Europe de l’époque. C’est l’amorce d’un changement d’attitude à l’égard du pouvoir de l’Etat: celui-ci sera désormais soumis au contrôle social. Cette participation de la société à la destinée de la France sera démontrée en analysant les bases d’une nouvelle société. Une des plus grandes victoires de la révolution française est d’avoir institué un des droits les plus fondamentaux de l’homme. Ce droit est l’égalité et fera l’objet d’une étude particulière. Enfin, la Déclaration a servi de base à l’élaboration de la Constitution française de l’époque. Cette Constitution a été le premier exemple européen d’accord entre le peuple et le pouvoir, c’est-à-dire entre les gouvernés et ses gouvernants. Cette révolution juridique, fruit de nombreuses idées de célèbres philosophes de l’époque, sera vue sous le point concernant le contrat social.

1. La lutte contre l’Ancien Régime

Afin de se prémunir contre le pouvoir monarchique, les rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ont opposé à l’Ancien Régime une forme de catéchisme national. En ce sens, aucun être humain ne peut posséder un droit divin de diriger la France. C’est à la Nation que doit revenir le pouvoir de gérer le pays, et non à un groupe restreint de privilégiés. Cette volonté de répartir le pouvoir va effacer toutes les distinctions faites sous l’Ancien Régime: il n’y aura plus que des citoyens, égaux en droit. Les citoyens ne seront plus soumis à l’arbitraire royal, mais ils disposeront de droit à faire valoir à l’encontre de l’Etat, pour sauvegarder leurs libertés. Ces droits sont une nouveauté à l’époque: ce sont les droits que l’on appelle aujourd’hui “droits fondamentaux”. Ces droits fondamentaux sont directement issus des idées des philosophes jusnaturalistes, grands plaideurs des droits naturels et inviolables de l’Homme. Le contenu des ces droits n’est toutefois pas général et absolu, mais dépend bien plutôt d’une époque et d’un lieu déterminé. Le besoin d’un peuple de se faire reconnaître et défendre des droits est le point de départ de toute solidarité entre individus dans une collectivité politique. Le libéralisme a fondé un ordre juste de la vie en société dans la liberté la plus grande possible des individus, mais il a été, et est encore aujourd’hui, conditionné par la croyance en l’harmonie originelle des intérêts de tous les hommes.

a. Les objectifs de la Déclaration

Les buts principaux de la Déclaration sont tous teintés de la lutte contre l’Ancien Régime. Jean MORANGE, Professeur de droit et de sciences économiques à Limoges, distingue une demi-douzaine de buts que poursuit la Déclaration:

  1. Il s’agit d’une proclamation solennelle des vérités simples, évidentes et incontestables. Nul ne pourra désormais réduire ces vérités à néant: elles sont écrites, donc impérissables.
  2. La Déclaration servira de base à la Constitution et sera à cet effet un guide pour les travaux de l’Assemblée.
  3. On réagit contre l’inconnu et l’incertitude de l’Ancien Régime en faisant prévaloir un principe de publicité: tous les français doivent pouvoir lire et connaître leurs nouveaux droits. C’est une condition fondamentale de l’exercice des droits décrits dans la Déclaration. A cet effet, le texte doit être affiché dans toute la France. Ce principe engendrera celui du droit à savoir lire: ce sera le début de la scolarisation obligatoire et de l’unification de la langue française.
  4. On réagit contre les pratiques sournoises de l’Ancien Régime, caractérisées par les “lettres de cachet”. Le peuple doit connaître ses droits pour pouvoir se prémunir contre d’éventuelles atteintes de la part de l’Etat.
  5. Le préambule de la Déclaration précise que l’exposé des vérités qui suit, n’est pas destiné qu’au peuple français, mais bel et bien au monde entier. C’est la vocation universelle de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Cette vocation rompt singulièrement avec le “territorialisme” de l’Ancien Régime, où chaque seigneur était libre d’instaurer des droits et des obligations différents, selon son gré. Par ailleurs, ces différences de réglementations entraînaient, outre de nombreuses injustices, un échec singulier à toutes les transactions commerciales qui avaient lieu sur le plan national.
  6. Les principes de la Déclaration doivent former la base de toute espèce de société. C’est-à-dire que chaque article constitutionnel qui sera adopté, devra être la conséquence d’un principe exposé par la Déclaration.

Le contenu de ces buts est de deux natures distinctes. Premièrement, on décrit des principes d’organisation politique. Ceux-ci doivent être entendus comme étant un changement radical du système de l’Ancien Régime. On prône une nouvelle philosophie de l’association politique d’une part, et on met en avant la participation des citoyens aux affaires le l’Etat d’autre part. C’est la souveraineté monarchique qui est remplacée par la souveraineté nationale. Pour assurer l’indépendance de l’Etat, on introduit l’idée de la séparation des pouvoirs, déjà prônée par les américains en 1787. Deuxièmement, on accorde une large reconnaissance aux droits naturels de l’Homme, que l’Ancien Régime bafouait fréquemment. On acceptera ces nouvelles libertés (art. 4 de la Déclaration), mais on admettra tout de même le fait de pouvoir les limiter dans certains cas dûment justifiés (art. 5 de la Déclaration).

b. Les changements apportés par la Déclaration

Nombreux sont les historiens qui critiquent la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen pour motif qu’elle a substitué l’anarchie à l’Ancien Régime. On lui reproche aussi ses formules trop abstraites, qui sont en fait la cause du manque d’expérience de ses rédacteurs pour ce qui est de la chose publique. Toutefois, il faut noter que c’est ce texte qui a fait naître, en grande partie, la notion de droit positif. C’est avant tout contre l’absolutisme imprévisible du pouvoir royal qu’on éprouvait le désir de réglementer de manière exhaustive, précise et surtout par écrit, la façon d’exercer la tâche publique. C’est le début de la notion de droits subjectifs et publics de l’individu vis-à-vis de l’Etat. Cette notion n’était jusqu’alors connue que du droit naturel. La Constitution de 1791 sera pionnière en la matière puisqu’elle fixera tout une série de droits naturels et civils garantis par son texte approuvé, contre tout abus de la part de l’Etat. Ces droits positifs sont le trait marquant du changement d’attitude à l’égard de l’Ancien Régime. Ce dernier était la source d’injustices et d’arbitraire, alors que le nouveau courant juridique apporté par la Déclaration prône l’égalité et la sécurité du droit. Ces nouvelles conceptions vont peu à peu s’étendre au reste de l’Europe. D’une part la toute jeune République française va mener une véritable “croisade” contre ses voisins européens, afin de “délivrer les citoyens de la tutelle absolutiste monarchique à laquelle ils sont soumis”, et d’autre part, le contact des autres peuples européens avec les révolutionnaires français va leur amener un souffle nouveau de révolte contre l’Ancien Régime. Pour toutes ces raisons, l’histoire constitutionnelle fixe traditionnellement son origine à la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen du 6 août 1789. C’est là le début du développement de l’Etat moderne, au sens où nous l’entendons aujourd’hui.

2. Les bases d’une nouvelle société

a. La vocation universelle de la Déclaration

Contrairement à la Déclaration américaine, celle que nous voyons ici a un caractère beaucoup plus métaphysique. D’une part elle est l’œuvre de personnes qui n’ont pas l’expérience du débat public dans le cadre d’une assemblée, et d’autre part, elle remue de nombreuses théories philosophiques souvent complexes. La Déclaration ne se destine pas qu’au royaume de France, mais bien plutôt au monde entier: c’est un standard des droits minima exigibles en raison du simple fait d’être un homme. Cette dimension universelle de la Déclaration s’accorde avec de nombreux principes philosophiques, et avec le culte de “l’Etre Suprême”.

i. Les principes philosophiques

Jean-Jacques Rousseau était un de ceux qui pensaient qu’une nouvelle constitution aurait peut-être le pouvoir de régénérer la société, et de supprimer alors souffrance de l’homme. Cette idée a dominé tout le XVIIIème siècle. On opposait alors l’homme sauvage, bon de nature à l’idée chrétienne du péché originel. Pour Rousseau, le mal ne se trouvait pas en l’homme, mais dans la société. En adoptant une nouvelle constitution, on construirait la trame d’un nouveau système d’organisation de la société. Il fallait donc élaborer cette structure de la manière la plus proche des droits naturels de l’homme, de façon à ne pas occulter son développement harmonieux.

ii. Le culte de “l’Etre Suprême”

Les auteurs de la Déclaration ont agi comme s’ils fondaient une nouvelle religion. Il s’agit d’une autre forme de cette vocation universelle, qui confère une grande force à la Déclaration. On peut parler ici d’une sorte de catéchisme philosophique. En plus de la dimension philosophique, ce nouveau culte représente un autre instrument de lutte contre le pouvoir monarchique de droit divin. La Déclaration fait quelques fois mention de “l’Etre Suprême”. L’Assemblée Nationale évite expressément de mentionner “Dieu”, qui rappelle trop, à son sens, une notion catholique et conservatrice. En effet, Louis XVI, comme ses prédécesseurs, est monarque de droit divin: la religion catholique et la monarchie française sont savamment liées l’une à l’autre. La Déclaration instaure alors un nouveau culte, mais en fait, on vénère toujours le même Dieu.

Le Champ de Mars
Le Champ de Mars

La régénération de la société française est avant tout politique, et non religieuse, comme ce fut le cas sous la réforme. Mais l’instauration de ces libertés issues du droit naturel, sont d’une telle intensité que la portée politique de la Déclaration s’élargit jusqu’à en faire une sorte de nouveau dogme social à caractère religieux. L’Etre Suprême n’est peut-être finalement qu’un Dieu épuré de tous les artifices que la Rome catholique a accumulés depuis sa lointaine fondation. On envisage ainsi un “Dieu de Nature” inspiré de la conception philosophique de l’époque.

b. La rupture de l’Ancien Régime

La régénération de la société passe par un incontournable changement de régime politique. Comment peut-on prévoir la réaction d’une société lorsqu’on lui supprime d’un coup tout ce qu’elle a l’habitude de côtoyer? Un tel bouleversement institutionnel est une chose difficile à maîtriser, c’est pourquoi on a parlé ici de “révolution”. Cette rupture de la continuité de l’obéissance juridique entre une forme de pouvoir et une autre qui la chasse sera analysée plus tard par la philosophie du droit. Pour HART, un tel changement de pouvoir ne peut se passer d’un interrègne durant lequel aucune règle de droit n’est susceptible d’être édictée. Ce même auteur associe l’application des règles de droit à une sorte d’habitude d’obéissance. C’est cette dernière qui sera rompue lors de la révolution française, par le biais de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Ainsi c’est ce bouleversement qui va régénérer la société, mais ce sera aussi la cause de l’anarchie qui va suivre.

3. Le contrat social

Alors que Dieu était à l’origine de l’investiture des pouvoirs du roi, c’est désormais le peuple qui investira ses représentants pour assurer son gouvernement. Cette nouvelle conception du pouvoir des représentants choisis par leurs représentés est perçue à l’image d’un contrat de droit privé. Il s’agit d’une sorte de mandat que le peuple accorde à quelques mandants pour exécuter la tâche de gouverner pendant une certaine durée. Pour Paul JANET, cette idée part de la conception philosophique du contrat social selon les idées de Rousseau, et les droits particuliers ne sont que les clauses et les conditions dudit contrat. Mais cette idée est controversée. En particulier, George JELLINEK pense que le contrat social de Roussau n’est pas la source de la Déclaration. Cet auteur observe que la Déclaration trace une ligne de démarcation éternelle entre l’Etat et l’individu que le législateur doit toujours avoir devant les yeux: il s’agit de la limite imposée par les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme. Par conséquent, la notion de contrat social de Rousseau est à l’opposé de cette idée. En effet, le contrat social de Rousseau ne découle pas du droit de l’individu, mais de la puissance de la volonté générale, qui, juridiquement, est sans limites. Enfin selon JELLINEK, l’œuvre de Rousseau n’a exercé qu’une certaine influence de style sur la Déclaration, mais l’idée proprement dite a une autre provenance.

B. LES SOURCES DE LA DECLARATION

Les rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen se sont inspirés en partie des principes américains. Mais la source originale de la Déclaration est contestée. A la fin du XVIIIème siècle, certains auteurs se sont affrontés sur le point de savoir si la France avait été ou non la patrie des droits de l’homme. BOUTMY pense que la Déclaration est purement française: elle serait issue de l’humanisme et de l’époque du siècle des lumières; les américains se seraient inspirés de l’œuvre des français pour rédiger leur déclaration. JELLINEK conteste cette origine et voit la réforme allemande comme point de départ de l’influence de la Déclaration d’indépendance américaine. Celle-ci aurait alors influencé plus tard la rédaction de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

JELLINEK précise toutefois que la Déclaration trouve d’une part une source française antérieure aux Etats-généraux de 1789, et d’autre part une source américaine dans la déclaration de la Virginie, ainsi que dans celle d’autres Etats américains. Un document nous fourni un exemple qui prouve que la Déclaration s’était déjà exprimée en France à un moment antérieur à celui de la révolution: il s’agit du cahier du bailliage de Nemours. Celui-ci contient un chapitre intitulé “de la nécessité d’établir quels sont les droits de l’homme et des citoyens” suivi d’un projet d’une trentaine d’articles. Pour ce qui est de l’influence américaine, il faut savoir que la Déclaration fut proposée par La Fayette. Ce dernier s’était battu aux côtés des troupes françaises en Amérique lors de la guerre d’indépendance. Il avait ainsi pris comme source la déclaration de la Virginie et celles d’autres Etats particuliers de l’Amérique, qui avaient eu les premières constitutions écrites.

La Fayette
La Fayette

On a finalement opté pour une opinion moyenne. On admet aujourd’hui que la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen a de multiples sources. C’est le fruit d’une époque qui a connu toutes sortes d’événements tel le XVIIème et le XVIIIème siècle. Ces événements ont naturellement influencé la Déclaration.

C. LES DIFFERENTES PARTIES DU TEXTE

On peut distinguer quatre parties principales dans la Déclaration. Tout d’abord le préambule pose les fondements, les buts, les limites et la justification du texte. Suivent les articles 1 à 4: ceux-ci concernent des préoccupations politiques et démocratiques. Ils énoncent les grands principes organiques nécessaires à la survie d’un ordre démocratique. Les articles 5 à 9 forment ensemble une sorte de petit code légal. C’est la loi qui est au centre des préoccupations de ce passage. La fin de la Déclaration, soit les articles 10 à 17, énonce toute une série de droits constitutionnels. Ces articles ont donné naissance au droit public moderne.

1. Préambule

La première phrase assied la position de l’Assemblée Nationale comme étant représentante du peuple français. C’est cette représentation qui lui confère son caractère de souveraineté. On ne parle non plus d’Etats-généraux, mais d’Assemblée Nationale pour bien marquer la nouvelle vocation des députés. Ceux-ci deviennent non seulement le nouveau législateur, mais encore le constituant. On ignore complètement le pouvoir royal, au profit des droits de la Nation, représentés par l’Assemblée Nationale.

Le préambule constate l’existence des droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme. Ces droits sont issus de la nature humaine, il faut donc les reconnaître et les protéger. Ces droits sont inaliénables car ils sont sacrés. On place ces droits au-dessus des obligations religieuses de l’Ancien Régime: c’est une forme d’anticléricalisme. Ces droits sont conférés par “l’Etre Suprême”, ils ont donc un rang supérieur au droit édicté par l’homme.

Les droits naturels ne sont toutefois pas illimités. Il s’agit aussi de fixer quels seront les devoirs des citoyens. Les devoirs sont la conséquence des droits. Ils devront être fixés dans la constitution. On oppose ici l’Ancien Régime qui a marqué la France par ses contraintes politiques et religieuses, au siècle des lumières, de l’ouverture et des libertés.

Le préambule suppose l’existence d’une hiérarchie des normes. Le droit supérieur est formé par le droit naturel et le droit constitutionnel. En effet, les citoyens doivent pouvoir comparer en tout temps la compatibilité des institutions auxquelles ils sont soumis, avec les droits décrits par le droit supérieur. Cela entraîne une exigence de simplicité de rédaction de la constitution: elle doit pouvoir être comprise de tous.

Le but final de la Déclaration est le “bonheur de tous”. C’est une notion de prospérité économique. On recherche un épanouissement heureux de la nouvelle société française.

2. Articles 1 à 4: l’ordre républicain

L’article 1er est directement issu de l’Etat de nature, il s’agit du principe de l’égalité. Les hommes naissent égaux, mais ils le demeurent aussi: c’est un droit inaliénable et imprescriptible. Ce principe a une connotation politique car il marque clairement la fin de l’Ancien Régime, mais il représente aussi un principe général du droit. L’Egalité est le fer de lance de toute la Déclaration: elle se retrouve dans la plupart des idées philosophiques qui ont donné naissance à ce texte, soit la liberté politique, la séparation des pouvoirs, la liberté de commerce et d’industrie, l’abolition des privilèges, ainsi que de nombreux autres droits fondamentaux. Ce principe apparaît plus ou moins dans la plupart des articles suivants de la Déclaration: égalité devant la loi (art. 6), devant la justice (art. 7 à 9), devant l’impôt (art. 13).

Toutefois, des distinctions sociales peuvent être faites en fonction de “l’utilité commune”. Ce n’est plus la naissance qui fait le rang social, mais la formation. On conçoit qu’il est préférable de laisser le pouvoir entre les mains de personnes cultivées et formées à cet effet. C’est une conception qui va dans le sens des idées de Voltaire sur le “pouvoir éclairé”.

Afin de bien fixer les nouvelles libertés du peuple français, l’article 2 en fait une énumération. Ces droits sont visés par le but de la Déclaration. Il s’agit de la liberté, de la propriété (inspirée de l’idée des physiocrates), de la sûreté et enfin, de la résistance à l’oppression. Cette dernière notion a aussi été utilisée par les révolutionnaires anglais de 1688. La résistance à l’oppression est le symbole d’une lutte contre la religion catholique et contre l’absolutisme royal qui en découle. En effet, pour ces deux cas, le pouvoir doit être suivi même s’il est mauvais, car il a une vocation absolue. La souveraineté sera désormais soumise au respect des droits de l’homme: les principes philosophiques sont transformés en principes juridiques. Aucun souverain ne peut altérer les droits fondés sur la nature.

L’article 3 énonce la primauté de la Nation; elle est une collectivité indivisible et perpétuelle qui représente l’ultime origine de la souveraineté. Cet article pose un nouveau principe de droit public sur la désignation du titulaire de la souveraineté publique. C’est l’avènement de la démocratie et de l’ordre républicain. La conséquence de ce principe est qu’aucune personne ne peut exercer le pouvoir sans avoir été expressément mandatée par l’Assemblée Nationale.

L’article 4 tente de définir ce qu’est la liberté, puis quelle est sa limite. La liberté est ici issue d’une notion individualiste: son but n’est pas la société, mais l’homme. Celui-ci ne bénéficie toutefois pas d’une liberté absolue. Des limites sont posées dans l’intérêt public. Chaque homme dispose d’une certaine liberté, mais celle-ci ne doit pas empiéter sur la liberté d’autrui. Il s’agit d’une liberté assortie du respect d’autrui. Ce respect est assuré par le droit. C’est la loi qui fixe les limites de la liberté. Pour la première fois, la Déclaration parle de la “loi”: ce mot sera la clef des articles suivants.

3. Articles 5 à 9: la loi

Une limitation de la liberté individuelle n’est admissible qu’à condition d’être inscrite dans une base légale. Celle-ci est aujourd’hui une condition élémentaire de restriction des droits constitutionnels. Ce principe est énoncé par l’article 5. La règle générale reste donc la liberté, et l’exception est la limite de la liberté: la loi. La conséquence de cet article se trouve notamment à l’article 10, sur la liberté religieuse, et à l’article 11 sur la libre communication des idées: ces libertés sont toutes deux expressément limitées par la loi.

L’article 5 a aussi une valeur importante pour le droit pénal, puisqu’il en réduit le champ d’incrimination aux actions nuisibles de la société. On entend ici mettre fin au roi-justicier: on fonde la présomption d’innocence et la légalité des incriminations des peines.

L’article 6 définit la loi comme étant “l’expression de la volonté générale”. Tous les citoyens ont le droit de participer au processus de l’élaboration législative. Ce sont les idées de Rousseau sur la démocratie directe qui ressortent dans ce début de l’article 6; mais la fin dudit article prône un pouvoir représentatif, selon les idées de Montesquieu. Cet article est donc une sorte de compromis entre plusieurs tendances philosophiques concernant la gestion du pouvoir. On accepte que la loi soit édictée par des représentants, mais ceux-ci ne doivent pas trahir la volonté générale des citoyens.

Cet article 6 énonce aussi l’égalité entre citoyens. On peut distinguer les hommes des citoyens en ce sens que le mot “hommes” comprend une signification philosophique, naturelle et biologique, alors que le mot “citoyens” ressort plutôt d’une notion juridique, politique et organique. Ces citoyens peuvent aussi être classés dans deux catégories distinctes: les citoyens actifs, qui paient des impôts, qui seuls ont le droit de voter, et les citoyens passifs, qui n’ont pas de droits politiques. Ce système s’appelle le suffrage censitaire; il est opposé au suffrage universel, où le droit de vote est accordé sans devoir payer quoi que ce soit.

“La loi doit être la même pour tous”: c’est une conséquence du principe de l’égalité. Il s’agit d’unifier le droit sur le plan national. On veut lutter ici contre les coutumes féodales disparates qui morcellent inutilement le territoire et qui étouffent le commerce intérieur. On trouve plutôt du droit civil romain écrit dans le sud et du droit coutumier d’origine barbare dans le nord. Mais en plus de ces deux régimes juridiques fondamentalement différents, le droit n’était pas appliqué de la même manière d’un parlement à l’autre. Il n’existait aucune coordination des législations internes du Royaume de France: le régime juridique des personnes et des terres était géographiquement très inégalitaire. Cependant, le droit civil français ne sera unifié qu’en 1804, sous Napoléon Ier.

Les articles 7, 8 et 9 sont des dispositions ayant trait au droit pénal. Les articles 7 et 9 sont le fruit d’une vive réaction contre les lettres de cachet du roi. Ce passage de la Déclaration prône le droit à la sûreté personnelle, déjà consacrée à l’article 2. L’article 7 concerne la légalité des incriminations, qui découle de la défense des libertés de l’article 4; l’article 8 érige le dogme fondamental de la légalité des peines; enfin l’article 9 fonde la présomption d’innocence.

L’article 7 énonce la notion de “sûreté juridique”: il faut comprendre cela au sens de la protection de la liberté physique de l’individu contre l’arbitraire des juges et du pouvoir exécutif. Toutefois, la dernière phrase de cet article hisse la loi au rang de souverain, à l’image de ce que représentait le pouvoir du roi: la désobéissance à la loi est considérée comme étant une désobéissance au souverain.

L’article 8 concerne l’utilité sociale, la légalité et la proportionnalité des peines. Cette disposition fonde aussi le principe de la non-rétroactivité de la loi pénale. La Constitution de 1791 établira un code pénal issu des principes de la Déclaration: les peines seront inscrites et lieront presque totalement le juge. Ce code pénal sera rationnel, classera les peines en fonction des comportements, et sera doté d’une tarification très précise. Aujourd’hui, on considère l’individualisation de la peine en fonctions des qualités du délinquant. L’article 8 confère aussi au droit pénal le rôle de défendre la société: on ne doit donc réprimer que les comportements qui lui portent atteinte. Aussi la peine doit être proportionnée à l’infraction commise à l’encontre de la société: l’ancienne hiérarchie des répressions de l’Ancien Régime est ainsi réduite à néant.

L’article 9 fonde le principe de la présomption d’innocence. Désormais, on ne peut détenir quelqu’un sans le juger qu’à certaines conditions. La détention préventive ne doit plus être un châtiment anticipé et arbitraire, elle doit être fondée sur la loi. Cet article est considérablement inspiré du Bill de l’Habeas Corpus, connu en Angleterre.

4. Articles 10 à 17: les principes fondamentaux

Ces articles forment ensemble un petit code de droits constitutionnels. Ceux-ci ont été repris plus tard dans la plupart des constitutions européennes que nous connaissons aujourd’hui. La Déclaration énonce ici des principes nécessaires à l’épanouissement naturel de l’homme en société.

L’article 10 instaure deux droits fondamentaux complémentaires: la liberté d’opinion et la liberté religieuse. L’adoption de cet article a posé de nombreux problèmes à l’Assemblée Nationale, car il s’agissait cette fois de questions religieuses. Ce sont les protestants qui luttèrent le plus pour obtenir un droit reconnu qui leur permettrait d’exercer leur religion en France au même titre que les catholiques. Les protestants étaient considérablement lésés par les pratiques de l’Ancien Régime: par exemple, un couple marié protestant ne pouvait pas faire reconnaître ses enfants juridiquement; ceux-ci ne pouvaient donc pas hériter de leurs parents. Les protestants étaient donc victimes d’injustices qui nous paraissent scandaleuses aujourd’hui, mais qui, à l’époque, étaient courantes dans les pays dits catholiques.

Cette liberté religieuse marque un net changement concernant le pouvoir de l’Etat sous l’Ancien Régime: il s’agit de la suppression des prérogatives spirituelles qu’incarnait le pouvoir royal. C’est la première fois que l’on dissocie l’Eglise et l’Etat: c’est la naissance de l’Etat laïc. A partir de ce moment, les droits civils et politiques ne dépendent plus de la religion. Ce nouvel aspect de l’Etat de droit apparaît ici avec un autre droit fondamental qui lui est intimement lié: la liberté de culte.

Tant la liberté d’opinion que la liberté religieuse se doivent de respecter l’ordre public. La loi est toujours placée au-dessus des libertés fondamentales. La liberté de croyance peut donc être réduite pour des motifs d’intérêt public si l’Assemblée Nationale l’estime nécessaire.

L’article 11 est le prolongement de l’article 10. Il prône la liberté d’opinion et la complète par la liberté de communiquer ses pensées: c’est ce que nous connaissons aujourd’hui sous l’appellation de liberté d’expression. Cet article s’élève en grande partie contre la censure pratiquée sous l’Ancien Régime où tout écrit devait passer sous la loupe de la “librairie” avant de pouvoir être publié. Toutefois, en cas d’abus, cette liberté de la presse peut être limitée par le législateur.

L’article 12 légitime l’existence d’une force publique. Ce n’est plus le roi qui dirige la police et l’armée, mais la Nation. Cette force armée est entre les mains de la Nation, elle ne peut donc en aucun cas se retourner contre les intérêts du peuple français. L’article 12 exclut que cette force soit instituée dans le but de satisfaire les particuliers qui sont à sa tête: on entend empêcher les membres de l’autorité d’avoir la possibilité de se servir de cette force pour leurs intérêts personnels; on empêche éventuellement aussi le roi de rétablir son autorité. Cette force publique sera fondée par La Fayette peu après la Déclaration: il s’agit de la Garde Nationale.

L’article 13 aborde la question de l’impôt. Celui-ci est nécessaire pour l’entretien de la force publique et pour les dépenses de l’administration. Aucune dépense sociale n’est prévue par la Déclaration: c’est la base de l’Etat policier. L’impôt doit être réparti entre tous les citoyens en raison de leur faculté. Cette charge publique correspond aux ressources disponibles du pays, partagées de manière équitable: c’est la naissance de l’égalité devant l’impôt. Les privilèges et autres inégalités fiscales disparaissent au profit d’un régime plus juste et mieux réparti sur le plan national. Le principe de l’impôt commun égalitaire se concrétisera de deux façons: d’une part par la contribution mobilière, et d’autre part par la contribution immobilière; le tout devra figurer dans une déclaration d’impôts.

Les articles 13 et 14 fondent une véritable tradition financière républicaine. Le consentement à l’impôt devient une prérogative du propriétaire, mais aussi, il forme une sorte de rémunération des services qui lui sont rendus.

“L’impôt, c’est le prix avec lequel vous possédez vos propriétés”

Mirabeau

La volonté de trouver une limite rationnelle au volume des prélèvements fiscaux instaure un nouveau principe de proportionnalité de l’impôt: c’est ce qu’instaure l’article 14. On reprend ici le droit public anglo-saxon. La notion de budget apparaît en France à cette époque, car jusqu’alors, les finances avaient de la peine à suivre les ambitions politiques du souverain.

Le consentement à l’impôt charge le peuple d’évaluer le montant et la forme des prélèvements fiscaux (quotité, assiette, recouvrement et durée). Aujourd’hui, cette tâche est le plus souvent confiée à l’exécutif: celui-ci propose un plan fiscal qui doit être approuvé par le pouvoir législatif.

L’article 15 a pour but de responsabiliser les représentants envers leurs représentés. Le roi, lui, n’avait de comptes à rendre qu’à Dieu. Cette volonté de transparence à laquelle les rédacteurs de la Déclaration soumettent l’Assemblée Nationale, rompt singulièrement avec les intrigues qui régnaient au sein de la Cour du roi.

L’article 16 énonce la première condition de toute démocratie, à savoir la garantie des droits et la séparation des pouvoirs. Il s’agit aussi d’un nouveau principe de droit public, inspiré des idées de Montesquieu. La séparation des pouvoirs dont il est question ici est plutôt une séparation des fonctions, non des pouvoirs; en outre, on ne discerne pas encore très bien le pouvoir judiciaire du pouvoir exécutif: on sépare donc plutôt l’exécutif du législatif.

L’article 17 nous donne une nouvelle définition du droit de propriété. Cette notion de propriété est issue des idées philosophiques du siècle et diffère considérablement de celle de l’Ancien Régime où la propriété était le plus souvent combinée entre plusieurs personnes (propriétaires, tenanciers, domaine seigneurial ou ecclésiastique, etc.). Ce régime du double domaine était hérité de l’emphytéose du droit romain, et de nombreux usages d’origine barbare qui s’y étaient adaptés au fil du temps. Les rédacteurs de la Déclaration mettent un terme à ce régime et érigent la “propriété utile” des tenanciers en propriété au sens où nous l’entendons aujourd’hui. Cette option anéantit la “propriété directe” des seigneurs féodaux. Les redevances des fermiers sont ainsi caduques, et ceux-ci peuvent enfin accéder à la propriété totale de leur terre. Toutefois, cette nouveauté est relativisée car de nombreux bourgeois vivent de rentes qu’ils ont rachetées. On distingue alors la féodalité dominante de la féodalité contractante. La première est supprimée, et la seconde est maintenue. Ainsi les droits féodaux contractés à perpétuité sont contraires aux mœurs: on les déclare alors rachetables. On autorisera désormais des baux pour 99 ans au plus.

Le droit de propriété de l’article 17 a un double caractère: d’une part c’est un droit inviolable et sacré, et d’autre part c’est un droit naturel et imprescriptible. Le terme “sacré” démontre des origines théologiques du droit de propriété. Comme celle-ci est sacrée, elle est inviolable: c’est une conséquence théologique, car le caractère sacré l’emporte sur le caractère juridique. La dépossession exige une nécessité publique légalement constatée et précédée d’une juste et préalable indemnité: il s’agit de la procédure d’expropriation. La propriété comme droit naturel et imprescriptible est issue de l’esprit philosophique du siècle sur l’Etat de nature. Cet Etat est celui où règne le droit du premier occupant.

III. CONCLUSION

Bien que la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen n’ait jamais eu de force obligatoire, elle influença considérablement le droit constitutionnel des pays européens. Aujourd’hui, elle figure encore à la tête de la Constitution de la Vème République Française.

La

A. INFLUENCE HISTORIQUE

Les révolutionnaires français étaient conscients d’apporter à leur pays une nouvelle conception de l’Etat. C’était l’application in concreto de principes philosophiques cogités depuis longtemps à l’ombre de la censure. Pour la première fois dans l’histoire européenne, un peuple s’affranchissait de la tutelle de sa noblesse et de son roi. Les français partisans de la République ressentirent le besoin de libérer le monde entier des monarques absolus: la philosophie du droit naturel avait une connotation universelle. Immédiatement après les événements de 1789, les français entrèrent en guerre contre presque tous leurs voisins. Les batailles de la Ière République furent soldées par de nombreux échecs, mais celles qui suivirent au début du XIXème siècle diffusèrent massivement les idées révolutionnaires à travers toute l’Europe. L’occupation française, la circulation des ouvrages philosophiques et les transactions commerciales internationales allumèrent le phénomène révolutionnaire sur le continent.

C’est une époque troublée pour toute l’Europe, mais c’est aussi la naissance de l’Etat de droit moderne que nous avons encore aujourd’hui. Très vite, tous les pays européens se dotent d’une constitution. Celle-ci contient d’une part des dispositions concernant l’organisation institutionnelle de l’Etat, et d’autre part des droits fondamentaux garantis que le citoyen peut faire valoir à l’encontre de l’Etat. C’est cette notion de République qui apparaît avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

B. INFLUENCE EN DROIT CONSTITUTIONNEL SUISSE

La Suisse de l’Ancien Régime n’était pas gouvernée par un monarque absolu de droit divin, mais par des familles patriciennes. Celles-ci étaient à la tête de multiples domaines qui formaient ensemble des Etats. Ces Etats étaient liés entre eux par de nombreux pactes et autres alliances militaires. Les représentants de ces cantons se réunissaient à la Diète. Cette institution était une sorte de réunion d’ambassadeurs des Etats de la Confédération. Le pouvoir central était très faible: les décisions qui n’étaient pas prises à l’unanimité de la Diète avaient peu de chance d’être appliquées. En outre, tous les Etats n’y étaient pas représentés: les “alliés” y participaient rarement, et les “sujets” (ou bailliages) n’avaient presque aucun droit à faire valoir .

C’est en 1798 que la France envahit la Suisse et lui impose une nouvelle constitution, calquée sur celle du Directoire français. Cette période de la “République Helvétique” marque le début de l’application du droit constitutionnel en Suisse. Mais la question de l’organisation de l’Etat ne correspond manifestement pas à la configuration sociale de la Suisse, et de nombreux coups d’Etat font suite à des périodes de blocages gouvernementaux. Lors de la chute de l’Empire français en 1815, la Suisse est redéfinie sur le plan international par le Congrès de Vienne: elle devient un Etat neutre et indépendant, mais reprend le chemin de l’Ancien Régime (régime du Pacte fédéral).

En 1848, après la guerre du Sonderbund, la Suisse se dote à nouveau d’une constitution: il s’agit de la Constitution originaire de 1848. Cette date marque le début de la Confédération suisse au sens où nous l’entendons aujourd’hui. La Constitution de 1848 sera révisée en 1874, mais conservera la plupart des traits essentiels des droits fondamentaux de la Constitution originaire.

Aujourd’hui encore, on retrouve la plupart des droits de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen dans notre Constitution. Mais ces droits se sont développés petit à petit, et se sont précisés.

On peut distinguer les droits politiques des autres libertés constitutionnelles.

Les libertés politiques comportent le droit de vote et son corollaire le droit d’éligibilité, mais aussi le droit de référendum, le droit d’initiative et le droit de pétition. Ces droits trouvent une certaine origine dans l’article 6 de la Déclaration.

Les autres libertés constitutionnelles que l’individu peut faire valoir contre le pouvoir de l’Etat sont l’égalité devant la loi, la liberté d’établissement, la liberté de conscience, la liberté de presse, la liberté d’association et la liberté de commerce et d’industrie.

Toutes ces libertés que l’on appelle aujourd’hui droits fondamentaux ou droits constitutionnels, sont plus ou moins issus de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Chacun de ces droits énoncés pour la première fois dans la Déclaration, a trouvé une place dans une disposition de chaque constitution européenne. Ces libertés ont ensuite évolué avec leur temps, au gré de la jurisprudence. Mais la substance de ces droits a toujours été conservée en tant que telle: il s’agit bel et bien de droit naturel.

* * *

– TEXTE DE LA DÉCLARATION –

La Déclaration des Droits de l’Homme
et du Citoyen du 26 août 1789

La Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen du 26 août 1789

Les représentants du peuple français, constitués en Assemblée nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme, afin que cette déclaration, constamment présente à tous les membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs; afin que les actes du pouvoir législatif et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.
En conséquence, l’Assemblée nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être Suprême, les droits suivants de l’homme et du citoyen.

Article premier – Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Article 2 – Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Article 3 – Le principe de toute souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Article 4 – La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui: ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi.

Article 5 – La loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la société. Tout ce qui n’est pas défendu par la loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Article 6 – La loi est l’expression de la volonté générale. Tous les citoyens ont droit de concourir personnellement ou par leurs représentants à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les citoyens, étant égaux à ces yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Article 7 – Nul homme ne peut être accusé, arrêté ou détenu que dans les cas déterminés par la loi et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires doivent être punis; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la loi doit obéir à l’instant; il se rend coupable par la résistance.

Article 8 – La loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Article 9 – Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Article 10 – Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, mêmes religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi.

Article 11 – La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi.

Article 12 – La garantie des droits de l’homme et du citoyen nécessite une force publique; cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée.

Article 13 – Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable; elle doit être également répartie entre les citoyens, en raison de leurs facultés.

Article 14 – Les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Article 15 – La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration.

Article 16 – Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Article 17 – La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

* * *

– BIBLIOGRAPHIE ET JURISPRUDENCE –

1.) Bibliographie

Jean-François AUBERT, Traité de droit constitutionnel suisse, Ides et Calendes, Neuchâtel 1967

Jean-Jacques BIENVENU, Impôts et propriété dans l’esprit de la Déclaration, 1ère édition, P. U. F., coll. DROIT revue française de théorie juridique, vol. 8: La Déclaration de 1789, Paris 1988

Jean-Marie CARBASSE, Le droit pénal dans la Déclaration des Droits, 1ère édition, P. U. F., coll. DROIT revue française de théorie juridique, vol. 8: La Déclaration de 1789, Paris 1988

Georges-André CHEVALLAZ, Brève initiation à la vie civique, Payot, Lausanne 1966

Georges-André CHEVALLAZ, Histoire générale de 1789 à nos jours, 4ème édition, Payot, Lausanne 1974

Herbert L. A. HART, Le Concept de Droit, Publication des Facultés universitaires Saint-Louis, Bruxelles 1976

Paul A. R. JANET, Histoire de la science politique dans ses rapports avec la morale, 3ème édition, éd. F. Alcan, coll. Bibliothèque de philosophie contemporaine, Paris 1887

George JELLINEK, La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, éd. Albert Fontemoing, coll. Bibliothèque de l’Histoire du Droit et des Institutions, Paris 1902

Jean MORANGE, La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, 1ère édition, P. U. F., coll. Que sais-je?, Paris 1988

Jörg Paul MULLER, Eléments pour une théorie suisse des droits fondamentaux, Stämpfli, Berne 1983

Stéphane RIALS, La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, Hachette, Paris 1988

2.) Jurisprudence

ATF 113 II 209 (en français)